L’examen radiologique de l’Occlusions néo-natales

> > L’examen radiologique de l’Occlusions néo-natales ; écrit le: 21 février 2012 par abir

L’examen radiologique bien réalisé et bien interprété permet:

toujours d’affirmer l’occlusion,

habituellement d’en préciser le niveau,

.

.

–      parfois d’en soupçonner la cause,

–      et dans tous les cas suffit à poser l’indication opératoire.

.

.

Les plaques radiologiques doivent être suffisamment grandes pour intéresser à la fois le thorax et l’abdomen (cliché thoraco-abdominal).

L’interpretation des images doit être faite en sachant que l’ abdomen du nouveau-né ne contient pas d’air avant le premier cri;

.

.

Au premier cri, l’air passe dans l’estomac ; il atteint:

–      le grêle à la première heure de vie,

.

.

–      le caecum à 3-4 heures plus tard,

–      et le sigmoide vers la 10eme heure.

.

.

Ces données ont leur importance dans 1’interprétation des clichés précoces.

Une lecture systématique doit d’abord reconnaître les 4 points fixes normaux : estomac, duodénum, caecum et rectum.

.

.

Elle doit repérer le grêle et le colon en sachant qu’il est souvent difficile de distinguer un grêle très dilate et un colon.

La radiographie de 1’ abdomen sans préparation montre: des niveaux hydro-aréiques caractéristiques de l’occlusion :

  • leur aspect
  • leur nombre
  • leur siège

–      la radiographie de l’abdomen sans préparation montre parfois un pneumopéritoine affirmant la perforation digestive.

–      On doit rechercher aussi des calcifications.

L’échographie abdominale, les opacifications digestives hautes ou basses ne sont pas systématiques et leurs indications seront étudiées à propos de chaque étiologie d’ONN

← Article précédent: Anatomie plexus lombal Article suivant: Les objectifs du dorsage hormonaux


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles