L’asthmatique et les médicaments: asthme et contre indication medicamenteuse

> > L’asthmatique et les médicaments ; écrit le: 14 mars 2012 par lamia modifié le 18 août 2019

Nous savons que certains médicaments ouvrent les bronches des asthmatiques. De même, certains les font se fermer. Leur liste est longue. Comme les noms commerciaux peuvent changer, soit dans notre pays, soit par rapport aux pays étrangers, il est logique de connaître les maladies pour lesquelles ces médicaments sont donnés, afin d’avertir le futur pros cripteur. Chaque fois que l’on consulte un médecin qui n’est pas son médecin traitant, il faut lui signaler que l’on est asthmatique. Enfin, chaque fois que l’on utilise un médicament, il faut lire la notice d’emploi afin de vérifier que ce produit n’est pas interdit au sujet asthmatique.

Les produits appelés B-bloquants, qui bloquent l’activité du système nerveux B-adrénergique, sont tout particulièrement contre-indiqués chez le sujet asthmatique. On sait que le traitement du spasme des bronches passe par la simulation du système B-adrénergique, c’est pourquoi on donne les médicaments qui vont en mimer les effets. À l’inverse, bloquer le système B-adrénergique fermera les bronches. Cet effet sera d’autant plus net que les bronches seront sensibles, c’est-à-dire hyperréactives. Ces produits, les B-bloquants, sont utilisés chez les sujets qui ont une maladie du cœur, une angine de poitrine, de l’hypertension artérielle, de la migraine, ou encore dans le traitement de l’anxiété et dans le traitement du glaucome par un collyre.

Il est absolument indispensable de tenir compte de la voie d’administration du médicament, c’est-à-dire de la manière de le prendre, car cela peut en accentuer ou en diminuer l’efficacité et les effets secondaires.

.

.

Des yeux aux bronches, la distance paraît grande, mais pas tant que cela. Le produit est absorbé au niveau de l’œil, par l’œil lui-même, c’est-à-dire qu’une certaine quantité de médicament passe dans le sang au niveau de l’œil. L’excédent passe dans le canal qui va de l’œil au nez et à la bouche, le canal lacrymal. C’est pour cela que la prise de collyre est parfois accompagnée d’un goût amer. Dans la bouche, le collyre passe également dans le sang. Ces deux voies indirectes d’absorption font que le médicament, destiné initialement à l’œil, se retrouve dans le sang à des taux efficaces, en tout cas suffisants pour déclencher des crises d’asthme chez l’asthmatique.

Un patient qui a été sauvé par son médecin traitant de son arrêt cardio-respiratoire prenait en fait des collyres aux B-bloquants. Ce patient ne l’avait pas dit à son médecin traitant, et celui-ci n’avait pas évoqué cette possibilité, bien qu’il ait demandé à son patient quels médicaments celui-ci prenait. Le collyre aux B-bloquants était passé inaperçu de la part du entière.

.

.

L’aspirine est un médicament efficace, tout en étant complètement banalisé. Pourtant, l’aspirine peut être dangereuse chez les sujets qui y sont intolérants. Cela peut déclencher une crise d’asthme. Il est frappant de constater que la prise d’aspirine est suffisamment banale pour que, à la question : « Prenez-vous des médicaments ? », les consommateurs d’aspirine répondent la plupart du temps : « Non ! » Il apparaît ainsi que l’aspirine n’est, le plus souvent, pas vécue comme un médicament. Pourtant, s’il existe bien un produit puissant, c’est celui-là. C’est, par exemple, le seul produit connu qui permette de prévenir une nouvelle « attaque cérébrale de durée inférieure à 24 heures » chez les sujets en ayant déjà fait une.

Les « inhibiteurs de l’enzyme de conversion » font partie d’une classe de médicaments qui sont utilisés pour traiter les patients souffrant d’hypertension artérielle. Leur mode d’action est original, puisqu’ils vont bloquer la formation d’une substance qui est responsable de l’hypertension. Cette substance, l’angiotensine II, est synthétisée au niveau du rein. Or, au niveau du poumon, l’enzyme chargée de produire l’angiotensine Il existe également. La prise d’inhibiteurs de l’enzyme de conversion va bloquer cette enzyme au niveau du rein, et c’est l’effet recherché, mais également au niveau du poumon. Ainsi, la prise de ce genre de médicament peut déclencher de la toux chez certains patients, et notamment les patients asthmatiques. Cet effet, la toux, n’est pas constant, et même plutôt rare, ce qui nous permet d’utiliser efficacement cette classe de produits.
Enfin, il faut citer les médicaments qui miment les effets du système nerveux parasympathique, et sont donc capables de provoquer un spasme des bronches chez le sujet asthmatique. Ces médicaments sont principalement utilisés sous forme de collyre, et doivent être maniés avec précaution chez les sujets asthmatiques. Les médicaments qui empêchent de tousser sont également à utiliser avec prudence, surtout s’ils ont une action sur le système nerveux central. La liste des principaux médicaments contre-indiqués ou déconseillés chez le sujet asthmatique est donnée en fin d’ouvrage. Il faut en plus vérifier les contre-indications de ces produits.

.

.

Articles liés

L’asthmatique et les infections bactériennes
L’asthmatique et la climatisation
Asthme : Les maladies fréquemment associées
Asthme et traitement : Les moyens efficaces
Asthme
Qu’est-ce que l’asthme ?
L’asthme d’effort ou induit par l’exercice

← Article précédent: L’asthmatique et le ménage Article suivant: Anticancer : Désamorcer la peur


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles