L’hémoptysie

> > L’hémoptysie ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 23 janvier 2018

Crachat de sang d’origine sous glottique

Définition :

Les hémoptysies se définissent comme l’expectoration de sang en provenance de l’appareil respiratoire sous-glottique. Elles se présentent comme des crachats contenant du sang rouge, aéré, survenant lors des efforts de toux.

Il s’agit d’un symptôme pneumologique assez courant, inquiétant et alarmant pour le patient.
Toute hémoptysie, doit faire consulter un médecin. Car même si cette émission de sang n’est pas grave en elle-même, elle pourrait témoigner et correspondre à des maladies surtout pulmonaires sous jacentes.

La physiopathologie :

Plusieurs mécanismes peuvent être à l’origine de l’hémoptysie :

.

.

Origine vasculaire pulmonaire :

C’est la Rupture vasculaire par érosion d’un gros vaisseau, (rare et à l’ origine d’hémoptysies massives cataclysmiques). On l’observe dans

  • Les anévrismes artério-veineux pulmonaires,
  • En cas de cancer érodant une artère,
  • Plus rarement dans la tuberculose

Origine vasculaire systémique : mécanisme le plus fréquent :

Il existe une Hyper vascularisation systémique avec une rupture d’un vaisseau, on l’observe dans :

.

.
  • Les processus inflammatoires et infectieux aigus (pneumonies, abcès, tuberculose au début)
  • les lésions séquellaires (dilatation des bronches)

Origine alvéolaire :

L’élévation de la pression veineuse pulmonaire, (œdème hémodynamique) ou altération de la membrane alvéolo-capillaire entraine le passage de globules rouges des capillaires pulmonaires dans les alvéoles.

Le diagnostic différentiel :

Lorsqu’on n’a pas assisté à l’accident, le malade peut confondre entre hémoptysie et d’autres saignements. Pour être sur qu’il s’agit bien d’une hémoptysie il faut écarter :

.

.

Hématémèse(rejet par la bouche de sang d’origine digestive):

  • sang rouge foncé, parfois mélangé à des débris alimentaires.
  • rejet au cours d’efforts de vomissement.
  • présence de douleur gastrique ou contexte d’un ulcère connu

Saignements des voies aéro-digestives supérieures:

  • l’épistaxis (inhalé)
  • les gingivorragies.
  • saignements pharyngés, laryngés (varices)

Les cause des hemoptysies :

Causes traumatiques :

  • Traumatismes du thorax (à la suite d’un accident par exemple : contusion, rupture etc.)
  • Inhalation d’un corps étranger qui passe dans les bronches.
  • Ponction pleural

Causes non traumatiques :

Respiratoires :

Devant une hémoptysie il faut toujours éliminer un cancer bronchique.

  • Cancer broncho-pulmonaire :

L’Hémoptysie est souvent révélatrice .elle est fréquente, minime au début et répétée.
Un terrain tabagique avec une toux rebelle, une altération de l’état général et la présence de douleurs thoracique permettent d’évoquer le diagnostic de cancer broncho-pulmonaire

.

.
  • Tuberculose pulmonaire :

Parfois l’Hémoptysie est le symptôme révélateur d’une tuberculose pulmonaire
Le diagnostic est évoqué sur la présence de signes cliniques évocateurs (altération de l’état général, fièvre, sueur nocturne) et sur la radiographie de thorax et confirmé par la présence de BK dans l’expectoration

  • Dilatation des bronches :
  • Bronchite chronique :

Les poussées de surinfection dans les bronchites chroniques peuvent être à l’origine des hémoptysies.

.

.
  • Pneumopathies :

Toute pneumopathie infectieuse peut être à l’origine d’une hémoptysie de même que tout abcès pulmonaire

  • Maladies inflammatoire des poumons.
  • Parasitoses et mycoses pulmonaires

Extra respiratoires :

  • Le rétrécissement mitral.

Très évocatrice lorsqu’elle survient à l’effort

.

.
  • L’embolie pulmonaire.
  • Œdème pulmonaire.
  • Insuffisance cardiaque en poussée.
  • Infarctus du myocarde.
  • Maladie de takayasu, maladie de Behcet
  • Trouble de l’hémostase

Idiopathiques (sans cause):

La notion d’un tabagisme et d’un âge de 50 ans justifient un suivi radiologique à la recherche d’un cancer pulmonaire chez les personnes qui présentent une hémoptysie sans cause.

Les symptômes :

C’est le rejet par la bouche d’une quantité plus ou moins importante de sang
Chaleur rétro sternale, angoisse, chatouillement laryngé, lipothymie sont des prodromes qui peuvent exister avant l’hémoptysie.
Selon l’abondance du sang on peut classer les hémoptysies en :

Hémoptysie de faible abondance :

  • Elle est la plus fréquente et correspond à un rejet de sang rouge ou de crachat de coloration noirâtre contenant du sang (crachats striés de sang).

Hémoptysie de moyenne abondance :

  • correspond à environ 100 à 400 millilitres de sang, parfois précédée d’un problème respiratoire. Cette variété d’hémoptysie s’accompagne quelquefois de sueurs et d’accélération du rythme du cœur et comporte un risque d’aggravation imprévisible.

Hémoptysie de grande abondance (500ml de sang) :

  • Elle est généralement accompagnée d’un malaise pouvant aller jusqu’à un état de choc, associés à une gêne respiratoire.

Hémoptysie cataclysmique :

  • rare, est susceptible d’entraîner la mort en quelques instants par spoliation sanguine et inondation pulmonaire.

Diagnostic d’une hémoptysie :

Clinique :

Le diagnostic d’hémoptysie étant simple : la principale préoccupation réside dans le diagnostic étiologique :
L’estimation de la gravité initiale par l’appréciation de retentissement respiratoire et hémodynamique de l’hémoptysie est essentielle

Biologie :

  • NFS (numérations des plaquettes)
  • Gaz du sang
  • Groupe sanguin
  • Tests portants sur la coagulation sanguine (prothrombine, le temps de saignement)
  • Examens bactériologiques des expectorations (recherche de Bacille de koch)

Imagerie :

En fonction du contexte on pratique :

– une radiographie pulmonaire.

– la fibroscopie bronchique :

Permet le diagnostic étiologique (réalisation des prélèvements bactériologiques, cytologiques et histologiques), topographique (précise le coté de l’hémoptysie et visualise le caillot), et parfois un geste thérapeutique

– le scanner thoracique.

Selon le contexte pathologique, d’autres examens seront demandés

Le traitement :

Hémoptysie de petite abondance :

Un repos est conseillé ainsi qu’une surveillance rigoureuse .on peut prescrire un antitussif.

Hémoptysie de moyenne abondance :

  • Il faut arrêter tout anticoagulant ou aspirine
  • un repos strict au lit avec une oxygénothérapie

Hémoptysie de grande abondance :

En urgence, lorsque le saignement est important et peut entraîner un état de choc, on procède à :

  • Traitement général de réanimation
  • Localisation de l’origine du saignement (Par voie radiologique, injection d’un produit opaque dans les artères afin de visualiser la carte de répartition des artères pulmonaires)
  • Embolisation radiologique, (au niveau où la fibroscopie situe le saignement, injection dans l’artère qui saigne un produit pour l’obstruer et arrêter ainsi le saignement.)

Il faut garder toujours à l’esprit que l’hémoptysie n’est que le symptôme d’une maladie qui nécessite un traitement spécifique.

Articles liés

Tuberculose symptomes
Bronchite et pneumonie
Maladie pulmonaire
Maladies respiratoire
Revue des maladies respiratoires
Bronchectasies
Emphysème

← Article précédent: Œdème pulmonaire, œdème aigu du poumon , œdème aigu pulmonaire ou eau dans les poumons Article suivant: Asthme et traitement


Une réponse pour "L’hémoptysie"

  1. Jean Daphney  9 mai 2018 at 19 h 31 min

    Je vois que le diagnostic manque,car j’ai vraiment besoin le diagnostic maintenant.

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles