➔ MEDECINE SANTE

Je ne vois plus rien, d’un seul coup

> > Je ne vois plus rien, d’un seul coup ; écrit le: 13 mars 2012 par Sameh modifié le 30 octobre 2014


La vision normale comprend deux éléments :
L’acuité visuelle, exprimée en dixièmes, qui permet la lecture, et le champ visuel, qui permet de se situer dans l’espace.
Cette vision se fait normalement sans « parasites », tels que mouches volantes, éclairs lumineux et déformations. La baisse de l’acuité visuelle est le motif de consultation le plus fréquent en ophtalmologie. Les anomalies du champ visuel (scotomes ou taches de moins bonne vision), la perception de corps flottants (myodésopsies), de lumières (phosphènes) et la vision déformée (métamorphopsies) viennent immédiatement après.
Quand un patient me déclare : « Docteur, je ne vois plus rien », je dois souvent comprendre, et c’est heureux: « J’y vois moins bien qu’auparavant. » Il s’agit donc la plupart du temps d’un problème de lunettes ou de cataracte débutante.
Mais il arrive aussi que le patient dise vrai… Aussi, quel que soit ce trouble, un examen ophtalmologique devient indispensable en urgence et, selon les cas, le praticien décidera la réalisation d’examens complémentaires comme, par exemple, le relevé du champ visuel, l’OCT (tomographie par cohérence optique), une angiographie rétinienne ou un scanner, afin d’éclairer l’origine de ce trouble brutal de la vue.

Les différentes causes d’une baisse brutale de la vue:

Décollement de rétine. Le patient voit souvent un éclair intense et bleuté suivi d’une tache noire persistante.
Hémorragie de la rétine. Le patient remarque des tramées rouges ou noires puis un voile noir qui descend, l’empêchant de voir au travers.
Inflammation de la rétine. Le patient remarque une zone de flou avec une baisse importante de la vision et des douleurs oculaires profondes, surtout aux mouvements oculaires.
Occlusion de l’artère centrale de la rétine. Baisse brutale et totale de la vision en une seconde sur un œil. C’est la perte de la vision la plus complète et la plus brutale.
Si l’occlusion n’a lieu que dans une branche de l’artère centrale de la rétine, seule la zone correspondant à cette branche perd la vue. La perte de la vue est souvent définitive et irrécupérable. Heureusement, le cas est rare (arrêtez de fumer tout de même…).
L’œil atteint d’occlusion de l’artère centrale de la rétine n’a plus de réflexe de rétrécissement de la pupille à l’éblouissement.
Les origines les plus fréquentes sont l’hypertension artérielle, un excès de cholestérol, le tabac, l’alcool, un fort diabète, l’artérite de Horton, une maladie cardiaque et des intoxications.
Il n’existe pas de traitement en médecine douce.
Occlusion de la veine centrale de la rétine. Baisse importante de la vision, mais progressive (en quelques heures). La vision est en movenne de 1/10 ou 2/10. Plus la baisse de la vision est importante, plus forte est la probabilité d’évolution vers une forme grave. Il existe des signes associes tels qu’une hémorragie du vitré ou la vision de. « mouches volantes ». Le malade ne voit que très peu, juste un trait de lumière, car il existe un œdème important de la rétine dû au manque de circulation veineuse.
Si seule une branche de la veine centrale est bouchée, il persistera des zones de vision normale.
Les causes les plus fréquentes de l’occlusion veineuse sont l’artériosclérose, l’hypertension artérielle, l’augmentation du cholestérol, le tabac, le diabète, un glaucome non soigné, « la pilule » et les troubles de la coagulation.
Là encore, il n’existe pas de traitement en médecine douce.

Métamorphopsies d’apparition brutale:

Il s’agit d’une vue déformée correspondant à une atteinte de la macula, laquelle est le centre de la vision.
Le patient décrit la déformation des lignes droites. La macula est malade (myopie forte, inflammation, dégénérescence liée à l’âge ou décollement de rétine touchant la macula).
On peut constater l’ampleur des dégâts en faisant fixer avec un seul œil (équipé de ses lunettes de près) le point central d’une feuille quadrillée et en entourant avec un crayon la zone où les lignes sont déformées.
Une variante en est la « micropsie » : elle correspond à une diminution de la taille des images d’un œil.
La « micropsie » est en rapport avec un œdème (une cloque, une bulle d’eau) de la macula raccourcissant l’œil sur le plan optique.
La dégénérescence de la macula liée à l’âge est la cause la plus fréquente. L’atteinte est progressive, mais le ressenti est parfois violent. La personne se plaint de l’apparition brutale d’une tache noire centrale. Si tel est vraiment le cas, les nouveaux traitements par injections seront peut-être très efficaces, car cela correspond à un petit
capillaire anormal (« néovaisseau ») qui peut être assimilé à une sorte tic couperose au niveau de la rétine.
la tache de Fuchs, chez les grands myopes, provoque les mêmes symptômes que la dégénérescence liée à 1 âge. En France, elle est l’une des principales causes de mauvaise vision de l’adulte jeune (avec le diabète).
le trou maculaire est un petit trou qui se forme brutalement juste au centre de la vision. Le sujet voit brutalement apparaître une tache noire centrale. Le traitement peut se faire par microchirurgie.
La choriorétinite séreuse centrale apparaît brusquement chez un patient jeune et très stressé. C est une inflammation correspondant à un œdème qui se forme près du centre de la macula. Une bulle d’eau soulève la rétine et l’acuité visuelle baisse. Les patients récupèrent s’ils arrivent à se relaxer… Cette maladie est parfois provoquée par un traitement aux corticoïdes.
En principe, la choriorétinite séreuse centrale évolue spontanément vers la guérison.


Homéopathie:

Un médecin homéopathe peut prescrire un traitement pour le terrain et la tendance aux œdèmes. Il faudra que le patient apprenne à mieux gérer son stress et à reprendre en main son hygiène de vie.

Inflammation du nerf optique:

Le patient ne voit rapidement plus clair à la suite d’une inflammation, d’un traumatisme crânien ou d’un problème de circulation sanguine au niveau du nerf optique.
Cette névrite optique aiguë correspond à une inflammation du nerf optique responsable d’un œdème (gonflement) de la papille (l’endroit où le nerf optique se connecte à la rétine). Si le malade n’y voit plus, parfois l’ophtalmologiste n’y voit rien non plus, car l’inflammation touche le nerf optique dans sa portion située derrière l’œil (névrite optique rétro- bulbaire cf. chapitre I, « Anatomie »), et seuls des examens complémentaires permettent de la repérer.
Dans l’intoxication alcoolique et tabagique, la névrite optique est bilatérale et s’installe progressivement mais peut parfois se révéler sur un mode « subaigu », le sujet consultant… au dernier moment.

Cécité corticale:

Le patient devient brutalement aveugle.
Cette cécité corticale est liée à l’atteinte de l’aire visuelle occipitale par un traumatisme (boxe…) ou, plus souvent, à un accident vasculaire cérébral.
La cécité corticale est parfois associée à des hallucinations visuelles.

Vidéo : Je ne vois plus rien, d’un seul coup

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Je ne vois plus rien, d’un seul coup


← Article précédent: Mauvaise haleine Article suivant: L’asthmatique et le milieu professionnel


2 réponses pour "Je ne vois plus rien, d’un seul coup"

  1. annie CONIL  26 octobre 2012 at 14 h 26 min

    J’ai une petite boule qui ressemble à une cloque d’eau à l’intérieur de l’oeil sous la paupière et qui me gène.
    Pouvez vous me dire si c’est grave et quoi faire SVP. Merci.

    Répondre
  2. g  31 mars 2013 at 11 h 55 min

    Mon père ne vois plus de l’oeil gauche il dit que une bete est rentrer dans son oeil quand il marchais et qu’il a frotter ensuite il voyais normal et 2 mois apres il ne vois plus rien de l’oeil gauche comment faire pour qu’il retrouve la vue de son oeil gauche ?

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles