Les dysfonctionnements de la thyroïde : les goitres: la thyroïde

> > Les dysfonctionnements de la thyroïde : les goitres ; écrit le: 6 avril 2012 par aboura modifié le 15 janvier 2018

La thyroïde, chez un patient sain, pèse entre vingt et trente grammes. Lorsqu’elle grossit, il y a goitre. Le “goitre” est un terme vague qui ne désigne pas une maladie mais que la thyroïde est plus grosse que la normale. Le goitre peut être diffus, nodulaire ou multinodulaire. Il peut être bénin ou malin, euthyroïdien (fabriquant normalement les hormones) ou non. Dès qu’il y a gonflement de la thyroïde, un bilan clinique s’impose. Lui seul pourra diagnostiquer avec précision l’étiologie.

Les signes cliniques du goitre :

  • douleurs lors de la palpation,
  • dysphonie : modification de la voix,
  • dysphagie : gêne ou douleurs lors de la déglutition,
  • dyspnée : difficultés respiratoires.

Causes du goitre homogène :
Les goitres homogènes peuvent être causés par :

.

.
  • un trouble de l’hormonosynthèse
  • une carence en iode (goitre endémique)
  • la prise de sel de lithium
  • la prise d’antithyroïdiens de synthèse
  • une carence iodée associée à un trouble de l’hormono- synthèse (goitre sporadique)
  • une thyroïdite d’Hashimoto
  • un facteur alimentaire

Examen clinique:
Après une première palpation, d’autres examens plus approfondis sont indispensables :

  •  une radiographie du cou avec recherche de calcification ou extension du goitre vers le thorax,
  •  une échographie qui montrera le caractère homogène ou non du goitre. Lors des examens suivants, l’échographe véri­fiera l’évolution du goitre : son volume, l’apparition de nodules,
  • une scintigraphie qui localisera les lésions thyroïdiennes, et précisera la forme, la taille et la topographie du goitre. Elle permettra également de voir si le goitre a un caractère plon­geant ainsi que son homogénéité. De nos jours elle a peu d’intérêt dans l’exploration des goitres.

Les différents goitres

.

.

On classe les goitres en deux catégories :

  •  les goitres homogènes,
  •  les goitres inhomogènes (ou hétérogènes).

 Les goitres homogènes:

On trouve, parmi les goitres homogènes, trois sous catégo­ries :

.

.

Le goitre diffus homogène avec euthyroïdie:

Ce goitre simple survient principalement chez les femmes (80 %) et est influencé par les épisodes de la vie génitale. Le diagnostic de ce goitre se fait généralement après que les patients soient venus consulter pour une augmentation de volume de la thyroïde. Lors de la palpation, le médecin ne perçoit pas de nodules (sinon il ne s’agit plus d’un goitre homogène). Pourtant, aucun diagnostic sur la nature du goitre ne peut être posé lors d’une simple palpation.

.

.

Le volume du goitre simple est variable : il va du petit goitre invisible lors de la déglutition au goitre imposant. Il est souvent régulier, lisse. Sa consistance est à la fois élastique et ferme.

Le goitre, diffus, homogène avec hyperthyroïdie:

.

.

La maladie de Basedow:

Appelé également goitre exophtalmique ou maladie de Basedow en Europe ou encore maladie de Graves d’après le nom d’un médecin irlandais qui l’avait décrite en 1835 dans le London Journal. Héréditaire et plus fréquent chez les femmes que chez les hommes, ce goitre est généralement non douloureux à la palpation.

.

.

Le goitre exophtalmique est une maladie d’origine auto­immune qui est provoquée par la présence d’un anticorps thyréotrope (une protéine anormale) qui stimule une pro­duction d’une grosse quantité d’hormones thyroïdiennes par la thyroïde. En temps ordinaire, la production de ces anti­corps est empêchée par une espèce de “système de sur­veillance” composé de cellules sanguines dont l’action est suppressive, de cellules tueuses, de lymphocytes auxiliaires.

Les signes cliniques du goitre de la maladie de Basedow sont les suivants :

  • perte de poids malgré un appétit conservé
  •  fonte musculaire
  •  nervosité
  •  irritabilité
  • transpiration excessive
  •  tachycardie
  • souffle à l’auscultation avec “thrill” (impression de fré­missement) lors de la palpation
  •  intolérance à la chaleur
  • tremblements
  •  peau moite

Remarque : un goitre diffus, homogène avec hyperthyroï­die est dans 50 % des cas associé à une maladie oculaire avec des yeux rouges, saillants, sujets aux écoulements et des pau­pières tuméfiées. Les signes cliniques reflètent, en règle géné­rale, les nombreux effets qu’ont les dérèglements thyroïdiens sur l’organisme : accélération du pouls, transpiration abon­dante, désordres intestinaux avec diarrhées. Le patient devient vite irritable, à vif, et malgré un bon appétit, il perd régulièrement du poids dont la cause est la dégradation des protéines qui se trouvent dans l’organisme.

La thvroïdite subaiguë de Ouervain:

Lors d’une thyroïdite subaiguë (origine virale) de Quervain, le goitre est souvent douloureux avec des douleurs cervicales qui remontent vers les oreilles.

Le traitement se fait par anti-inflammatoires, la guérison est rapide. Dans les formes sévères, la prise de corticoïdes peut être préconisée.

La thyroïdite transitoire et indolente:

Cette thyroïdite ne s’accompagne ni de douleurs ni de syn­dromes inflammatoires.

Le traitement se fait par anti-inflammatoires.

 Le goitre, diffus, homogène avec hypothyroïdie:

Ce goitre, le plus fréquent, se rencontre principalement chez les femmes, jeunes, qui constatent une augmentation de volume de leur cou. La cause de cette augmentation est dûe à un ralentissement de la sécrétion d’hormones. L’hypophyse répond à cette carence en augmentant la sécrétion de TSH. La glande thyroïde, sous l’effet de cette stimulation, grossit, sans pour autant augmenter sa synthèse d’hormones thyroïdiennes.

Les facteurs étiologiques:

Pour qu’il y ait goitre, il faut que l’on ait sécrété, à un moment donné, une grande quantité de TSH et ce de façon prolongée, en réponse à une insuffisance sécrétoire. Cette insuffisance sécrétoire est dûe à un trouble de la synthèse hormonale dont les origines sont :

–   le plus souvent une atteinte autoimmune (thyroïdite de Hashimoto)

–   une intoxication par facteurs goitrogènes, comme :

  • des polluants des eaux potables
  • certains médicaments comme le lithium…
  • des algues marines riches en iode
  • des aliments goitrigènes (manioc, navets, choux, oignons…)

une carence en iode,

l’hérédité familiale.

L’origine géographique:

En France, les malades atteints de goitres, le plus souvent euthyroïdiens parfois avec hypothyroïdie se rencontrent plus spécialement dans les Alpes, le Jura, les Vosges, en Bretagne, dans les Ardennes, en Alsace, dans le Massif central, dans les Pyrénées.

Spécificité du goitre avec hypothyroïdie:

Le goitre avec hypothyroïdie est lisse, mobile, sa consis­tance ressemble à celle du caoutchouc. Cliniquement, il est isolé, sans trace de tumeur ni de caractère vasculaire. Il lui arrive de gonfler ou de dégonfler en fonction des épisodes marquants de la vie : stress, émotions, grossesses.

Biologie:

Élévation des anticorps antithyroïdiens dans les causes autoimmunes (anti-peroxydase supérieurs à 1/100 ; antithy- roglobuline supérieure à 1/2500)

T3 et T4 normaux

TSH augmentée

Les goitres inhomogènes

On trouve parmi les goitres inhomogènes

Le goitre diffus inhomogène euthyroïdien:

Le goitre diffus inhomogène euthyroïdien est un goitre nodulaire qui peut être d’emblée multinodulaire ou le deve­nir par la suite.

Spécificité du goitre inhomogène euthyroïdien :

Le goitre est bosselé et montre à la scintigraphie des nodules hypofixants qui peuvent, à l’échographie, être liqui- diens ou pleins ; des nodules isofixants ou hyperfixants.

Complications possibles :

Des complications comme des hémorragies locales dans un nodule, des infections, des gênes locales peuvent surve­nir. On peut trouver également une dégénérescence de quelques nodules. Si cela est le cas, il faut faire un examen anatomopathologique et envisager une chirurgie.

Le goitre diffus inhomogène hyperthyroïdien:

Le goitre diffus inhomogène hyperthyroïdien est la forme compliquée d’un goitre nodulaire voire multinodulaire. Il est dû à une surcharge en iode avec thyrotoxicose. Il se caracté­rise par une absence de nodule extinctif à la scintigraphie.

Le goitre diffus inhomogène avec hyperthyroïdie et nodule extinctif:

Ce goitre se caractérise par l’existence de nodules toxiques avec thyrotoxicose clinique. Il n’y a pas de signes oculaires mais une expression cardiovasculaire compte tenu de l’âge avancé des patients atteints de cette affection.

Le traitement du goitre diffus inhomogène avec hyperthyroï­die et nodule extinctif est chirurgical ou par iode radioactif.

Le goitre diffus inhomogène sans hyperthyroïdie et avec nodule extinctif:

C’est un goitre diffus inhomogène qui capte l’isotope sans toutefois entraîner de thyrotoxicose clinique ou biologique.

Le traitement du goitre diffus inhomogène sans hyperthy­roïdie et avec nodule extinctif est chirurgical ou par iode radioactif.

Vidéo : Les dysfonctionnements de la thyroïde : les goitres

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Les dysfonctionnements de la thyroïde : les goitres

Articles liés

Le goitre simple
Les personnes âgées et la thyroïde
Hyperthyroidie
/les-dysfonctionnements-de-la-thyroide/
Les affections thyroïdiennes aux différents âges de la vie

← Article précédent: La prévention des cancers de la thyroïde Article suivant: Les dysfonctionnements de la thyroïde : les nodules thyroïdiens


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles