Le cancer de la prostate

> > Le cancer de la prostate ; écrit le: 14 novembre 2011 par La rédaction modifié le 3 mars 2015

le plus fréquent des cancers de l’homme de plus de 50 ans (plus fréquent chez l’homme de race noire)

ANATOMIE DE LA PROSTATE

La prostate, glande de l’appareil génital masculin à sécrétion externe et interne, se trouve sous la vessie en avant du rectum. De la taille d’une prune (Elle mesure en moyenne 3 à 4 cm de long pour 3 à 5 cm de large), elle entoure le début de l’urètre, canal par lequel s’évacue l’urine collectée dans la vessie. La prostate sécrète le liquide prostatique qui, avec les sécrétions des vésicules séminales situées à proximité, constitue le liquide séminal.
Liquide prostatique, les secrétions des vésicules séminales et les spermatozoïdes issus des testicules, forment le sperme.
Le fonctionnement normal de la prostate dépend d’une hormone mâle, la testostérone, fabriquée par les testicules.

DÉFINITION :

La prostate est le siège de trois affections principales :
? le cancer de la prostate

? l’adénome de la prostate

.

.

? l’infection de la prostate ou prostatite.

Le cancer de la prostate est un “adénocarcinome”(cancers glandulaires), dans la grande majorité des cas, il est influencé par les hormones.
Le cancer de la prostate se développe à partir des cellules prostatiques qui bordent les petites glandes situées au sein de la prostate.
En temps normal, les cellules se divisent selon un ordre préétabli par les informations contenues dans le noyau de la cellule.
Lorsque ce processus de croissance ne suit plus les ” consignes ” du programme de la cellule, la division se fait de façon anarchique, non freinée, et aboutit à une tumeur. Cette tumeur peut-être soit ” bénigne ” et sans grand danger pour la santé, soit ” maligne ” et il s’agit alors d’un cancer.
La tumeur maligne a le potentiel de détruire d’autres cellules et de se développer à distance, dans d’autres parties de l’organisme. C’est ce qu’on appelle les métastases. Elle peut par ailleurs récidiver après traitement

.

.

FRÉQUENCE :

Le cancer de la prostate est

? le plus fréquent des cancers de l’homme de plus de 50 ans (plus fréquent chez l’homme de race noire)

.

.

? représente (après le cancer du poumon) la deuxième cause de décès par cancer chez l’homme dans le monde développé

L’âge moyen du cancer de la prostate se situe autour de 70 ans mais certains hommes sont atteints à un âge plus précoce.

.

.

LES FACTEURS DE RISQUE :

  • l’âge
  • Race : Les hommes d’origine africaine sont plus à risque
  • Hypertrophie bénigne de la prostate
  • Maladies sexuellement transmissibles
  • les facteurs familiaux : le risque de cancer de la prostate peut être multiplié *2 pour un homme qui a un parent du premier degré atteint d’un cancer de la prostate
  • les antécédents de vasectomie,
  • les régimes alimentaires riches en graisses,
  • activité physique (manque d’exercice), masse corporelle (obésité), taux d’hormones sexuelles.
  • Tabagisme

SYMPTÔMES DU CANCER DE LA PROSTATE

Longtemps silencieux, le cancer de la prostate ne provoque aucun symptôme. Les symptômes peuvent être reliés à une autre maladie de la prostate.

  • Le besoin d’uriner fréquemment, surtout la nuit.
  • De la difficulté à commencer à uriner ou à retenir l’urine.
  • L’incapacité à uriner.
  • Erection difficile.
  • Une éjaculation douloureuse.

À un stade avancé. Le cancer de la prostate peut entraîner :

.

.
  • une hématurie,
  • une impuissance sexuelle,
  • une altération de l’état général,
  • des douleurs liées à la présence de métastases

DIAGNOSTIC DU CANCER DE LA PROSTATE

.

.

Dépistage cancer prostate

L’examen clinique fondamental est le toucher rectal. Il peut détecter :

  • Une induration (induration nodulaire) de la glande.
  • Une consistance hétérogène
  • Une asymétrie de la glande
    ► Lire article

TRAITEMENT DU CANCER DE LA PROSTATE

Le traitement sera discuté suivant :

  • L’extension du cancer,
  • L’état général du patient
  • les maladies associées.

La chirurgie :

La chirurgie est réservée aux cancers de la prostate localisés et peu ou moyennement agressifs

Prostatectomie totale (prostatectomie rétro pubienne radicale)

Elle comporte l’ablation de la prostate et des vésicules séminales et peut être précédée d’un prélèvement des ganglions de drainage de la prostate

Résection trans-urétrale de prostate

C’est Un traitement chirurgical palliatif des troubles urinaires liés à l’obstruction par extension locale de la maladie.

Complications :

  • une incontinence urinaire
  • Des troubles de l’érection

L’hormonothérapie :

Il y a une corrélation entre la production de testostérone (hormone mâle) et la multiplication des cellules cancéreuses .Le but du traitement hormonal est de s’opposer à l’action de ces hormones. Ainsi, la diminution du taux de testostérone bloque la prolifération des cellules cancéreuses et diminue le volume de la prostate.
Le traitement hormonal bloque la prolifération du cancer sans le guérir.

La chimiothérapie :

La chimiothérapie diminue la croissance tumorale et peut diminuer les douleurs liées au cancer
Elle est utilisée dans les cancers de prostate métastatiques, ou lorsque le cancer ne répond plus au traitement hormonal

La radiothérapie :

Utilisée pour diminuer le volume de la tumeur ou éviter des complications locales. Elle peut être :

  • Externe
  • La curiethérapie : implantation de composants radioactifs dans le corps de la prostate

Attente sous surveillance :

c’est une option thérapeutique si :

  • la tumeur croît très lentement, et
  • La personne atteinte est âgée,

La tumeur n’aura pas le temps de grossir avant que d’autres problèmes de santé ne surviennent.

Vidéo : Le cancer de la prostate

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: Le cancer de la prostate

← Article précédent: Le cancer broncho pulmonaire primitif Article suivant: Le cancer du col de l’utérus


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles