Les analyses biologiques: Triglycérides, Urée, Vitesse de Sédimentation

> > Les analyses biologiques: Triglycérides, Urée, Vitesse de Sédimentation ; écrit le: 12 février 2013 par Sameh

Triglycérides (Triglycéridémie):

L’augmentation de taux se rencontre surtout en cas d’excès de sucres (sucreries, féculents, alcool…) associés souvent à un surpoids.

L’hypertriglycéridémie peut se rencontrer aussi au cours d’autres maladies :

•             maladies dysimmunitaires : lupus érythémateux disséminé, syndrome néphrotique…

.

.

•             maladies hépatiques et pancréatiques : alcoolisme, pancréatite, cholestase.

•             causes médicamenteuses : Corticoïde, œstroprogestatif…

.

.

En dehors de ces causes, en cas d’excès de triglycérides, on commence toujours par un régime alimentaire :

Les triglycérides sont des graisses mais, ils proviennent essentiellement de la dégradation du sucre absorbé en excès et métabolisé par le foie. C’est pourquoi le régime d’une hypertriglycéridémie (excès de triglycérides dans le sang) consistera à supprimer tous les sucres inutiles ou du moins en excès dans votre alimentation.

.

.

•             Commencer par supprimer tout aliment ou boisson ayant un goût sucré (sucre raffiné) : sucre blanc, sucre roux, sucreries, gâteaux, sodas, sirops, chocolats (et dérivés), miel, glaces, sorbets, pâtes d’amande et pâtes de fruit, biscuits, compotes, fruits au sirop, confitures et pâtisseries (même fabriquées maison).

Évitez d’utiliser des édulcorants de synthèse comme l’aspartam qui sont chimiques. Essayez plutôt de vous déshabituer du goût sucré.

.

.

•             Supprimer toutes les boissons alcoolisées : apéritifs, vins, bières, digestifs, cidres…

•             Limiter la quantité des aliments produisant des sucres lors de la digestion :

.

.

–              féculents : pain, viennoiseries (croissants, brioches…), pâtes, pommes de terre, lentilles, petits pois, haricots blancs, maïs, riz, céréales, biscuits secs…

–              fruits et surtout le raisin, la banane, les figues, les cerises, les fruits confits et les fruits secs (figues, raisins, pruneaux, dattes…).

.

.

•             Attention : le sucre peut se retrouver sous différentes appellations sur les étiquettes des produits alimentaires d’origine industrielle : saccharose, dextrose, fructose, galactose, glucose, lactose, sucrose, mannitol, mélasse, miel, cassonade, sirop de maïs, sorbitol, sucre de betterave, sucre blanc, sucre de canne, sucre d’érable, sucre à glacer, sucre inverti, sucre liquide, sucre de maïs…

Et si vous retrouvez plusieurs de ces noms sur une étiquette, cela veut dire que le produit est très sucré !

À côté de ces limitations, il convient de prendre une alimentation riche en acides gras polyinsaturés de la classe des oméga 3 (co3) : huile de noix et/ou colza, mais surtout des huiles de poissons (type squalène) qu’il convient de prendre associées à des antioxydants comme souvent le sélénium pour éviter une oxydation préjudiciable à l’huile.

Urée (Urémie):

L’urée est un déchet du métabolisme des protéines qui normalement est éliminé par les reins. Lorsqu’ils ne fonctionnent pas bien, l’urée augmente (s’accumule) dans le sang. Elle est élevée si elle est supérieure à 0,70 g/1. Elle s’accompagne souvent d’une prise de poids, une augmentation de tension artérielle et des œdèmes aux jambes en particulier. On complète le bilan par un dosage de la créatininémie (créatinine sanguine), voir aussi le calcul de la Clairance de la créatinine :

•             Si la Créatininémie est normale : il s’agit d’une insuffisance rénale fonctionnelle, c’est-à-dire passagère, à cause :

–              d’un manque hydrique (la personne ne boit pas assez) : c’est d’ailleurs la cause la plus fréquemment rencontrée. Il faut savoir que l’urée est un déchet qui demeure dans le sang si il n’est pas éliminé par les reins… Mais il y en a d’autres non recherchés. Vous comprenez alors que cette accumulation de déchets dans le sang vous soit préjudiciable et vous entraîne fatigue voir maladie… Il faut donc boire environ un litre et demi par jour des eaux de source, de préférence.

–              d’une infection.

–              des troubles hydro électrolytiques secondaires à une diarrhée ou à des vomissements.

–              d’un obstacle sur les voies urinaires.

–              d’une insuffisance cardiaque.

–              d’un apport excessif de protéines (viandes, poissons, laitages…).

Le traitement de la cause fera disparaître l’augmentation de cette urée.

•             Si la Créatininemie est supérieure à 12 mg/1 : il s’agit d’une insuffisance rénale organique, c’est-à-dire une altération des reins. On demande alors une clairance de la créatinine pour évaluer la gravité de cette insuffisance rénale :

– si la clairance créatinine est inférieure à 30 ml/minute

=> hospitalisation en service de néphrologie immédiatement.

– si la clairance est abaissée mais supérieure à 30 ml/minute

==> il faut compléter le bilan par : proteinurie – HLM – ECBU – recherche du sédiment urinaire – UIV – scanner – IRM.

=> si le diagnostic n’est pas évident, il faut faire une ponction biopsie rénale.

Vous voyez donc que pour une même augmentation de l’urée, les diagnostics sont très divers allant du simple fait de ne pas boire assez, jusqu’à une insuffisance rénale avérée. Le dosage de la créatinine permet de faire la différence.

Vitesse de Sédimentation (VS):

Seul le premier chiffre de la vitesse de sédimentation est important : celui de la première heure. La vitesse de sédimentation est un examen extrêmement simple et peu coûteux, cependant il est très labile. On le complète au moindre doute par la PCR, le dosage de Protéine C Réactive, examen beaucoup plus sensible et fiable.

La VS se trouve augmentée ou accélérée en cas de syndrome inflammatoire pouvant provenir de n’importe quelle région de l’organisme. Mais il existe aussi des accélérations normales : âge, grossesse et sexe féminin. Je ne vous donne pas la liste des causes des accélérations de la vitesse de sédimentation, il faudrait un livre à lui tout seul ! Toutes les maladies entraînent une inflammation et donc une augmentation de la VS.

On retrouve beaucoup plus rarement les baisses de la VS : la VS à la première heure est de 1 ou 2. La cause provient généralement d’une polyglobulie, c’est-à-dire d’une augmentation du nombre des globules rouges. L’origine de ces polyglobulies peut être :

  •                secondaire à une maladie comme la maladie de Vasquez, certaines leucémies.
  •              développée pour compenser des problèmes respiratoires (emphysème, bronchite chronique) ou encore la raréfaction de l’oxygène pour les personnes vivant en altitude.
  •      aussi une « fausse » polyglobulie, secondaire à une déshydratation (il y a alors moins de liquide dans le sang) qui est responsable d’une concentration du sang et donc des globules rouges.

← Article précédent: Les analyses biologiques: Transaminases, Transferrine Article suivant: Un test sanguin en temps Nano


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles