Cholécystite aiguë

> > Cholécystite aiguë ; écrit le: 14 novembre 2011 par La rédaction modifié le 1 mars 2018

La vésicule biliaire (Voie Biliaire accessoire) est un organe piriforme qui stocke la bile qui sera utilisée par le corps pour la digestion. Elle communique avec le foie, le duodénum, le canal cholédoque à travers le canal cystique.La bile produite par le foie va être stockée et concentrée dans la vésicule biliaire en attendant que celle-ci soit nécessaire à la digestion. La bile est composée de mucus, de pigments biliaires, de sels biliaires, de cholestérol et de sels minéraux.

Définition :

C’est l’inflammation aigue de la vésicule biliaire.La cholécystite aigue est liée à l’infection du liquide vésiculaire, suite le plus souvent (90%) à l’obstruction du canal cystique par un calcul biliaire : Comme la bile est hypertonique, elle provoque un appel d’eau vers la vésicule qui devient turgescente et inflammatoire.
Le liquide en stase (bile stérile), peut se surinfecter par des germes digestifs remontants du duodénum.

Les causes de la cholécystite  :

Holécystite aiguë lithiasique :90 %

  • calcul au niveau du canal cystique (distension de la paroi vésiculaire → dilatation → compression des petits vaisseaux → ischémie).
  • Processus inflammatoire.
  • Facteurs infectieux.

Cholécystite aiguë alithiasique :

  • Facteurs mécaniques (Spasme, médicaments, stase biliaire,).
  • Facteur vasculaire (détresse, état de choc, ischémie de la paroi vésiculaire).
  • Facteurs infectieux.

Germes en cause :
aérobie (BGN) :

  • E.coli.
  • Klebsiella.
  • Streptococcus fécalis.

anaérobie : cholécystite aiguë gangréneuses.
Parasites : cryptosporidiose
Autres causes de cholécystite aiguë :

  • Une anomalie des voies biliaires
  • Un cancer de la vésicule biliaire ou des voies biliaires
  • Le sida
  • Un traumatisme
  • Une septicémie

Les symptômes  :

Le tableau typique associe une femme obèse avec des antécédents de colique hépatique et un syndrome douloureux et fébrile de l’hypocondre droit (zone de l’abdomen située à droite du nombril)

Les Signes fonctionnels :

  • Une douleur, au niveau de l’hypocondre droit, brutale, intense qui augmente progressivement et ne répond pas aux antalgiques.
  • Cette douleur irradie vers l’épaule droite ou la région inter-scapulaire (au milieu du dos, entre les omoplates)
  • Des nausées, des vomissements et des troubles de transit.

Signes généraux :

  • fièvre (39 °C- 40 °C)
  • frissons

Signes physiques :

  • douleur provoquée par le signe de Murphy. (le signe de Murphy consiste à provoquer une douleur à la palpation profonde de la région vésiculaire)
  • Défense localisée (au niveau de l’hypocondre droit).
  • Grosse vésicule biliaire (rare, masse douloureuse sous-costale droite à la palpation)

Les examens complémentaires  :

Biologie :

  • Augmentation du taux de globules blancs dans le sang
  • Élévation de la CRP (Protéine C réactive) dans le sang

Imageries :

L’échographie hépatique :

C’est l’examen fait en première intention, il peut montrer :

  • Vésicule biliaire distendue.
  • Parfois épaissies, calcul enclavé.
  • Montre une lithiase avec un aspect de cône d’ombre.

La Radiologie d’abdomen sans préparation (ASP) :

  • Peut retrouver des calcifications dans l’aire vésiculaire de manière inconstante.
  • Elle met en évidence l’absence de niveau hydroaérique et de pneumopéritoine (ce qui permet d’éliminer les autres urgences).

Le scanner abdominal (TDM) :

  • Moins sensible que l’échographie.
  • Peut montrer la lithiase et la paroi vésiculaire épaissie

Scintigraphie hépatobiliaire :

Elle peut aider à faire le diagnostic dans les rares cas atypiques où l’échographie ne permet pas de trancher.

Évolution et complications :

La cholécystite aiguë est souvent le premier signe d’une lithiase de la vésicule biliaire.

Forme non compliquée :

La crise dure de 2 à 4 jours puis guérit spontanément en une semaine.

Forme compliquée :

L’infection risque de se compliquer :

  • Cholécystite gangréneuse
  • Péritonite par perforation de la vésicule, = biliopéritoine.
  • Abcès péri-vésiculaire ou intra-hépatique
  • Fistule cholécysto-cholédocienne
  • Fistule bilio digestive

o cholécysto duodénal

o cholécysto colique.

  • Iléus biliaire par fistule cholécysto-duodénale: le calcul migre dans le duodénum, et peut provoquer une occlusion en aval

Le traitement :

Le repos est nécessaire, on peut poser un sac de glace sur le ventre.
Il est quelquefois nécessaire de pratiquer une aspiration de l’estomac, en particulier en présence de vomissements abondants.

Traitement médicamenteux :

  • Les antispasmodiques (atropine et analogues).
  • La correction des troubles hydroélectriques
  • Les antibiotiques (augmentin), durant 15 jours.

Traitement chirurgical :

la cholécystectomie(enlèvement chirurgicale de la vesicule biliaire) est nécessaire en cas de :

  • Complications de cholécystite aiguë, (pyocholécystite, de perforation vésiculaire, de choc toxi-infectieux grave)
  • Les signes ne disparaissent pas avec le traitement médical.

Elle se fait en urgence ou différée après refroidissement (traitement médical par antibiotiques), et par cœlioscopie.

Vidéo :  Cholécystite aiguë

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: Cholécystite aiguë

Articles liés

Les calculs biliaires
Anatomie Conduit cystique
Gastro-enterologie : Douleur d’origine hepatobiliaire
Les fibres et la prévention des calculs biliaires
Pathologie du foie et des voies biliaires

← Article précédent: Appendicite Article suivant: Symptômes et traitement d’une fissure anale


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site