Les vergetures

Accueil » Endocrinologie » Les vergetures écrit le: 13 février 2012 par admin

La vergeture est une faillite du tissu conjonctif et de l’épiderme, qui sont dépassés par les besoins de l’or­ganisme et qui craquent. Le tissu conjonctif ne remplit plus suffisamment sa fonction de fabriquer les fibres conjonctives et surtout élastiques.

,

Les vergetures se produisent sous l’action de trois facteurs:

  • Une distension mécanique de dilacération, d’éti- rement de la peau. Un tissu trop tendu, une peau mince favorisent ce craquèlement, chez les femmes enceintes ou celles qui grossissent brusquement, par exemple.
  • Un élément hormonal, qui explique pourquoi des jeunes filles, même minces, peuvent en être atteintes.

Deux glandes interviennent là: les surrénales, qui sécrètent les hormones du stress (les corticoïdes) et la thyroïde, qui sécrète l’hormone thyroïdienne.

La perturbation surrénalienne donne des vergetures pourpres, les perturbations thyroïdiennes, des verge­tures blanches; les vergetures fraîches sont plus rouges aussi, et blanchissent en vieillissant.

,
  • Un élément nutritionnel. La vergeture est une fonte de la peau par carence en protéines locale ou géné­rale, même de très courte durée. Au moment où l’or­ganisme a de gros besoins de protéines, il en réclame partout où il peut, et la banque la plus commode, c’est la peau. C’est ainsi par exemple que, très souvent, les femmes enceintes ont un déclenchement brutal de ver­getures parce que l’enfant qu’elles portent a un besoin soudain de        protéines.

Chez la plupart des obèses, les trois éléments, méca­niques, hormonaux et nutritionnels, sont en cause en même temps, et les vergetures sont aussi bien pourpres que blanches.

Les vergetures doivent donc se traiter sur les trois plans:

  1.     Sur l’élément mécanique, on peut lutter contre l’obésité en faisant maigrir, ce qui diminue les forces d’écartèlement, et surtout en donnant une bonne musculature pour résister à la dilacération.
  2.     Sur l’élément hormonal, on peut essayer de régu­lariser le système surrénalien-hypophyse ou thyroïdien-hypophyse; mais il faut le faire préco­cement car c’est assez difficile et délicat si l’on s’y prend trop tard.
  3.     Sur l’élément nutritionnel, il ne faut jamais lais­ser l’organisme manquer de protéines afin qu’à tout moment, lorsqu’il en a besoin, il les prenne sur l’apport alimentaire au lieu de les prendre sur la peau.

Il existe aussi des médicaments, comme la vitamine PP, qui luttent contre la formation des vergetures en renforçant la résistance de la peau.

,

On soigne un peu différemment les vergetures selon la période de la vie où elles se produisent. Chez les adolescentes par exemple, qui, même minces, ont des vergetures pourpres survenues soudainement sous l’in­fluence des hormones surrénales sécrétées un peu anarchiquement, outre la régulation hypophysaire, on prescrit un régime de protéines pures intermittent (voir page 55); séries de trois-quatre jours, séparés par une semaine de protéines élargies, c’est-à-dire en ajoutant fruits peu sucrés, légumes, fromages peu gras.

On obtient ainsi, avec ce régime suivi très tôt, et aidé par les traitements aux lasers doux concentrés sur les vergetures, une réduction importante et parfois totale de ces dernières.

On a l’impression que la vergeture se referme comme un cratère de volcan. On voit ainsi diminuer en longueur et même disparaître des vergetures de plus de trois centimètres de long, ii ne reste plus qu’un petit trait blanc, et certaines ont même complètement dis­paru.

,

Chez la femme enceinte, où plusieurs éléments se conjuguent pour faire apparaître les vergetures, il faut également agir sur tous les fronts.

 Au niveau hormonal, c’est un peu la nature qui mène la danse. On peut cependant exercer une surveillance.

Il faut faire en sorte que l’organisme ne pose pas trop de problèmes à la glande thyroïde. Si la femme grossit trop, elle donnera d’autant plus de travail à sa thyroïde, ce qui favorisera les vergetures. Par contre, si elle a un poids équilibré pendant sa grossesse, la thyroïde souf­frira moins, les chairs seront moins dilacérées, il lui sera facile de se remuscler.

,

Au niveau des surrénales, on ne peut rien faire, c’est un système délicat, très sensible. Mais les surrénales répondent au stress. Quand l’organisme est placé dans des circonstances difficiles, elles vont sécréter davan­tage, ce qui peut déclencher la survenue de verge- tures.

«Jusqu’au sixième mois de grossesse, je n’avais pas de vergetures, et en quinze jours, tout est venu », disent certaines femmes. C’est pourquoi il faut s’efforcer de vivre une grossesse harmonieuse, sans carences, sans stress, sans situations anormales; ainsi, les glandes sur­rénales seront d’autant moins sollicitées brutalement.

Sans toucher directement aux hormones, on peut cependant minimiser les actions néfastes de celles qui donnent des vergetures.

,

 Au niveau nutritionnel, prescrire un régime hyper- protéiné, pendant toute la grossesse: viande et pro­téines en quantité, mais sans exclure les fruits, les légumes, les salades, les fromages, indispensables à une alimentation équilibrée qui ne doit pas subir de carences pendant cette période.

  Au niveau mécanique, proposer un entretien mus­culaire a minima, des petites marches et des exercices spéciaux, en statique, pour raffermir le corps lors des amaigrissements, mais adaptés à la femme enceinte. On peut jouer ainsi sur la musculation sans fatiguer la femme jusqu’à un stade très avancé de la grossesse (sept à huit mois).

Dans ce cas, on a toutes les chances de prévenir l’apparition des vergetures et si, par ailleurs, il existe quand même un déséquilibre hormonal, elles seront moins nombreuses, moins longues et beaucoup moins profondes.

,

Quand les vergetures sont apparues chez une adulte, après grossesse ou obésité suivie d’amaigrissement, il faut mettre en jeu tout un ensemble de mesures.

Médicalement, on peut prescrire de la vitamine PP par voie buccale, ainsi que des médicaments bien connus maintenant, qui régénèrent les tissus conjonc- tifs des grands brûlés et des sujets qui cicatrisent mal, des oligo-éléments, et de l’homéopathie adaptée à chaque cas.

,

Pour régulariser le système hypophyse-surrénales, on essaie de jouer indirectement par les diverses méde­cines douces. Mais directement, au niveau des glandes mêmes, on doit rester prudent.

Il faut refaire une bonne musculation, suivre toujours un régime hyper-protéiné, et localement, pratiquer des traitements aux rayons laser doux, appliqués le plus près possible des vergetures.

Résultat : on voit diminuer la surface et le nombre des vergetures sur 15 ou 20 cm de peau. Il se pro­duit une régénération avec des ponts de peau; ceux- ci se multiplient de plus en plus. La vergeture ne disparaît pas mais, à la place de ce qui était dis­tendu, lisse, nacré, mort, il ne reste qu’une ligne plus petite, dont les parois se rapprochent, et les ponts se multiplient. Sur des ventres même très marqués, en trois mois, on peut obtenir des résultats sensibles, voire inespérés.

,

← Article précédent: Anatomie fontanelles Article suivant: Anatomie formation réticulaire


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site