Les analyses biologiques: Plaquettes, Potassium

> > Les analyses biologiques: Plaquettes, Potassium ; écrit le: 12 février 2013 par Sameh

Phosphore (Phosphorémie) :

C’est un marqueur biologique de la croissance chez l’enfant. L’augmentation du taux de phosphore chez l’adulte doit faire envisager une cause endocrinienne, rénale pour les plus fréquents. On complète alors ce bilan de dosages hormonaux comme le parathormone, l’hormone de croissance, et d’un bilan rénal complet.

Plaquettes (Thrombocytose) :

Comme je l’ai dit dans le chapitre « anticoagulants », leur dosage est effectué systématiquement en cas de prise de « fluidifiants ». Une modification importante de leur taux lors de la prise de fluidifiants (pendant les trois premiers mois) impose l’arrêt du traitement. Mais en dehors de ce cas :

Augmentation du taux :

.

.

L’augmentation du taux des plaquettes (200 00 à 1000 000/mm3) fait aisément évoquer l’existence d’une hémopathie ou d’un syndrome inflammatoire. Il faut savoir qu’une hyperplaquettose s’observe également au cours des hyposidérémies (baisse du fer) quelles qu’en soient leurs causes.

J’ai rencontré également des diminutions importantes du taux de plaquettes, lors de maladies comme une leucémie ou à la suite de chimiothérapies. J’ai vu des cas extrêmement bas : jusqu’à 4 000 ou 7 000/ mm3. La normale étant, je vous le rappelle, entre 150 000 à 400 000 par mm3. Ces personnes n’ont jamais présenté le moindre problème de coagulation ou d’hémorragie.. .

.

.

Tant mieux pour elles, mais l’explication demeure un mystère. Peut-être, utilisaient-elles la demande des plaquettes mises en réserve dans leur rate. Ou bien peut-être aussi que les plaquettes ne sont pas si indispensables que cela pour la coagulation, et que leur rôle principal serait autre ?

Potassium (Kaliémie) :

Le potassium est un ion peu connu du public, mais il a pourtant un rôle essentiel au sein de toutes les cellules de l’organisme. Il existe un équilibre entre le potassium intracellulaire et le sodium extracellulaire. Cet équilibre permet la constitution d’une différence de potentiel (polarité, champ électrique) propice à la vie cellulaire.

.

.

Augmentation du taux :

Avant de poser le diagnostic d’hyperkaliémie, il faut évoquer la possibilité de fausses hyperkaliémies, notamment par libération massive in vitro du potassium intracellulaire liée à des mauvaises conditions de conservation ou à des problèmes de transport du sang prélevé.

.

.

Les principales causes d’hyperkaliémie (vraie) sont les :

•             insuffisance Rénale aiguë ou Chronique.

.

.

•             causes médicamenteuses : spironolactone, intoxication digitalique…

•             causes endocriniennes : insuffisance surrénalienne.

.

.

•             causes métaboliques : baisse du sodium, acidoses, catabolisme (destruction) protéique ou glucidique…

Diminution du taux :

Les carences en potassium relèvent de nombreuses causes. Au coté des carences d’apport, il y a :

•             fuites digestives : diarrhée, vomissement, aspiration gastrique…

•             fuites rénales,

•             maladies endocriniennes,

•             cirrhoses hépatiques.

Une petite baisse de la kaliémie, pourra entraîner des crampes, signe devant faire évoquer le diagnostic. Mais les fortes baisses du potassium entraîneront des troubles du rythme cardiaque qui peuvent être dramatiques si elles ne sont pas rapidement corrigées.

Ainsi, pour faire remonter un taux de potassium, on peut se procurer un traitement de sels de potassium vendus en pharmacie. Mais, si le taux de potassium n’est pas trop bas, on peut essayer de le faire remonter par l’alimentation. La banane est un bon exemple.

← Article précédent: Les analyses biologiques: Neutrophiles, Phosphatases alcalines Article suivant: Les analyses biologiques: Prostate, Sodium


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles