Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ MEDECINE SANTE

Le viagra a-t-il un effet sur les femmes ?

Vous êtes ici : » » Le viagra a-t-il un effet sur les femmes ? ; écrit le: 16 février 2013 par imen modifié le 26 février 2015

 Le-viagra-a-t-il-un-effet-sur-les-femmes?Le Viagra a eu un impact sociologique considérable. En redonnant de la vigueur au quinquagénaire occidental, il a brisé le tabou des pannes sexuelles et, de manière générale, a permis de reconsidérer la sexualité de cette période de la vie (et au-delà). Néanmoins, ce médicament a recentré la sexualité sur l’homme, aux dépens des pro­blèmes rencontrés par les femmes. Ne serait-il pas possible de remédier, par un succédané chimique, à ce déséqui­libre de traitement?

De récentes études ont montré que, chez les femmes affectées par des troubles sexuels, l’état d’excitation est plus longtemps maintenu grâce à la prise de Viagra. Les sujets traités atteignent également plus facilement l’or­gasme. Rien de bien significatif toutefois, sans compter que le principe actif de la pilule bleue (le citrate de sildénafil) induit de nombreux effets secondaires. Les médicaments concurrents du Viagra, le Cialis (la molécule active est le tadalafil) et le Lévitra (vardénafil), n’ont pas été testés.

Comme il s’agit d’un marché porteur, les géants de la pharmacie ont lancé des programmes de recherche pour mettre au jour des molécules « miracles » qui pallieraient les troubles sexuels des femmes. En février 2007, un patch spécifique dénommé Intrisa a ainsi été mis en vente. Ce traitement diffuse une faible dose de testostérone, l’hor­mone mâle par excellence, afin d’accroître l’excitation sexuelle. En effet, un taux faible de testostérone (l’hormone est naturellement présente dans le corps féminin) est sou­vent lié à une libido jugée peu satisfaisante. L’Agence fran­çaise de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a cependant tenu à préciser que ce patch est « exclusi­vement indiqué dans le traitement de la baisse du désir sexuel chez les femmes ayant subi une ablation des ovaires et de l’utérus (ménopause chirurgicalement induite) en asso­ciation avec une estrogénothérapie, en particulier lorsque la baisse de ce désir induit une souffrance personnelle ».

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié