Le cerveau a-t-il un sexe?

> > Le cerveau a-t-il un sexe? ; écrit le: 19 avril 2012 par aboura modifié le 27 février 2015

La réponse scientifique à cette question est oui et non. Oui, puisque le cerveau contrôle les fonctions de reproduction qui sont à l’évidence différentes entre les hommes et les femmes. Non, parce que le cerveau n’est pas un organe comme les autres, car c’est le siège de la pensée. Or, pour que cette pensée émerge, le cerveau a besoin dans son développement d’être stimulé par l’environnement. Ainsi, au cours de sa construction, le cerveau intègre les influences du milieu extérieur, issues de la famille, de la société, de la culture. Il en résulte qu’hommes et femmes ont des cerveaux différents, mais au même titre qu’on peut trouver des différences entre le cerveau d’un violoniste et celui d’un rugbyman.

Différences entre les sexes et plasticité cérébrale

Le fait de voir des différences de fonctionnement cérébral entre les sexes ne signifie pas qu’elles sont inscrites dans le cerveau des naissance et qu’elles y resteront. Car le cerveau, grâce à ses formi¬dables propriétés de «plasticité», est en permanente évolution sous l’effet de l’apprentissage et de l’expérience vécue. C’est précisément ce que montrent les techniques d’imagerie cérébrale qui permettent d’étudier le cerveau vivant en train de fonctionner. Par exemple, chez une personne qui apprend à jongler avec trois balles, on observe une augmentation de surface des zones cérébrales qui contrôlent la vision et la coordination des mouvements. Et si l’entraînement cesse, on voit que les zones précédemment mobilisées régressent. Cette expérience et bien d’autres montrent que rien n’est jamais figé dans le cerveau.

Sexe et volume cérébral

Le cerveau des femmes est en moyenne plus petit que celui des hommes, mais cette différence disparaît quand on rapporte le volume cérébral à la taille du corps. De toute façon, la question de la taille du cerveau n’est pas pertinente, sachant qu’il n’existe aucun rapport entre le poids du cerveau et les aptitudes intellectuelles.

Cerveau gauche, cerveau droit

La théorie des deux cerveaux, datant des années 70, décrit le fonctionnement cérébral de façon beaucoup trop simpliste au regard des nouvelles données de l’imagerie cérébrale. Celle-ci révèle que les deux hémisphères sont en communication permanente et qu’aucun ne fonctionne isolément. De plus, une fonction n’est jamais assurée par une seule région, mais par un ensemble de zones reliées entre elles en réseaux.

Ainsi, le langage mobilise non seulement l’aire de Broca de 1 hémisphère gauche, mais aussi une dizaine d’autres aires cérébrales qui se répartissent à la fois à gauche et à droite. Déclarer que les femmes sont douées pour le langage à cause de leur hémisphère gauche plus performant, tandis que les aptitudes des hommes pour se repérer dans l’espace s’expliqueraient par un hémisphère droit dominant, est une simplification abusive.

Langage et orientation dans l’espace

Les tests neuropsychologiques montrent que les femmes réus¬sissent souvent mieux les exercices de langage, alors que les hommes sont meilleurs dans l’orientation dans l’espace. Mais cela ne signifie pas que ces différences d’aptitude sont présentes dès la naissance et qu’elles sont immuables. On a montré qu’avec l’apprentissage, les différences de scores disparaissent. De plus, ces différences sont beau¬coup moins marquées chez les Américains noirs et asiatiques que chez les blancs. La culture et l’éducation semblent donc y être pour quelque chose. Enfin, si l’on fait le bilan des tests publiés depuis vingt ans, on constate une réduction progressive des écarts de performance, ce qui va de pair avec l’intégration accrue des femmes dans la vie sociale et professionnelle.

Éducation et tests d’aptitude

Dans nos sociétés occidentales, les petits garçons sont initiés très tôt à la pratique des jeux collectifs de plein air (comme le foot-ball), particulièrement favorables pour apprendre à se repérer dans l’espace et à s’y déplacer. Ce type d’apprentissage précoce peut faciliter la formation de circuits de neurones spécialisés dans l’orientation spatiale. En revanche, cette capacité est sans doute moins sollicitée chez les petites filles qui restent davantage à la maison, situation plus propice à utiliser le langage pour communiquer. Vu les propriétés de plasticité du cerveau, il n’est guère étonnant de voir des différences cérébrales entre les hommes et les femmes qui ne vivent pas les mêmes expériences dans l’environnement social et culturel.

Hormones et cerveau

Les hormones jouent un rôle très important dans les fonctions de reproduction. Chez l’animal, elles contrôlent les comportements de rut et d’accouplement associés aux périodes d’ovulation de la femelle. Mais chez l’être humain, tout se complique ! Déjà le choix du partenaire n’a rien à voir avec les hormones. Les homosexuels n’ont aucun problème hormonal.
Les délinquants sexuels n’ont pas un taux supérieur de testostérone. Quant au rôle des hormones sexuelles sur les humeurs, la nervosité, la dépression, il faut distin¬guer deux types de situations. Dans des cas de bouleversement physiologiques majeurs comme la grossesse ou la ménopause, on peut constater des fluctuations d’humeur. Mais dans des conditions phy¬siologiques normales, il est impossible de démêler le rôle éventuel des hormones par rapport à mille autres facteurs de l’environnement sus¬ceptibles d’affecter nos «états d’âme».

Préhistoire et cerveau

Pour les sociobiologistes, les différences d’aptitudes entre les sexes seraient inscrites dans le cerveau depuis des temps préhistoriques. L’homme chasseur aurait développé le sens de l’orientation, contraire¬ment à la femme qui restait dans la caverne et s’occupait de sa progéniture.
Cette vision est spéculative car aucun document – restes fossiles, peintures rupestres, sépultures… ne permet de dire comment étaient l’organisation sociale et la répartition des tâches de nos ancêtres. Les anthropologues qui étudient les sociétés traditionnelles montrent que la distribution les rôles entre hommes et femmes est très variable selon les ethnies. Souvent, dans les petits groupes de populations, les conditions de vie précaires font que la mobilisation de tous est indispensable pour survivre.

Bilan

Même si gènes et hormones orientent le développement du cerveau, les circuits neuronaux sont essentiellement construits au gré de notre histoire personnelle. Si d’ailleurs les contraintes biologiques jouaient un rôle majeur dans les comportements des hommes et des femmes, on devrait s’attendre à observer des invariants. Ce n’est manifestement pas le cas. Qu’on se place à l’échelle individuelle ou de la société, il n’apparaît pas de loi universelle qui guide nos conduites. La règle générale est celle de la diversité, rendue possible par les formidables propriétés de plasticité du cerveau humain.

Vidéo : Le cerveau a-t-il un sexe?

← Article précédent: Allaitement : plaisir, pudeur et tabou Article suivant: Le sevrage : Passage du sein au biberon

Une réponse pour "Le cerveau a-t-il un sexe?"

  1. jule  17 novembre 2012 at 17 h 44 min

    dans la vie il faut toujour avoir le sens de l hummour et de bien veillez sur soie méme pour mieux organisez la periode durant la quelle on est programé a vivre

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié