Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ MEDECINE SANTE

Appendicite

Vous êtes ici : » » Appendicite ; écrit le: 14 novembre 2011 par La rédaction modifié le 19 avril 2018

Appendicite
c’est une sorte de cul-de-sac cylindrique, situé sur le cæcum, extrémité proximale du côlon, sa taille, très variable d’un individu à l’autre, est de 7 à 10 cm de long et de 5 à 8 mm de diamètre environ.L’appendice n’a pas de rôle propre, c’est un vestige de l’évolution, mais certains le considèrent comme une réserve protégée pour bactéries amies

Définition :

L’appendicite correspond à l’inflammation de l’appendice. Elle se manifeste le plus souvent chez l’adolescent ou le jeune adulte, mais peut survenir à tout âge. La plupart du temps, il s’agit d’une affection bénigne. Mais sans diagnostic et sans traitement, l’appendice peut éclater, provoquant une inflammation du péritoine (péritonite). Cela peut alors entraîner des complications allant jusqu’à la septicémie.
L’appendicite est l’urgence chirurgicale la plus fréquente. Les tableaux cliniques peuvent prendre des formes diverses et complexes .Le diagnostic de l’appendicite typique est clinique.

Les causes de l’appendicite :

C’est une inflammation causée par :



  • Des morceaux d’aliments qui s’accumulent dans l’appendice
  • Tumeurs, inflammations de l’intestin
  • Présence de corps étrangers
  • L’affection reste parfois inexpliquée.

Les symptômes d’une appendicite :

Les signes fonctionnels :

  • Une douleur iliaque droite
  • Une douleur d’abord épigastrique puis localisée à droite,
  • Des vomissements,
  • Une constipation ou parfois une diarrhée.

Les signes généraux :

  • Une température aux alentours de 38 °C, sans retentissement général.
  • Le pouls est accéléré en rapport avec cette hyperthermie. La langue est recouverte d’un enduit blanchâtre (langue saburrale).

Les signes physiques :

  • Un abdomen plat qui respire normalement
  • Une douleur provoquée au point de Mac Burney (milieu d’une ligne imaginaire partant du nombril et allant à l’épine iliaque antéro-supérieure)
  • une défense à la palpation profonde et une hyperesthésie cutanée
  • Il existe au toucher rectal une douleur à droite dans la moitié des cas.

À ce stade le diagnostic d’appendicite est posé et l’intervention s’impose en urgence. Les examens complémentaires trouvent leur intérêt dans les formes cliniques de diagnostic difficile.

Les cas atypiques d’appendicite :

  • L’appendicite du jeune enfant et du vieillard
  • L’appendicite de la femme enceinte à cause du caractère banal des vomissements et de la fréquence des pyélonéphrites. Le diagnostic est en général facile en fin de grossesse ;
  • L’appendicite décapitée par un traitement antibiotique prescrit à l’aveugle : symptomatologie incomplète ou atypique
  • L’appendicite de siège ectopique (différent) :

→ L’appendicite rétro cæcale où les signes sont postérieurs, lombaires

→ L’appendicite sous-hépatique qui peut simuler une cholécystite aiguë

→ L’appendicite pelvienne peut simuler une salpingite aiguë, mais les signes fonctionnels et physiques sont unilatéraux.

→ L’appendicite méso-cœliaque , où l’appendice est situé au milieu des anses grêles et qui se manifeste par une occlusion fébrile.

Évolution sans traitement :

L’évolution spontanée d’une appendicite est l’abcédation (la formation d’un abcès) puis la perforation de l’abcès dans le ventre : c’est la péritonite avec la présence de pus dans la cavité abdominale

  • le plastron appendiculaire qui associe un état infectieux persistant à des troubles du transit et à une masse mal limitée dans la fosse iliaque droite. L’évolution peut se faire vers la guérison ou vers l’abcès péri-appendiculaire ;
  • l’abcès péri-appendiculaire : signes de suppuration profonde. Localement, il existe une masse de la fosse iliaque droite ferme, douloureuse. L’évolution peut se faire vers l’ouverture dans la vessie, le côlon. L’abcès peut se rompre dans la grande cavité péritonéale, provoquant une péritonite aiguë généralisée ;
  • la péritonite généralisée : d’emblée ou secondairement à la rupture d’un abcès péri-appendiculaire : généralisation à tout l’abdomen, contracture, hyperthermie franche et dégradation de l’état général.

Le traitement de l’appendicite :

Une hospitalisation s’impose car le traitement de l’appendicite aigue est chirurgical.
Le traitement chirurgical est l’appendicectomie d’urgence.

Appendicectomie classique :

  • sous anesthésie générale avec une petite incision de quelques centimètres sur le flanc droit
  • sortie possible après quelques jours
  • l’arrêt de travail est de 2 semaines

Appendicectomie sous cœlioscopie :

  • Sous anesthésie générale sans incision (opération à travers des minuscules points de ponction)
  • Reprise des gaz et du transit en 24 heures
  • Absence de douleurs cicatricielles et de cicatrices
  • Sortie de l’opéré au 3 jour
  • Reprise de l’activité 4 jours plus tard.

Appendicite avec péritonite ou abcès :

  • Il faut procéder à une toilette péritonéale complète.
  • Une antibiothérapie complémentaire de courte durée peut être justifiée.

Soins péri-opératoires :

Antibiotiques : céphalosporine + gentamicine ou métronidazole + gentamicine.

  • Par voie parentérale, en péri-opératoire et en dose unique.
  • Les modalités et la durée du traitement antibiotique dépendent de l’état de l’appendice et du péritoine

Vidéo :  Appendicite

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: Appendicite

← Article précédent: Article suivant:

2 réponses pour "Appendicite"

  1. ikram doc  14 septembre 2012 at 15 h 11 min

    le siege le plus frequent de l appendice

    Répondre
    • La rédaction  17 septembre 2012 at 14 h 32 min

      La forme classique iliaque droite de l’appendicite compte pour les quatre-cinquième des cas. Elle est pelvique dans moins de 15 % des cas. Les formes rétro-cæcale comptent pour un cinquième des cas.

      Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles