Ce qui ressemble a de l’asthme , ce qui a le goût de l’asthme , mais qui n’est pas de l’asthme !

> > Ce qui ressemble a de l’asthme , ce qui a le goût de l’asthme , mais qui n’est pas de l’asthme ! ; écrit le: 6 juillet 2012 par lamia modifié le 3 mars 2015

Ce n’est pas parce que l’on est asthmatique que l’on a l‘obligation de ne faire que des crises d’asthme. Un asthmatique peut faire d’autres maladies pulmonaires que l’asthme. Cette affirmation est regrettable, mais c’est ce que l’on observe chez nos patients. La situation est parfois très difficile, car les signes de cette nouvelle maladie peuvent ressembler a de l’asthme. Un train peut en cacher un autre, alors qu’ils font tous le même bruit.

Les poumons sont des éponges

Une manière de se convaincre de cette affirmation n’est pas tant la consultation de livres d’argot que de demander a son boucher un petit peu de « mou, pour son chat». En y regardant de plus prés, ces poumons, qui ressemblent beaucoup aux nôtres, sont très légers, car remplis d’air. Quand on les presse, du liquide et des bulles s’en echappent. Si on se rappelle que du sang circule autour des zones d’air, on s’aperçoit que les poumons méritent bien (‘appellation d’éponges. Essayons de comprendre [‘organisation de nos poumons.

Prenons un schéma simplifie du cœur et des vaisseaux. L’objectif de cet ensemble est de faire parvenir du sang rempli d’oxygène des poumons aux organes, les muscles, le cerveau, etc. Le cœur va distribuer le sang dans tous les organes: c’est une véritable pompe.
Le sang se charge d’oxygène au niveau des poumons, regagne le cœur, puis est envoyé par la pompe « cœur» dans les artères, la ou il peut être distribue a tous les organes du corps entier. L’oxygène est pour les organes le carburant dont ils ont besoin pour vivre. Ce sera plus précisément la partie gauche du cœur qui aura cette fonction pompe. On appelle alors cette partie du cœur «le cœur gauche ». Une fois que le sang est dans

.

.

Les organes, la peau, le foie, les muscles, etc., il y laisse son oxygène pour se charger de gaz carbonique, et retourne au cœur, par les veines, puis aux poumons.
Imaginons maintenant que ce cœur ne fonctionne pas bien : il ne remplit pas bien son rôle de pompe. Le cœur gauche est insuffisant a assurer sa fonction de propulsion du sang. On parle d’insuffisance cardiaque gauche. Le sang ne va pas bien être évacue dans les artères. Il va stagner. Les premiers organes dans lesquels le sang va alors stagner va stagner les poumons, car juste en amont du cœur gauche. Ceux-ci vont Mocker le sang, car ce sont des éponges. Une partie du sang va passer 11.ms les alvéoles et les branches, ce qui provoque une sensation de gêne pour respirer. Les signes peuvent parfois être très proches de ceux de l’asthme.

Cela veut dire que certains patients atteints d’insuffisance cardiaque gauche pourront avoir des signes qui ressemblent de très prés a ceux de l’asthme, mais sans être de l’asthme. C’est pour cela que l’on parle d’asthme cardiaque, expression héritée du passe, dont l’utilisation peut être judicieusement abandonnée, afin d’éviter les confusions entre maladies du cœur et maladie des branches.

.

.

Une étude américaine a montre que le traitement de ces patients atteints d’insuffisance cardiaque gauche par des médicaments anti-asthmaliques pouvait avoir un effet néfaste. Cette conclusion est pleine de bon sens: on ne cherche pas a stimuler quelque chose, le cœur, qui n’a plus ou presque plus de ressources. Il faut au contraire enlever au cœur ce qui l’épuise. Pour le cœur, c’est, dans la grande majorité des cas, réalisable par des traitements appropries, mais pas antiasthmatiques.

Il existe de plus une hyperreactivite bronchique non allergique, qui est un facteur supplémental de gêne respiratoire dans l’insuffisance cardiaque gauche. L’origine de cette hyperreactivite bronchique n’est pas encore précisée. Dans ce cadre, cette hyperreactivite bronchique non spécifique peut être d’origine mécanique et n’est pas liée a une inflammation des branches.

.

.

Trachée ou œsophage ? Il faut faire le bon choix !

La trachée est la partie la plus haute des branches. Son début est visible, c’est la pomme d’Adam qui est très marquée chez l‘homme. On peut la palper facilement au niveau du cou. Elle est fermée par un clapet qui se rabat lorsque Ton avale de la nourriture afin que la nourriture aille bien dans I’oesophage, et non pas dans les poumons. Qui n’a pas avale « de travers» ? Dans ce cas, la fermeture du clapet de la trachée n’a pas été parfaitement étanche. Une partie de ce que Ton a avale est passe dans la trachée, ce qui a entraine un reflexe de toux. Ce reflexe a pour but d’expulser ce qui est dans la trachée et qui ne devrait pas y être. Parfois, surtout chez le jeune enfant, un aliment de petite taille, dont le prototype est la cacahuète, passe dans la trachée. Ilya bien une toux reflexe, mais celle-ci est inefficace pour faire sortir cette cacahuète. Celle-ci va rester dans les branches. Sa présence entrainera des sifflements et de la toux, qui n’auront pas d’autres explications. Ce seront parfois des infections pulmonaires a répétition. Le diagnostic sera rétabli par la fibroscopie broncho-pulmonaire, qui permettra d’ailleurs la guérison en retirant le coupable.

← Article précédent: Vos yeux au volant, ou : « Comment voulez-vous que je l’écrase, puisque je ne le vois pas ? » Article suivant: Les causes et Conséquences des strabismes:


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles