Psychologie : Le vieillissement normal, le vieillissement pathologique

> > Psychologie : Le vieillissement normal, le vieillissement pathologique ; écrit le: 22 février 2012 par azza modifié le 25 février 2015

De grands chercheurs du XIXe siècle tels que Charcot ont largement contribue à la diffusion d’une image très négative du vieillissement. Ils emploient à son sujet les qualificatifs de déchéance, de détérioration ou de déstructuration. Le siècle dernier a été fascine par la pathologie sous toutes ses formes, qu’elle soit de nature organique ou psychologique. Freud, qui a tant marque notre siècle par ses idées révolutionnaires, a été jusqu’a considérer qu’il n’y avait pas de différence de nature mais uniquement de degré entre le normal et le pathologique. Cette idée du continuum normal-pathologique apparait déjà sous la plume de Charcot. Le vieillissement est alors considère comme le parcours de tout individu de ce continuum. La différence entre les personnes est alors uniquement une question de vitesse et de degré, avec le temps toute vieillesse aurait ainsi tendance à s’achever dans un état pathologique de sénilité ou de démence.

Si cette représentation négative de la vieillesse n’a pas complètement disparu, de nombreux travaux réalises depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ont démontre que le vieillissement pouvait aussi être source de multiples opportunités pour améliorer ou conserver une bonne qualité de vie. II convent done de distingue le vieillissement normal du vieillissement pathologique. Le concept de «sénilité», parfois employé dans ce manuel, doit être considère comme synonyme de vieillissement pathologique.

Si l’image de la vieillesse évolue vers une représentation plus positive, il convient malgré tout de raison garder. Si Ton pouvait choisir, l’auteur de ce manuel conseillerait sans réserve de rester jeune. Mais les effets du temps sont irréversibles et le rôle de la science est de mieux comprendre leurs modes d’action afin de les ralentir ou de les atténuer. Si l’élixir de jouvence n’est pas pour demain, les progrès sont indéniablement substantiels depuis quelques années. La convergence des découvertes pharmacologiques, de l’améliorations des conditions de vie et de l’élévation du niveau culturel a provoque une véritable explosion du nombre de personnes âgées performantes, en bonne sante et heureuses de vivre.

.

.

Les effets du vieillissement, pour des raisons encore obscures, ne sont pas homogènes. Tout d’abord, les personnes âgées sont très disparates. Nous ne sommes pas égaux devant le vieillissement. La déchéance côtoie la bien- portance et de nombreuses recherches se consacrent à l’heure actuelle à une meilleure compréhension de cette hétérogénéité entre les âges. Ensuite, tous nos organes et toutes nos fonctions psychologiques ne vieillissent pas au même rythme. Certains résistent au vieillissement, voire se montrent plus performants avec l’âge, alors que d’autres déclinent voire subissent un processus pathologique.

← Article précédent: Anatomie tractus optique Article suivant: Anatomie tractus pyramidal corticospinal


Une réponse pour "Psychologie : Le vieillissement normal, le vieillissement pathologique"

  1. O.F  26 avril 2018 at 13 h 42 min

    Est-il possible d’avoir les ressources scientifiques concernant l’avis de Freud et Charcot sur le vieillissement normal et pathologique.

    Merci d’avance

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles