Hémorragie du premier trimestre de la grossesse : Traitement

> > Hémorragie du premier trimestre de la grossesse : Traitement ; écrit le: 21 mai 2013 par imen

Fausse couche hémorragique (avec hémorragie importante)

  • Mise en place d’une bonne voie d’abord , Plasmion, bilan préopératoire rapide, NFS* hématocrite, crase sanguine TP TCK, Gpe Rh, RAI*.
  • Passage rapide au bloc opératoire.
  • Curetage systématique dès que l’hémorragie génitale est importante, aspiration et curetage non appuyé (risque de synéchie) à la curette mousse.
  • Dès 14-15 SA* o curetage digital.
  • Dans tous les cas envoi du matériel en anatomo-pathologie.
  • En peropératoire, Syntocinon en IV pour assurer une bonne rétraction.
  • Normal
    0
    21

    false
    false
    false

    MicrosoftInternetExplorer4

    .

    .

    .

    .

    /* Style Definitions */
    table.MsoNormalTable
    {mso-style-name:”جدول عادي”;
    mso-tstyle-rowband-size:0;
    mso-tstyle-colband-size:0;
    mso-style-noshow:yes;
    mso-style-parent:””;
    mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
    mso-para-margin:0cm;
    mso-para-margin-bottom:.0001pt;
    mso-pagination:widow-orphan;
    font-size:10.0pt;
    font-family:”Times New Roman”;
    mso-ansi-language:#0400;
    mso-fareast-language:#0400;
    mso-bidi-language:#0400;}

    Antibiothérapie prophylactique Augmentin (Amoxicilline 500 mg + Acide clavula- nique 125 mg) IV (2 à 3 g/j) puis per os (1 à 2 g/j) (CI : allergie aux pénicillines ou à l’acide clavulanique, MNI* association à l’allopurinol, innocuité non établie pour grossesse et allaitement).

  • Le jour du curetage est considéré comme le 1er jour du cycle(Jj).
  • En relais, on prescrit une pilule séquentielle (fortement dosée en œstrogène, question « contraception » n°23) pour permettre la repousse de la muqueuse pendant un cycle (Ovanon®, Norquentiel®).Ne pas oublier le sérum anti-D si Gpe Rh négatif, dès le jour du diagnostic, de même en cas de GEU*.
  •        Ne pas oublier les antibiotiques et la vaccination antitétanique si la notion de manœuvres abortives existe.

    .

    .
  • Éventuellement arrêt de travail.

    La majorité des fausses couches du 1er trimestre sont faiblement hémorragiques, et généralement l’expulsion est spontanée. Il importe seulement de revoir ultérieurement la patiente pour s’assurer de l’absence d’infection ou de rétention. Pour certains, le curetage doit être systématique au-delà de 8 SA*. Le plus souvent, il faut raisonner au cas par cas en fonction de la clinique et de l’échographie.

    .

    .

    Généralement, le curetage est pratiqué si le terme dépasse 8 à 10 SA* ; ou en cas de signes de rétention ovulaire (métrorragie persistante, gros utérus et signes échographiques).

  • Môle
  • Hospitalisation, aspiration curetage, étude anatomo-pathologique +/- chimiothérapie (type Méthotrexate®—améthoptérine, CI : hépatopathie. atteinte rénale, grossesse et allaitement, association aux AINS) et surveillance |3-HCG. Après la guérison, un délai d’un an est raisonnable avant de reconcevoir.

    .

    .
  • Exocervicite

    question « leucorrhée… » pas d’ovule d’amphocy- cline en cas de grossesse) après prélèvements cervico-vaginaux.

    .

    .
  • Grossesse extra-utérine

  • À noter

    Dans tous les cas, une transfusion peut être décidée pour sauvetage maternel. Cette décision est multidisciplinaire (anesthésiste, obstétricien). La transfusion sera non seulement iso-groupe, iso-rhésus mais aussi iso-Kell question iso-immunisation n°15) ; ceci nécessite la demande d’un phénotypage érythrocytaire complet.

  • Attention, ne pas oublier le sérum antiD si Gpe Rh négatif, dès le jour du diagnostic, même en cas de GEU*

← Article précédent: Hémorragie du premier trimestre de la grossesse : Etiologies Article suivant: Leucorrhée : Définition , classification et moyens du diagnostic


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles