La déprime de la ménopause

> > La déprime de la ménopause ; écrit le: 14 février 2012 par azza

À la ménopause, il arrive que les femmes se sentent plus dépressives. Certaines ont des crises de larmes, « pour rien »; d’autres sont plus irritables, agressives ou mélancoliques, ont « le cafard », plus rien ne les inté­resse.

Cette modification de l’humeur est souvent sous la dépendance hormonale. Il s’agit la plupart du temps des mêmes femmes qui, au moment des règles, en font toute une histoire. Il se produit à ce moment-là une modification de l’humeur, de la «thymie», de la sen­sation de soi-même. Elles ont aussi un virage difficile .ni moment de la ménopause. Mais ce changement d’humeur dû aux imbibitions hormonales, certaines l’assument bien, d’autres moins bien. Il suffit d’en prendre conscience et là, curieusement, merveilleuse­ment, un peu d’explication médecin-malade, un peu de médecine douce, au besoin un peu de relaxation avec autosuggestion, permettent d’accepter ces pas­sages difficiles, de mieux les supporter physiquement cl psychologiquement.

Les hormones médicaments influencent l’humeur, elles ramènent un certain équilibre. C’est un élémenl important du puzzle, mais elles devront être aidées autant que possible par une bonne hygiène de vie, une vie active physiquement, mentalement et sexuellement.

.

.

La ménopause ne doit pas être un repli sexuel, ce n’est pas le début de la fin, c’est peut-être le début de la fin d’une certaine période hormonale, mais non le glas de la sexualité, et pourquoi pas, au contraire, dans certains cas, sa révélation et son plein épanouisse­ment?

À notre époque où, d’une part, il existe des traite­ments efficaces pour que rien, physiquement, ne gêne les relations sexuelles, même à un âge avancé, où, d’autre part, on commence à prendre l’habitude de parler franchement, sincèrement, de sa sexualité avec les médecins et surtout avec son partenaire sexuel, les femmes, même en période de ménopause, ont la pos­sibilité de poursuivre une vie sexuelle tout à fait nor­male. Pour certaines, il peut s’agir, à cette période de leur vie, de se réadapter à une nouvelle vie sexuelle qu’elles n’ont peut-être même jamais connue jus­qu’alors. On peut éprouver et découvrir du plaisir à tout âge, et il n’y a pas de limites à cet égard.

.

.

← Article précédent: Anatomie ligne anocutanée Article suivant: Anatomie ligne arquée


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles