Les maladies de l’oreille : L’otospongiose

> > Les maladies de l’oreille : L’otospongiose ; écrit le: 25 avril 2012 par chiraz modifié le 19 février 2018

Qu’est-ce qu’une otospongiose ? Quel est son mécanisme ?

L’otospongiose, dénommée otosclérose par les Anglo-Saxons, est une baisse d’audition progressive, uni- ou bilatérale, de type mécanique, qui est liée au blocage de la chaîne des osselets au niveau de la platine de l’étrier. Ce blocage est en rapport avec un foyer dit « otospongieux » qui soude le bord de la platine à la paroi interne de la caisse du tympan. Ce foyer, formé d’os exubérants, est très vascularisé ; il est donc à cheval entre l’oreille moyenne et l’oreille interne. Son extension peut se faire soit à la totalité de la platine côté oreille moyenne, soit vers l’oreille interne, envahissant alors le limaçon osseux.

Cette maladie est congénitale – il y a des familles d’otospongieux  et génétique, touchant plus fréquemment les femmes. Ce trouble génétique agit par l’intermédiaire d’une perturbation du métabolisme du fluor. Son mécanisme n’est pas encore parfaitement élucidé.

Comment la reconnaître ?

Au début, l’otospongiose se présente comme une baisse progressive de l’audition, le plus souvent unilatérale, survenant plus fréquemment chez la femme jeune et remontant parfois à l’apparition des premières règles. Le diagnostic n’est pas toujours posé à ce stade, sauf en cas d’antécédents familiaux ayant justifié une surveillance particulière.

L’évolution est progressivement croissante, avec souvent des poussées évolutives au moment des grossesses ; chute en paliers de l’audition avec apparition d’acouphènes temporaires, témoignant de l’hypervascularisation du foyer otospongieux. L’audiogramme, à ce stade, montre une conduction aérienne abaissée, surtout sur les graves, une conduction osseuse normale avec une petite chute sur le 2 000.

L’évolution se fait parfois vers la bilatéralisation des signes et l’augmentation progressive de la malaudition. Plus tardivement, il y aura une atteinte de l’oreille interne avec une chute de la conduction du nerf auditif et l’apparition d’acouphènes.

Bien entendu, l’évolution chez l’homme, mis à part la composante gravidique, est la même. Tout le restant de l’oreille moyenne est normal, le tympan tout particulièrement. Toutefois, une otospongiose peut coexister avec une autre atteinte de l’oreille moyenne : séquelles d’otites de l’enfance ou séquelles d’un accident ou d’une, fracture du rocher.

Quels sont les traitements de l’otospongiose ?

Ils sont de trois ordres :

–    le plus logique, devant une baisse d’audition mécanique, est le traitement chirurgical. Mené sous microscope, il consiste en l’ablation partielle de l’étrier, la pose d’un greffon pour remplacer la platine et la pose d’un piston qui repose sur le greffon et est clippé à l’extrémité de l’enclume, afin de restaurer la continuité de la chaîne et de faire repasser le son. Ce traitement donne en règle générale d’excellents résultats. À l’heure actuelle, on essaie de conserver, dans la mesure du possible, la fonction du muscle de l’étrier qui protège l’oreille contre les sons trop importants ;

–    en cas d’impossibilité opératoire, liée à l’âge tout particulièrement, l’appareillage donne des résultats d’autant meilleurs que la courbe du nerf auditif est conservée. Il n’empêche pas toutefois la maladie otospongieuse de continuer à évoluer ;

–    enfin, le traitement médical, essentiellement fluor et traitement de type circulatoire, vient en appoint des deux prises en charge précédentes.

Peut-on éviter l’otospongiose ou ses conséquences ?

Peut-être la thérapie génique permettra-t-elle un jour d’éviter l’otospongiose, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle. Pourtant, trois mesures préventives sont possibles :

–    une surveillance de l’audition dans les familles d’otospongieux, surtout chez les femmes, de manière à traiter en temps voulu ;

–    dans ces mêmes cas, lorsque l’otospongiose est diagnostiquée, traitement préventif par du fluor pour en diminuer l’évolution ;

–    après opération, surtout si le muscle de l’étrier n’a pu être conservé, précautions envers les atmosphères trop bruyantes, car ces oreilles sont particulièrement fragiles.

← Article précédent: Les maladies de l’oreille : Les otites moyennes aiguës Article suivant: L’enfant malentendant

Une réponse pour "Les maladies de l’oreille : L’otospongiose"

  1. Coriera  2 février 2019 at 0 h 54 min

    J’ai été opérée le 7 janvier. Retrait du pansement le 18 janvier. Aucune amélioration avec des acouphènes plus violents.l’orl qui m’a opérée pense que j’ai encore du sang et que dans3 semaines tout ira mieux. Aucun changement au bout de 3 semaines…
    Qui a eu ce problème s’il vous plaît ?

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié