L’intoxication alcoolique aigue

> > L’intoxication alcoolique aigue ; écrit le: 8 décembre 2011 par La rédaction

L’agressivité de l’ivresse

L'intoxication alcoolique aigue

L’ivresse provoque d’abord une plus grande assurance, une impression de force injustifiée, qui peut rendre le sujet agressif. Souvent, la personne suit ses idées sans tenir compte des autres. L’équilibre est précaire. Les vomissements sont fré­quents. S’il est parfois pos­sible de conduire gentiment au lit la personne soûle avec de bonnes paroles, ce n’est pas toujours le cas. Pourtant, l’administration d’un «simple tranquillisant» par un médecin n’est pas toujours recommandée. La personne ivre pourrait vomir et, trop endormie par l’ivres­se et le tranquillisant, inha­ler le contenu de l’estomac et inonder ainsi ses pou­mons. Dans le cas d’un alcoolisme chronique, il pourrait se produire une hy­poglycémie (baisse du glu­cose dans le sang) profonde, capable d’entraîner un coma ou bien la tension artérielle pourrait baisser de manières troubles graves. Le médecin peut donc être amené à recommander une hospitalisation brève (par exemple pour la nuit),afin que le malade soit surveillé comme il convient. Il faut éviter les traumatismes que la personne pourrait invo­lontairement s’infliger ou provoquer à son entourage.

Des conséquences dans tout l’organisme

La détresse respiratoire d’un coma alcoolique grave peut amener le médecin à pratiquer une ventilation artificielle, afin de passer un cap difficile. Chez l’alcoolique chronique, il existe un risque d’atteinte du cerveau (encéphalopathie) due à une insuffisance vitaminique (B1 ou PP). Il arrive aussi que la personne ivre reste allongée plus de douze heures dans son coma. Elle peut alors présenter des troubles comme une rhabdomyolyse ou une infection aiguë. La rhabdomyolyse est due à l’écrasement des muscles qui n’ont plus leur tonus normal. Un grand nombre de cellules musculaires peu­vent alors mourir et éclater, libérant leur contenu dans le sang. Or, il contient des sub­stances qui, en trop grande quantité, peuvent entraîner un arrêt du cœur ou un blo­cage des reins. Après une ivresse aiguë, les alcooliques chroniques peuvent aussi présenter une infection des poumons ou de la peau, une phlébite, etc. Enfin, en cas d’alcoolisation brutale comme en cas d’arrêt trop brus­que de la boisson, des con­vulsions sont fré­quentes.

La banale ivresse

En cas de simple soûlerie, sans véritablement perte de connaissance, si le sujet se laisse faire, il faut l’inciter à manger au moins un peu ou à boire un sirop sucré pour diminuer les risques d’hypo­glycémie, puis tenter de le conduire en douceur jusqu’à un lit. Si le sujet devient agressif, il ne sert pas à grand- chose d’essayer de lui faire entendre raison : il n’est pas conscient de son ivresse et n’est pas maître de lui ; il ris­querait surtout de devenir vio­lent. Mieux vaut approuver ce qu’il dit, même si c’est le contraire que vous pensez. Essayez seulement de le conduire sur un lit ou près d’un canapé ou vous pourrez l’aider à s’allonger lorsque l’endormissement viendra. En cas de vomissements, il n’y a tout simplement aucun traitement efficace : il faut attendre que ça passe. Toute administration de tranquillisant doit être évitée. Lorsque la période d’endormissement survient, il faut tourner le sujet pour le mettre dans son lit en position latérale de sécurité, surtout s’il a déjà vomi dans son ivresse. C’est de très loin le geste le plus impor­tant que vous puissiez faire pour lui, puisqu’il peut lui sauver la vie. L’appel d’un médecin ou d’un service d’urgence médicalisée (pom­piers) est parfois utiles, lorsque l’ivresse est profon­de ou bien lorsqu’un sujet en coma éthylique (alcoo­lique) est découvert.

.

.

← Article précédent: les intoxications par les produit menger et le gaz Article suivant: Que faire face à un drogué


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles