Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ MEDECINE SANTE

Primevère officinale fleur de coucou clef de Saint-Pierre

Vous êtes ici : » » Primevère officinale fleur de coucou clef de Saint-Pierre ; écrit le: 15 décembre 2011 par La rédaction

Primula veris L.

Quel est son aspect ?

Primevère officinale   fleur de coucou   clef de Saint-Pierre La primevère officinale est une plante herbacée vivace de quelque 30 cm de haut. Sa tige florifère duveteuse sort d’un court rhizome cylindrique pourvu de nombreuses radicelles. Ses feuilles sont rondes à ovales, dentées et nervurées. Leur face inférieure est veloutée. Ses fleurs sont groupées en ombelles simples. Elles sont longuement pétiolées. Leur calice tubulaire est vert jaunâtre, la corolle est jaune, dressée et ouverte. Floraison : avril  mai. Fruits : des capsules.



Où pousse-t-elle ?

C’est une espèce très courante en Europe et en Asie. On découvre des primevères dans les pâturages ensoleillés et humides, dans les bois feuillus et les clairières.

Comment la récolter et la conserver ?

Les fleurs, ou les ftiizomes avec leurs radicelles font l’objet de la récolte. En général, les fleurs seules sont cueillies, car il s’agit d’une espèce protégée. La cueillette se fait en avril, mai. Lorsque les rhizomes sont récoltés, ils sont sortis de la terre au printemps, avant l’apparition des feuilles. Les deux parties de la plante sont mises à sécher, à l’ombre ou au soleil. Lorsque la dessiccation est artificielle, la température ne doit pas dépasser 40 °C. Les fleurs séchées ont un léger parfum de miel, les racines sentent l’anis. Les racines fraîches ne dégagent aucun parfum.

Que contient-elle ?

Les fleurs renferment de faibles quantités de saponine (2 %), les glucosides primavérine et primulavérine, et très peu d’huile essentielle (0,01 %).

La primevère en cosmétologie :

La partie la plus intéressante de la plante d’un point de vue’cosmétologique est la racine. Or, comme la récolte de celle-ci est plus que problématique, la primevère ne joue qu’un rôle discret en cosmétologie. L’infusion de primevère (10 g de primevère séchée pour 100 g d’eau bouillante) est cependant recommandée pour le lavage des cheveux, principalement au printemps. Elle les rend souples et brillants et leur confère un léger parfum d’anis. Elle est également conseillée pour nettoyer les peaux grasses, aux pores encrassés.

A quoi sert-elle encore ?

L’infusion de primevère a un effet expectorant en cas d’inflammation des voies respiratoires supérieures. La Primula elatior a des propriétés similaires, malgré sa teneur négligeable en huile essentielle.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles