La prévention des cancers de la thyroïde

> > La prévention des cancers de la thyroïde ; écrit le: 6 avril 2012 par aboura

La cause de la plupart des cancers de la thyroïde étant indé-terminée, il est donc difficile de prévenir leur arrivée. En ce qui concerne les cancers médullaires, l’hérédité peut entrer en ligne de compte (on estime à 20 % les cancers médullaires de la thyroïde dont l’origine serait familiale). Si cela est le cas dans votre famille, votre médecin pourra vous faire passer un test biologique afin de vérifier le risque que vous encourez.
Quels sont les signes avant-coureurs ?

Si vous êtes enroué depuis plusieurs semaines, si vous sen¬tez un petit nodule ou un ganglion à la base du cou, n’hési¬tez pas à consulter votre médecin qui vous fera faire des exa¬mens complémentaires. Il est important de noter que la plu¬part des cancers de la thyroïde ne montrent pas de signes avant-coureurs, qu’ils sont cliniquement latents et qu’ils sont découverts lors d’examens pratiqués pour une autre raison qu’un examen de la thyroïde comme un scanner, un Doppler ou une échographie cervicale. La présence d’un nodule devra faire l’objet d’un suivi médical sérieux, notamment en véri¬fiant sa taille et sa consistance, deux facteurs de risques de cancer.
Le cancer de la thyroïde se présente rarement sous forme de goitre, sauf s’il s’agit d’un goitre important, dur et peu mobile qui s’accompagne la plupart du temps de dyspnée et de problème de déglutition. Le cancer thyroïdien est souvent découvert devant une adénopathie cervicale.

Pour terminer, certaines métastases, notamment des méta­stases pulmonaires, peuvent se présenter sous formes micro- réticulonodulaires ou macronodulaires. C’est pour cela que lorsque l’on découvre des métastases pulmonaires ou même osseuses, il convient d’examiner attentivement la région cer­vicale pour vérifier s’il y a présence ou non de nodule thyroï­dien.

.

.

Il arrive également, même si cela est plus grave, que l’on découvre un cancer de la thyroïde par des signes neurolo­giques dûs à une métastase cérébrale.

Comment diagnostiquer un cancer de la thyroïde?

Il existe différents examens qui permettent de diagnosti­quer un cancer de la thyroïde comme :

.

.

L’échographie :

L’échographie est un examen qui consiste à projeter des ultrasons qui permettent de visualiser les organes à examiner. L’échographie permet de préciser la taille du nodule et de déterminer s’il est solide, liquide ou mixte. Si le nodule est liquide, il aura peu de chances d’être cancérigène. Lorsque le cancer de la thyroïde est diagnostiqué, on pratique, en géné­ral, une radiographie du thorax afin de rechercher d’éven­tuelles métastases.

.

.

Le scanner (ou tomodensitométrie) :

Le scanner est un examen qui montre des images des organes à l’aide de rayons X. Le scanner ou tomodensitomé­trie de la région du cou permet de visualiser des ganglions proches de la thyroïde et de déceler une extension.

.

.

La scintigraphie :

La scintigraphie est une méthode d’exploration médicale qui consiste à injecter une substance radioactive qui ira se fixer sur l’organe à examiner. Elle est réalisée à l’iode 123 ou au Technetium 99 m. Lorsque la fixation est faible en regard d’un nodule, le nodule est appelé “nodule froid”. Lorsqu’elle est forte, il s’agit d’un “nodule chaud” ou hyperfixant. Si le nodule est hyperfixant avec une extinction ou non du reste du paren­chyme thyroïdien (nodule chaud), le risque de cancer n’est pas très élevé. Par contre, si le nodule est isofixant ou hypofixant (nodule froid), il sera considéré comme suspect.

.

.

Cet examen n’est pas très intéressant car un nodule solide à l’échographie et froid à la scintigraphie peut être un nodule bénin comme il peut être un nodule cancéreux. Actuellement, c’est l’examen au microscope qui fera le diagnostic et qui déterminera, en cas de cancer, le type. Pour cela, le médecin pratique une ponction du nodule à l’aide d’une aiguille fine.

La cytoponction :

.

.

La cytoponction est un examen qui consiste à introduire une aiguille dans une partie du corps pour en prélever du liquide, du sang ou des cellules en fonction de ce que l’on désire analyser. La ponction cytologique est l’un des examens les plus importants permettant de déceler un cancer thyroï­dien. Réalisée à l’aide d’une aiguille fine, elle permet d’ap­porter un argument décisif en faveur d’un épithélioma papil- laire. En ce qui concerne lepithélioma vésiculaire, son dia­gnostic, lors de cet examen, est plus difficile à faire.

Le dosage à la calcitonine :

La calcitonine est une hormone sécrétée par les cellules C de la thyroïde dont le dosage augmente considérablement lorsqu’il y a un cancer médullaire. La calcitonine peut alors être considérée comme marqueur de la tumeur.

Vidéo : La prévention des cancers de la thyroïde

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : La prévention des cancers de la thyroïde

← Article précédent: Les dysfonctionnements de la thyroïde : les cancers Article suivant: Les dysfonctionnements de la thyroïde : les goitres


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles