Livèche ache de montagne ou céleri bâtard

> > Livèche ache de montagne ou céleri bâtard ; écrit le: 14 décembre 2011 par La rédaction

Levisticum officinale W. D. J. Koch

Quel est son aspect ?

Cette plante herbacée vivace est pourvue d’un court rhizome épais et charnu et de nombreuses racines jaune brunâtre, longues et ramifiées à l’intérieur blanc et aromatique. Le rhizome donne naissance à des feuilles basilaires d’un vert foncé et luisant, à long pétiole et deux à trois fois découpées et à une tige qui peut avoir de 1 à 2 m de haut, garnie de feuilles courtement pétiolées Des pédoncules élancés s’échappent de l’aisselle des feuilles et sont surmontés d’ombelles denses de fleurs jaunes. Floraison : juillet et août.

D’où vient-elle et où pousse-t-elle ?

La livèche est originaire de l’Asie Mineure. Elle y pousse à l’état sauvage ainsi que dans le sud de l’Europe. Elle est cultivée dans un grand nombre de pays européens, de préférence sur les contreforts des montagnes et les hauts plateaux, ainsi que dans les jardins, ou autour des lieux de culture.

.

.

Comment la récolter et la conserver ?

Les rhizomes et racines des plantes de deux à trois ans sont arrachés au mois de septembre et octobre. Toutes les parties de la plante qui dépassent de la terre en sont écartées, ensuite elles sont lavées puis mises à sécher à 40 °C. Les feuilles, cueillies alors que la livèche est en fleur, sont séchées à l’ombre et destinées à un usage ménager.

Que contient-elle ?

La livèche renferme 0,5 à 1 % d’huile essentielle composée de 70 % de butyle phtalidène et de quelques-uns de ses dérivés comme l’alpha-ter- pinéol, le carvacrol, la coumarine, des traces d’acide butyrique, etc. On y trouve encore des substances amères, des acides organiques et des sucres.

.

.

La livèche en cosmétologie :

L’odeur de l’essence de livèche n’est pas spécialement agréable, mais elle prend malgré tout une place de plus en plus importante dans la parfumerie moderne. En cosmétologie populaire, on attribue des pouvoirs stimulants à la livèche. Additionnée à l’eau du bain, ou en bain de pieds, elle tonifie l’épiderme et combat les mycoses.

A quoi sert-elle encore ?

En médecine, les parties souterraines de la plante préparées en infusion, sont considérées comme violemment diurétiques. La plante fraîche ou séchée est également utilisée comme condiment, elle est riche en vitamine C.

.

.

← Article précédent: Les soins du nourrisson Article suivant: Lysimaque nummulaire monnoyère herbe aux écus


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles