Les plaies pénétrantes de la poitrine

> > Les plaies pénétrantes de la poitrine ; écrit le: 15 décembre 2012 par imen modifié le 27 février 2015

Accident de chasse (arme à feu), accident de sport (javelot ou flèche), traumatisme (les côtes ont perforé la peau) font que l’air pénètre dans la cavité thoracique ; c’est une « plaie soufflante ».

Les plaies par arme à feu ou arme blanche

  •  Une arme à feu, lorsque le projectile est une balle, ne provoque pas de grosses plaies spectaculaires, surtout si le coup est tiré de près, et il n’y a souvent pas d’hémorragie visible. Seuls les projectiles très fractionnés comme les cartouches de chevrotine, tirés de près, peuvent entraîner de gros délabrements avec « plaie soufflante ».
  •  Le danger réside dans les lésions provoquées par le trajet du projectile à l’inté­rieur de l’organisme; les hémorragies sont alors fréquentes mais non visibles. Par­fois, le projectile peut ressortir, provoquant une nouvelle plaie, qu’il faut toujours rechercher car elle peut être plus importante que la première.
  •  La gravité des blessures par arme blanche (couteau, poignard mais aussi jave­lot, flèche ou tout objet pointu susceptible de se planter) repose aussi sur les lésions internes qu’elles provoquent ; la plaie est souvent hémorragique, et le pro­jectile y est souvent resté planté, réalisant une « plaie soufflante ».

 Les traumatismes

  •  Les chocs violents, lors d’un accident de vélo tout terrain, de moto hors chemin, de ski, de parapente, deltaplane ou aile volante, peuvent être à l’origine de plaies pénétrantes. En effet, dans la plupart des cas, les côtes se fracturent et se dépla­cent vers l’intérieur, où elles peuvent blesser le poumon. Mais elles peuvent aussi perforer la peau réalisant une « plaie soufflante ».
  • Dans tous les cas, le poumon atteint ne se gonfle plus, et il est incapable de se remplir d’air. Le blessé souffre du thorax; sa ventilation est difficile : les mouve­ments ventilatoires sont superficiels. Le manque d’oxygène dans le sang se traduit par la cyanose, coloration bleutée de la surface interne des lèvres et des ongles.

 Les plaies soufflantes

  •  On dit qu’il y a plaie soufflante lorsque l’air entre et sort librement du thorax par une plaie. Non seulement le poumon atteint ne se gonfle plus, mais lorsque le tho­rax se soulève, l’air est aspiré par la plaie empêchant le poumon sain de fonction­ner. La détresse respiratoire survient rapidement.
  •  Au moment de l’inspiration, le bruit de l’air aspiré dans le thorax peut être entendu ; un liquide teinté de sang peut « mousser » au niveau de la plaie à l’expira­tion. Lorsque le blessé tousse et crache, il sort du sang spumeux rouge vif.
  •  Les plaies simples thoraciques par balle sont souvent bien tolérées si elles ne s’accompagnent pas d’hémorragie interne, alors que les traumatismes thora­ciques avec perforation d’un poumon, qu’il y ait fractures multiples de côtes ou non, plaie soufflante ou non, menacent à très court terme la vie de la victime, par manque d’oxygénation du sang.

← Article précédent: Le feu dans un véhicule Article suivant: Les plaies de l’abdomen


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site