Formes cliniques de sténose hypertrophique du pylore

> > Formes cliniques de sténose hypertrophique du pylore ; écrit le: 21 février 2012 par abir

Selon la date d’apparition

Sans intervalle libre (chez le nouveau-né) : L’absence d’intervalle libre est exceptionnelle et peut tromper, orientant plutôt vers un reflux gastro-oesophagien ou une atrésie duodénale. Le cliché sans préparation et le transit oeso-gastro-duodénal permettant de redresser le diagnostic.

Formes de diagnostic tardif:

Ici les vomissements ne sont plus post-prandiaux précoces et peuvent ne survenir qu’après la deuxième ou même la troisième tétée.

.

.

L’aspect de l’enfant est évocateur, aspect de « petit vieux » avec un visage fripé, des membres grêles, un pli cutané persistant et un abdomen distendu, en « BESACE ».

Les ondulations péristaltiques ont disparu et l’estomac, atone, se laisse distendre au- dessus de 1’obstacle donnant 1’ aspect de 1’ abdomen de «BATRACIEN ».

.

.

Formes atypiques

Forme avec vomissements sanglants :

La présence de sang, traduit habituellement une œsophagite peptique par reflux gastro- œsophagien associé. Cependant, dans de rares cas, des sténoses isolées peuvent entraîner un saignement en raison de la dilatation gastrique ou des fissurations muqueuses au cours des efforts de vomissements. Le s’impose dès le diagnostic confirmé.

.

.

Forme ictérique :

  • Rare (7 %) et sans explications étiopathogéniques.
  • II s’agit d’un ictère avec hyper bilirubinémie à prédominance  libre.
  • L’évolution est toujours simple, avec disparition de l’ictère après traitement chirurgical.

Forme avec reflux gastro-œsophagien :

.

.

La présence de sang dans les vomissements évoque le diagnostic, mais son absence ne l’élimine pas. Le transit oeso-gastro-duodénal peut objectiver un reflux gastor-oesophagien massif.

Généralement le reflux disparaît après traitement chirurgical de la sténose hypertrophie du pylore. Dans près de 15 % des cas, le reflux persiste après cure de la sténose hypertrophique

.

.

du pylore et doit être traite pour lui-même, médicalement ou chirurgicalement. Cette entité

constitue le syndrome phréno-pylorique de ROVIRALTA.

.

.

← Article précédent: Anatomie région antérieure du coude Article suivant: Diabète et situation particulière


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles