Le déplaisir et l’insatisfaction

> > Le déplaisir et l’insatisfaction ; écrit le: 26 février 2014 par Hela modifié le 26 février 2015

Le déplaisir et l’insatisfaction

Nous vivons aujourd’hui dans une société où le déplaisir et l’insatisfaction prévalent, y com­pris chez ceux qui ne sont pas soumis à une situation pénible, de déplaisir, dans la réalité. Ce déplaisir inexpli­cable, c’est le mal de vivre, la dépression, l’anhédonie, le fait de ne pas pouvoir goûter à ce qui est, à ce que l’on a, à ce qui nous entoure. C’est le fait de chercher toujours quelque chose d’autre, ailleurs, différemment. Comment se fait-il qu’on ne puisse pas se saisir de ce qu’offre le pré­sent ? Un grand nombre de gens, dans leur vie quoti­dienne, sont ainsi dans une sorte d’errance, dans l’attente, le manque, la déception, la frustration. Ils consomment des médicaments, des anxiolytiques, des antidépresseurs – cette consommation finissant par dépasser toutes les inci­dences connues des troubles anxieux ou des troubles de l’humeur. On sait qu’en France, une proportion très impor­tante, jusqu’à un quart de la population10, consomme des médicaments psychotropes pour s’équilibrer tout en don­nant socialement l’apparence de bien vivre. Nous vivons aussi une époque où règne une sorte d’obligation à profi­ter de la vie, ce qui renforce encore ce déplaisir proémi­nent. Les publicités présentent cette injonction au bon­heur comme une contrainte, comme un critère de réussite sociale ou personnelle.

Chacun rêve à ce qu’il pourrait être s’il n’était pas ce qu’il est. Cela l’occupe en permanence. L’autre a toujours plus que lui. L’autre qu’il devrait être. L’autre qu’il aurait pu être. L’autre que, peut-être, un jour, il sera. S’il était l’autre, il serait enfin lui. En attendant, il reste pris dans une errance, une course, une escalade. Le monde de la consommation mise sur ce déplaisir, avec ses gadgets, ses objets commerciaux qui sont une promesse de plaisir sur la base d’un constat de. Telle est la loi du mar­ché, qui va vers la production d’innombrables moyens illusoires de se satisfaire. Une journée à disposition, que faire ? Mettre un disque, l’interrompre, allumer la télévi­sion, changer de chaîne, prendre une revue, changer d’habits, téléphoner, envoyer un texto, ouvrir l’ordinateur,retéléphoner, sortir, errer dans les rues, entrer dans une boutique, acheter un habit dont on n’a pas besoin, rencon­trer une personne et ne rien lui dire, ne pas 1 ecouter ? Tel est le flux dans lequel chacun est pris, en quête de soi, en quête d’un plaisir inatteignable, d’un plaisir perdu, rêvé et d’autant plus tyrannique qu’il est attendu. Où est donc ce fameux principe de plaisir qui devrait régner dans la vie psychique ? Tout dans le quotidien semble montrer le contraire : le plaisir est inatteignable, le déplaisir est inévitable.

Et de nouveau, on bute sur cette même question : alors que tout pourrait si bien se passer en suivant le plan biologique, physiologique, voilà que, sur le plan psychi­que, quelque chose se met en marche, nous amène à tra­vailler contre nous-mêmes : mais comment peut-on deve­nir ainsi son plus grand ennemi ? Pourquoi ?

Il y a quelque chose sur le plan psychique qui échoue là où cela réussit sur le plan organique. Le propre des organismes vivants est de maintenir un équilibre, une homéostasie, une constance du milieu intérieur grâce à des mécanismes de régulation propres à la physiologie11. Ainsi, les niveaux de glucose sont maintenus dans des limites bien fixées, même après un repas copieux, riche en sucres. Si l’on fait un effort soutenu, le rythme cardia­que s’adapte de manière à fournir suffisamment de subs­trat énergétique aux organes. Les mécanismes visant le maintien de l’homéostasie et de l’équilibre sont tout à fait opérationnels dans le corps. Alors pourquoi pas dans la vie psychique ? Une manière de contourner la difficulté serait de dire que corps et esprit sont séparés. Mais ce

n’est pas le cas. Ce point radicalement dualiste ne corres­pond pas aux données de la neurophysiologie. L’état de notre corps est, en effet, en permanence détecté par notre cerveau à travers des circuits neuronaux dits intéroceptifs nous en apprécierons l’importance pour la vie psychique un peu plus loin au chapitre .

Les travaux de William James, le grand psychologue bostonien, ont clairement identifié le rôle central de l’état du corps dans la production des émotions. James postule que la perception d’un événement, en particulier lorsque celui-ci est émotionnellement chargé, s’accompagne de réactions somatiques. C’est une expérience que tout le monde connaît. Un chien aboyant de manière agressive apparaît soudainement à l’angle d’une rue. Notre corps répond : le rythme cardiaque augmente, celui de la respi­ration aussi, les pupilles se dilatent. Une réponse physio­logique du corps a accompagné la perception d’une situa­tion de peur. Selon James, c’est, plus précisément, la mise en relation entre l’état du corps et la perception qui per­met la production de l’émotion : en soi, la perception est émotionnellement neutre, c’est l’état du corps associé à cette perception qui produit la connotation émotive.

Mais cette mise en résonance du corps peut se faire aussi sans perception : la réactivation de souvenirs, ou même le fait d’imaginer une situation évoquant la peur, suffit à induire des modifications similaires dans le corps. Il y a, en effet, dans notre système nerveux, toutes sortes de traces d’états somatiques activés par l’expérience. Ima­ginez l’arrivée chez vous d’un fonctionnaire du ministère des Finances en vue d’un redressement fiscal. Vous aurez sans aucun doute une réaction somatique. Corps et cer­veau ont partie liée bien plus qu’on ne pourrait le croire.

Vidéo: Le déplaisir et l’insatisfaction

← Article précédent: L’homme englouti Article suivant: Théorie des émotions

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié