Une réimplantation et un implant, c’est pas la même chose

Les réimplantations sont des interventions plus anciennes que les techniques implantaires. Elles permettent, entre autres, de remplacer des dents délabrées ou absentes. Aujourd’hui, ce type d’intervention n’est pas abandonné mais se pratique beaucoup moins car il a été en grande partie remplacé par les techniques implantaires.

La réimplantation d’une dent existante consiste à greffer une dent définitive qui est restée incluse dans l’os maxillaire en lieu et place d’une autre dent absente ou à extraire. Généralement, il s’agit d’une dent de sagesse ou d’une canine supérieure, moins souvent d’une prémolaire, très rarement d’une incisive. En réalité, deux cas peuvent se présenter : soit la personne a gardé sa petite dent de lait mais elle est devenue mobile, soit elle est tombée et le patient consulte pour une petite édentation unitaire.

Pour apprécier les possibilités de réimplantation, il faut pratiquer des examens cliniques par moulage en plâtre et radiographie. En effet, si l’espace correspondant à la zone d’édentation est trop petit, il peut s’avérer insuffisant pour réimplanter une canine incluse définitive à la place de la canine de lait par exemple.

Dans ce cas précis, il faudra soit effectuer un traitement orthodontique avant la réimplantation (pour gagner de l’espace), soit oublier cette technique pour réaliser une chirurgie implantaire (utilisation de racine artificielle au lieu de réimplanter une racine naturelle incluse).

Un autre cas de réimplantation se présente dans un contexte totalement différent lorsqu’il s’agit de réimplanter une dent tombée à la suite d’un choc, comme cela arrive souvent dans le milieu sportif. Là aussi, nous sommes en présence de deux possibilités pour cette dent « extraite » de son alvéole. Soit elle est restée dans la bouche du sportif et il faut la réimplanter immédiatement en la fixant par un système de contention. On obtient d’excellents résultats en général : la réimplantation est faite sur le lieu de l’accident, la dent est maintenue en place par le sportif et la contention sera fabriquée au plus vite par le praticien le plus proche. Soit elle est sortie de la bouche et tombée par terre : il faut la nettoyer légèrement et la conserver dans un flacon avec la salive du sportif : la réimplantation et la contention seront effectuées par le praticien dans un délai maximum de six heures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *