➔ MEDECINE SANTE

Le phénomène de bouche sèche est très fréquent: bouche sèche

> > Le phénomène de bouche sèche est très fréquent ; écrit le: 9 février 2012 par Mahfoudhi modifié le 30 avril 2019

Qui ne s’est jamais plaint de sécheresse buccale ? La bouche est humidifiée par les glandes salivaires : les deux sous-maxillaires sous la mâchoire, les deux glandes sublinguales à côté, les deux glandes parotides devant l’oreille (qui gonflent lors des oreillons) et toutes les petites glandes accessoires dispersées dans la

muqueuse. Elles produisent de la salive qui est un composé un peu visqueux permettant aux aliments de glisser sur la muqueuse vers l’œsophage. Il n’en faut ni trop ni pas assez : juste ce qu’il faut.

La sécrétion peut être affectée par deux types opposés de gêne : l’hypersialorhée, occasionnée par l’excès de salive, et l’hyposialie, voire l’asialie, par défaut de fabrication de salive. Celle-ci est responsable de la xérostomie ou sécheresse de la bouche. Dans ces cas, les patients se plaignent d’avoir tous les jours la bouche sèche avec la langue parfois craquelée. Ils ont besoin de boire fréquemment, y compris la nuit. Souvent, ils se réveillent la langue pâteuse ou collée au palais.

L’hyposialie peut être objectivée par un test simple : le recueil de la sécrétion salivaire non stimulée pendant quinze minutes. Si le volume recueilli est inférieur à 1,5 ml, on parle alors de xérostomie objective. Une fois le diagnostic établi, on rechercher a les causes.

La xérostomie est souvent observée chez les sujets âgés et due à l’involution des glandes salivaires. Outre une pathologie liée aux glandes salivaires elles-mêmes (calcul, tumeur…), des causes beaucoup plus fréquentes apparaissent telles que la prise de médicaments : neuroleptiques, antalgiques, diurétiques, antihistaminiques, antiparkinsoniens et antidépresseurs. Dans les cas de bouche sèche, on évoque aussi fréquemment les états anxieux, dépressifs, le stress de la vie quotidienne. Le syndrome de Gougerot-Sjôgren  est beaucoup plus rare.

Le patient doit être sensibilisé au fait que la diminution de la qualité et de la quantité du flux salivaire modifie l’équilibre de la flore buccale et entraîne un risque de glossite, de gingivite, de parodontopathie, augmente le risque de caries et favorise les candidoses buccales. Pour traiter le syndrome sec buccal, il faut éviter tous les médicaments susceptibles d’induire ou de majorer une xérostomie, favoriser la respiration nasale, effectuer des prises de salive artificielle et soigner régulièrement sa denture (détartrage, soin de caries).

Articles liés

Vous vous sentez bien ? : Bouche sèche
LES GLANDES SALIVAIRES
Beaucoup de maladies de la bouche sont dues au stress

← Article précédent: La langue blanche n’est pas toujours un signe de mauvaise digestion Article suivant: Un aphte et un herpès, c’est pas la même chose


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site