Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ MEDECINE ET SANTE

Abcès de la marge anale

Vous êtes ici : » » Abcès de la marge anale

Références

1. Abcès de la marge anale sur hopital-dcss.org
2. Drainage d’un abcès anal sur proktos.com
3. Fistule anale, abcès de la marge sur chirurgie-digestive.org

Un peu d’anatomie :

Le canal anal

est la région par laquelle se termine l’intestin. Il fait la liaison entre l’ampoule rectale et les plis radiés. Anatomiquement, il est séparé en deux zones par une ligne de replis appelée ligne pectinée qui est parfois associée à des petites saillies triangulaires ; les papilles anales. La surface interne du canal anal est tapissée par une muqueuse. Les sphincters (assemblage de fibres musculaires lisses dont le fonctionnement dépend du système nerveux végétatif, involontaire) ou bien de fibres musculaires striées (c’est-à-dire sous le contrôle du système nerveux de la volonté), contrôlant l’ouverture et la fermeture de l’orifice anal) qui entourent le canal anal est un appareil composé d’un sphincter interne, fait de fibres lisses et d’un sphincter externe fait de fibres striées comportant un faisceau superficiel, un faisceau profond (sphincter externe) et dans sa partie haute, une bande musculaire appartenant au muscle pubo-rectal. L’anus représente la fin du tube digestif permettant la sortie des déchets.

Autour de cette zone règne une atmosphère délétère favorisée par l’humidité et la ventilation insuffisante (transpiration excessive) Beaucoup de pathologies peuvent toucher la marge anale :





  • Les ulcères de l’anus
  • La fistule anale
  • L’abcès rectal
  • Le diverticule
  • Une maladie de Crohn
  • Les hémorroïdes

Physiopathologie :

L’abcès est une collection de pus au niveau de la graisse qui entoure le canal anal (la partie basse du rectum). L’origine de l’abcès anal est une infection qui touche une des glandes située à la partie haute de ce canal. Ces glandes, dont le rôle n’est toujours pas certain, s’abouchent au niveau de la muqueuse dans des replis appelés les cryptes. Pour une raison ou une autre, ces glandes peuvent s’obstruer et c’est leur infection qui amorce le processus de formation de l’abcès. En effet, elles perforent la paroi du rectum et provoquent la contamination. Cela se traduit, sur le plan clinique, par des douleurs, de la fièvre et souvent une tension avec aspect rougeâtre de la peau avoisinant l’anus. Le seul traitement efficace est une intervention chirurgicale en urgence, afin de traiter la cause et d’éradiquer le risque de récidive ultérieure.

Symptômes :

L’abcès de la marge anale se manifeste par une douleur vive, pulsatile, empêchant le patient parfois de trouver le sommeil, elle s’accentue à la moindre pression. L’examen de la région anale retrouve une zone tuméfiée, rouge, visible sur une des berges de l’anus. Au toucher (palpation), cette tuméfaction est exquisément douloureuse, elle peut paraître indurée, infiltrée, ou déjà fluctuante si l’abcès est collecté. Si l’abcès est plus profond, l’induration devient diffuse d’un côté entier de l’anus, également retrouvée au toucher rectal. Le diagnostic est alors moins facile et pourrait prêter à confusion avec une tumeur, ou autre. En ce cas là, la fièvre et l’hyperleucocytose (l’augmentation du nombre de globules blancs dans le sang mise en évidence par une analyse courante appelée NFS, font pencher vers l’hypothèse d’un abcès. C’est, enfin, l’examen sous anesthésie générale qui apporte la confirmation du diagnostic et permet d’apporter le plus de précision quant au siège et à l’étendue exacte de la collection.

Traitement :

L’incision :

En attendant que le patient soit à jeun, on peut calmer la douleur avec du paracétamol (2 cp à 500 mg) et commencer un traitement antibiotique (métronidazole, amoxicilline, aminosides) si le syndrome infectieux paraît sévère, ce traitement n’étant jamais suffisant par lui-même il faut avoir recours à la chirurgie. Dans ce cadre, l’opération consiste en une incision en regard de l’abcès. Ensuite on l’évacue ainsi que tous les tissus infectés. Parfois, si la cavité est volumineuse, il faut recourir au drainage en utilisant une mèche ou une lame de caoutchouc. On doit toujours rechercher une communication avec la glande infectée. Lorsqu’une communication est trouvée, on doit la traiter en la drainant. Mais cette mise en évidence n’est pas toujours possible, en effet, l’infection et l’œdème des tissus environnants sont parfois susceptibles de la masquer.

Les suites postopératoires :

Ils comportent une antibiothérapie, débutés avec l’opération (ou même avant) et poursuivie pendant 2 à 5 jours selon les cas. Les suites sont peu ou pas douloureuses. On donne aux patients des produits laxatifs (facilitant le transit intestinal et rendant les selles fluides et molles) pour éviter la constipation. Le patient doit effectuer un bain de siège après chaque selle. Des soins locaux seront faits au moins une fois par jour pendant quelques jours. S’il y a des lames de drainage, celles-ci devront être retirées entre le 3ème et le 6ème jour. Par contre, les systèmes de drainage des communications avec l’intérieur du canal anal (glande et crypte) restent en place pour quelques semaines selon les cas. Le patient quitte l’hôpital, généralement, entre le 1er et le 6ème jour après l’opération. Néanmoins, les soins doivent être poursuivis à domicile. Et tant que la plaie n’est pas entièrement cicatrisée, ce qui peut prendre plusieurs semaines, un écoulement plus ou moins purulent persistera, avec une perturbation de la continence anale (difficultés pour retenir gaz et même matières fécales, surtout liquides).

Les complications :

Les complications postopératoires sont rares. Cependant, lorsque la communication avec l’intérieur du canal passe inaperçue et reste sans traitement, à long terme, soit l’abcès peut récidiver, soit une fistule anale peut apparaitre. Elle se manifeste par un écoulement purulent par un petit orifice cutané au niveau du bord de l’anus. Cela se traite par une opération, à froid. Parfois les patients développent des troubles de la continence anale (surtout vis-à-vis des gaz) après de volumineux abcès, responsables de dégâts locaux importants.

Notes et références

1. Abcès de la marge de l’anus sur sante-guerir.notrefamille.com
2. douleurs anales aigues sur esculape.com
3. Abcès de la marge anale sur gastroenterologue-paris.com

← Article précédent: Article suivant:

5 réponses pour "Abcès de la marge anale"

  1. Alex  6 juillet 2012 at 2 h 30 min

    Moi j’ai un problème aussi je pense que c’est un abcès je peut pas dormir car j’ai vraiment mal n’y m’assoir et sa me fais constament mal je me demande si c’est ça j’ai que 16 ans , fin bref j’attend vos réponses

    Répondre
  2. afolée  12 octobre 2012 at 17 h 17 min

    Bonsoir j’ai depuis 3 mois maintenant un bouton entre mes fesses je ne sais pas de quoi il s’agit exactement mais c’est purulent et sanglant un peu , le problème c’est que je ne peux pas partir chez un médecin parce que je suis dans un pays ou je ne maîtrise pas bien sa langue. Aidez moi s’il vous plait je ne sais pas c’est quoi exactement et j”ai peur que ça soit grave parce que ça a trop duré. Merci d’avance!

    Répondre
  3. christian jodel  24 octobre 2012 at 17 h 57 min

    comment traiter un abces à l’interieur de l’anus?

    Répondre
  4. tH2A  8 février 2018 at 18 h 05 min

    il ne faut pas se soigner tout seul;il est indispensable d’opérer pour inciser et éviter les complications et récidives.Ce n’est pas parce que il existe certaines pratiques dans des pays sous développés qu’il faut faire pareil en France ou nous avons une médecine de qualité.
    Et çà peut arriver à n’importe quel age.

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Autre Top Articles