Vitamine B6 ou pyridoxine

> > Vitamine B6 ou pyridoxine ; écrit le: 28 février 2012 par mariouma

La vitamine B6 est un coenzyme pour de très nombreux enzymes intervenant dans le métabolisme des acides aminés.

Structure et stabilité du Vitamine B6

La vitamine B6 se trouve dans les aliments sous 3 formes : pyridoxine, pyridoxal et pyridoxamine.
Le chlorhydrate de pyridoxine est stable à la chaleur et à l’oxygène. La pyridoxine est dégradée par la lumière en solution neutre ou alcaline, beaucoup moins en solution acide.

Sources du vitamine B6

Il existe de très nombreuses sources, en particulier les viandes, les céréales et les légumes.

.

.

Besoins en Vitamine B6 ou pyridoxine

Les besoins dépendent de la teneur en protéines de la ration alimentaire. Ils ont été évalués, en moyenne, pour des rations protéiques de l’ordre de 100 g/24 h, à 1,25 mg. La dose recommandée est de 2 mg/24 h.

Rôle métabolique

L’absorption est rapide. Les carences d’absorption sont exceptionnelles. L’élimination se fait dans les urines, sous forme de l’acide 4-pyridoxique ou, pour les apports massifs, directement sous forme de pyridoxal. Dans l’organisme, la pyridoxine est un coenzyme de très nombreux enzymes, notamment dans le métabolisme des acides aminés, sous forme de pyridoxal-5-phosphate. La forme de stockage est la pyridoxamine- phosphate. La vitamine B6 est indispensable à la transformation du tryptophane en acide nicotinique.

.

.

Les principales voies métabolique du tryptophane

Charge orale de 2 g de tryptophane per os.
Valeurs normales : moins de 35 mg d’acide xanthurénique en 8 heures.
Le mécanisme est le suivant : la voie menant à l’acide nicotinique passe par la transformation du tryptophane en cynurénine. Dans un second Icmps, celle-ci est transformée soit en acide xanthurénique, soit en acide liydroxyanthranilique, cette dernière réaction étant particulièrement sensible à la carence en pyridoxine.

Carence du Vitamine B6 ou pyridoxine

Diagnostic positif  du Vitamine B6 ou pyridoxine

Une méthode de dosage indirect de la vitamine B6 utilise le dosage in vitro de l’activité d’un enzyme érythrocytaire qui a comme coenzyme la vitamine B6 : la transaminasc glutamino-oxalocétiquc (TGO).
Cette activité est mesurée avant et après addition de vitamine B,,. Le dosage direct se fait par fluorescence.
Le test de surcharge en tryptophane comporte le dosage urinaire de l’acide xanthurénique (la pyridoxine étant indispensable pour la transformation du tryptophane en acide niçotinique, la carence favorisera la voie métabolique aboutissant à l’acide Xanthurénique).

.

.

Signes cliniques du Vitamine B6 ou pyridoxine

L’extrapolation à partir de l’expérimentation animale et l’avitaminose humaine expérimentale, induite par l’antagoniste de la pyridoxine, la 4- désoxy-pyridoxine, ont permis de décrire une dermatite avec hyperkéra- tose et séborrhée, des crises convulsives spontanées, une anémie microcytaire el hypochrome. Mais, il n’existe pas de tableau clinique spécifique d’avitaminose spontanée.
Un cas particulier est celui d’un besoin génétique accru en pyridoxine. Il se manifeste chez l’enfant, soit par des convulsions, soit par une anémie, symptômes pyridoxino-sensibles. Il ne s’agit pas véritablement d’une carence en pyridoxine dont les taux sanguins sont normaux, mais d’une erreur innée du métabolisme par anomalie du site de fixation du coenzyme sur l’apoenzyme entraînant une perturbation de l’activité enzymatique.

Traitement et surveillance

 la dose de pyridoxine sera de 10 à 25 mg/24 h per os.
Au cours de la contraceptila vitaminothérapie préventive n’est pas justifiée. Cependant, dans 40 % des cas, on constate une carence biochimique en pyridoxine, s’accompagnant chez certains d’un syndrome dépressif. Les doses thérapeutiques sont de dix à vingt fois plus fortes que celles des apports conseillés.

.

.

L’hymocystinurie

L’absence congénitale de la cystathionurie-synthé- tase) est souvent améliorée par des doses massives de pyridoxine (500 mg/ 24 h . Le traitement a été également proposé dans les cystathionuries et les cystinuries.

Traitement de la  D-pénicilamine (diméthylcystéine)

La D-pénicil lamine forme un complexe avec la pyridoxine et en augmente ainsi l’élimination urinaire. Ce traitement par la D-pénicillamine augmente donc le besoin en pyridoxine et nécessite une supplémentation à la dose de 20 à 100 mg/24 h.

.

.

Une injection intraveineuse de 5 MG  de pyridoxine

Il diminue ou suspend l’état d’ivresse éthylique.  Très exceptionnelles, et qui se manifestent in utero ou à la naissance par des crises convulsives.
Les doses préconisées sont de 100 mg par voie intraveineuse chez la mère ou de 20 mg par voie sous-cutanée chez l’enfant.

Interactions du Vitamine B6 ou pyridoxine

L’isoniazide a une activité antivitaminique entraînant fréquemment des polynévrites.
Lydralazine,  augmentent le besoin de l’organisme en vitamine Bh.
Les oestrogénes activent la transformation du tryptophane en acide nicotinique, augmentant ainsi le besoin en phosphate de pyridoxal : en outre, l’activation de la voie tryptophane-acide nicotinique diminuerait l’activité de la voie tryptophane-sérotonine ; cet effet viendrait s’ajouter à celui de la carence en pyridoxine pour réaliser des syndromes dépressifs. De plus, il a été suggéré que les œstrogènes pouvaient avoir un effet de compétitiondirecte avec les phosphates de pyridoxal pour les sites des apo- enzymes.

.

.

Vidéo : Vitamine B6 ou pyridoxine

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Vitamine B6 ou pyridoxine

https://www.youtube.com/embed/EDE1N0XncKc

← Article précédent: L’hypospadias Article suivant: Enfance : L’epispadias


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles