Potions d’amour et poppers

> > Potions d’amour et poppers ; écrit le: 2 janvier 2012 par tayechi modifié le 3 mars 2015

Bien qu’aucune compagnie pharmaceutique ne fabrique d’aphrodisiaques en tant que tels, quelques médicaments présenteraient cet effet secondaire, certains ont même la réputation de provoquer l’orgasme.

D’après le dictionnaire, un aphrodisiaque est un produit qui éveille le désir sexuel. Ce n’est pas un stimulant qui engorge le pénis mais quelque chose qui renouvelle le désir de rapports sexuels lorsque, pour une raison quelconque, ce désir manque. Le fantasme masculin d’un aphrodisiaque est quelque chose qui générera une soif de sexe chez les deux partenaires. Depuis des milliers d’années, l’Homme en a très envie, comme en témoignent les recettes de potions d’amour conservées sur les papyrus égyptiens datant du Moyen Empire, c’est-à-dire environ 2000 ans avant J.-C.

Des produits chimiques comme la yohimbine, la bromocriptine et le déprényl semblent agir comme des aphrodisiaques. Le premier d’entre eux provient de l’écorce interne d un arbre de l’Afrique de l’Ouest, le Corynanthe yohimbe ; il était utilisé pour initier et prolonger l’excitation sexuelle chez les hommes. La molécule active est un alcaloïde, l’indole ; c’est un remède à base de plantes que l’on peut se procurer chez les herboristes. Son mode d’action est différent de celui de l’oxyde d’azote

car il semble accroître la circulation sanguine pénienne alors que la circulation sanguine diminue en dehors de cet organe.

La bromocriptine est l’un des alcaloïdes de l’ergot et, comme son nom l’indique, elle contient un atome de brome. Elle a des propriétés thérapeutiques et peut être utilisée dans le traitement de la maladie de Parkinson. (On la dit efficace dans le traitement d’autres maladies telles que l’obésité.) Son action consiste à bloquer la libération de la prolac- tine, une hormone produite par l’hypophyse qui, comme son nom l’indique, déclenche la lactation chez une femme et maintient ce processus aussi longtemps que celle-ci allaite son bébé. La prolactine est présente chez les hommes et chez les femmes : plus son taux est élevé dans notre organisme, moins nous avons envie de nous adonner au sexe. La bromocriptine stimule le taux de la molécule du bien-être dans le cerveau, la dopamine, ce qui explique sa capacité à provoquer une excitation sexuelle. En bloquant la prolactine, la bromocriptine agit en quelque sorte comme un aphrodisiaque.

Comparé à la yohimbine et à la bromocriptine, le déprényl est une molécule relativement simple qui est aussi utilisée dans le traitement de la maladie de Parkinson. Il présente des ressemblances avec une amphétamine et avec la phényléthylamine, la substance chimique qui est censée donner au chocolat son pouvoir addictif. La structure du déprényl a une caractéristique particulière, une triple liaison carbone- carbone, mais on ignore si l’existence de cette liaison a un lien quelcon¬que avec les effets aphrodisiaques qu’on attribue à cette molécule.

Le nitrite d’amyle n’est plus prescrit dans les traitements d’une angine de poitrine. Néanmoins disponible, il est encore utilisé, notamment dans la communauté gay, pour améliorer les performances sexuelles de ses consommateurs, de même que le cannabis. Les nitrites ne sont plus vendus en ampoules, mais se présentent sous forme de flacons avec bouchons à vis, appelés poppers (à l’origine, le nom prove¬nait du « pop » qui accompagne l’action de casser une ampoule de nitrite d’amyle et le dégagement de vapeur qui s’ensuit).

Aux Etats-Unis, la FDA avait déclaré que ces nitrites ne présentaient aucun danger. Leur effet dure peu de temps, mais si la vapeur est inha¬lée durant l’acte sexuel, elle permet un plus grand afflux sanguin dans le pénis, le rendant ainsi plus gros et plus rigide et entraînant l’orgasme. Mais les poppers ont également pour effet le relâchement du sphincter anal, facilitant ainsi les relations annales, particulièrement incriminées dans la transmission du virus du sida. Ils furent donc inter¬dits en 1991 bien que, d’autre part, cette action puisse être bénéfique car il y a probablement moins de « dégâts » et donc une transmission moindre du virus HIV entre partenaires.

La possession de poppers est donc illégale, mais il est possible d’ache¬ter des nitrites à condition de les utiliser comme solvants pour le nettoyage de vêtements ou des têtes de vidéo. Dans la plupart des autres pays, on peut les acheter tout à fait légalement dans les sex- shops. Actuellement, les poppers ne sont plus des nitrites d’amyle mais plutôt des nitrites de butyle ou d’isobutyle qui sont encore plus volatils. Le nitrite de butyle bout à 78 °C, le nitrite d’isobutyle à 67 °C alors que le nitrite d’amyle bout à 98 °C. Le nitrite d’isobutyle est considéré comme le plus puissant de tous, car sa température d’ébullition est la plus basse.

Finalement, ces potions d’amour et ces amplificateurs de plaisir dépendent tous de la production de NO dans l’organisme, même si cette amplification s’obtient en stimulant le taux de molécules du bien-être dans le cerveau ; pour en savoir plus sur ces molécules.

← Article précédent: Ressusciter le mort : le Viagra Article suivant: Un élément du sexe : le sélénium

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié