L’allaitement maternel

> > L’allaitement maternel ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 19 avril 2018

L’ allaitement maternel c’est le mode de nutrition idéal, recommandé par l’OMS pour les nouveau-nées pendant les six premiers mois

Testez vous

Quiz sur l’allaitement maternel

Testez vos connaissances et Trouvez ici toutes les réponses à vos questions médicales sur l’allaitement maternel .
► Lire article

.

.

Introduction :

L’ allaitement maternel c’est le mode de nutrition idéal, recommandé par l’OMS pour les nouveau-nées pendant les six premiers mois.

Le lait maternel a un rôle important dans la croissance et le développement du nourrisson il apporte toute l’énergie et tous les nutriments dont l’enfant a besoin pendant les six premiers mois, en plus l’allaitement maternel est aussi bénéfique pour la mère.

.

.

Comment les femmes produisent du lait ?

Après l’accouchement la femme produit du colostrum et durant les 3 à 5 premiers jours de lactation il s’agit d’une substance translucide un peu jaunâtre précédent le lait proprement dit, riche en protides et en anticorps maternels.

La montée laiteuse a lieu vers le quatrième ou le cinquième jour après l’accouchement caractérisé par un gonflement des seins. Cette monté de lait stimumlée par une hormone, la prolactine, qui permet la fabrication du lait. Il s’agit au début d’un ait de transition, moins riche en éléments de défense et en protéines, qui laissera place vers le quinzième jour, à un lait plus calorique : le lait mature.

.

.

Cette hormone est sécrétée uniquement quand le bébé tète, de ce fait plus les tétées sont fréquentes, plus le taux de prolactine est élevée et plus la sécrétion lactée sera régulière.

Intérêts de l’allaitement maternel :

Pour le bébé :

  • Le lait maternel un aliment équilibré qui évolue au fil des semaines pour s’adapter à la croissance de l’enfant, mais aussi pendant la tétée : au début, les sucres, les protéines et sels minéraux sont majoritairement présents pour permettre une bonne hydratation de l’enfant.
  • la flore intestinale des enfants exclusivement allaités au sein est dominée par les bifidobactéries qui participent à l’effet protecteur contre les infections intestinales
  • le lait maternel contribue à la maturation du système digestif du bébé.
  • Le lait contient des acides gras essentiels au développement du système nerveux et visuel du bébé.
  • il contient des facteurs de croissance et des hormones.
  • Il contient aussi de nombreux facteurs immunitaires tels que les immunoglobulines ou la lactoferrine qui protègent l’enfant contre les infections et diminuent les risques d’allergies.
  • en plus c’est un lien psychoaffectifs entre le méré et son bébé.

Pour la maman :

  • Le risque d’hémorragie post-partum est moins élevé, en effet l’allaitement maternel favorise l’involution utérine après l’accouchement.
  • L’allaitement protège contre les cancers des seins, des ovaires, et de l’endomètre et aussi contre l’ostéoporose.
  • Les femmes qui allaitent retrouve leur taille d’avant la grossesse plus rapidement du faite de l’utilisation des dépôts lipidiques accumulés pendant la grossesse par l’allaitement maternel.
  • L’allaitement favorise le lien mère-enfant. Un plaisir partagé par le contact intime qu’il instaure entre la mère et son enfant, l’allaitement prolonge le lien physique établi pendant les 9 mois de la grossesse, et offre au bébé une transition en douceur vers le monde extérieur. Pendant la tétée, l’enfant calme ses tensions comme celles de sa mère, et quand l’allaitement se déroule dans de bonnes conditions, il devient une véritable source de plaisir partagé. Inversement, son arrêt brutal et/ou précoce, peut entraîner des frustrations parfois sous-estimées.
  • L’allaitement est un moyen contraceptif efficace à 98% jusqu’à 6 mois en plus des moyens contraceptifs à suggérer avec l’allaitement tel que le stérilet, condom.
  • L’allaitement est économie : un lait qui vaut de l’or

Le rapport qualité prix du lait maternel est bien entendu imbattable puisqu’il n’occasionne aucune dépense financière. Il est disponible à tout instant, en tout lieu et toute circonstance, le lait maternel a aussi l’avantage d’être prêt à l’emploi, toujours à la bonne température et donc beaucoup plus pratique pour la maman.

.

.

Mise en route d’un allaitement maternel :

Préparation psychologique maternelle :

Comprend :

  • Des conseils sur l’allaitement et informations sur ses avantages.
  • Un dépistage des anomalies du mamelon et traitement éventuel.
  • Un dépistage des éventuelles contre-indications.

Mesures hygiéno-diététiques :

  • Régime alimentaire maternel: Doit être équilibré et comprendre un apport supplémentaire global en énergie diversifié en protéines (12 à 20% de la ration calorique globale “RCG”), en lipides (20% de la RCG dont 5 à 8% d’acide linoléique) en glucides (55% de la RCG, sous forme de glucides à absorption lente de type amidon, aliments riches en cellulose) et en eau, minéraux et vitamines (2 l/jr, 1200 mg/jr de Ca et 18 à 20 mg/jr de Fer.)
  • Préparation et hygiène des mamelons: Avant l’accouchement, il est recommandé à la primipare de nettoyer ses mamelons à l’alcool glycériné (éviter les crevasses.) Pendant l’allaitement, il lui est recommandé de nettoyer ses mamelons à l’eau pure ou physiologique avant et après la tétée, de les sécher et de les protéger par une gaze propre ou imbibée d’huile d’olive (éviter la macération.)
  • Supplémentassions vitaminique: Surtout enVit D (selon l’ensoleillement et la coloration cutanée de l’enfant).Vit C ( dans du jus de fruits, à partir du 10e jour) et en Vit K.

Technique d’allaitement :

  • La mise au sein doit être précoce (dès la 1e heure.) Le bébé possédant à sa naissance le réflexe de succion (stimulant la montée laiteuse) et le réflexe de fouissement (reconnaissance de la position des mamelons par l’odeur du lait). La montée de lait apparaît au 3e ou 5e jour chez la primipare et au 2e ou 3e jour chez la multipare. Elle s’accompagne de congestion locale ou générale (fièvre, tachycardie).
  • La fréquence d’allaitement des 1ers jours est fonction de la demande (cris vigoureux) avec au minimum 6 repas/jour espacés d’au moins 3H (digestion, sommeil) Le nombre de tétées sera diminué avec l’âge (6 aux 1ers mois puis 5 au 5e mois.)
  • Avant la tétée, la mère doit nettoyer ses mains au savon et s’installer confortablement le dos droit. L’enfant doit téter et respirer librement.
  • La durée des tétées est de 5 mn le 1er jour, 10 mn le 2e et 3e jour puis 15 mn ultérieurement en alternant les seins.
  • Après la tétée, le bébé est maintenu verticalement jusqu’à la survenue du rot (évite les régurgitations et l’inhalation de lait.)
  • La durée d’allaitement dépend des conditions socioprofessionnelles de la mère. L’allaitement maternel exclusif est suffisant les 5 1ers mois. Après, le sevrage et la diversification débutent en maintenant l’allaitement autant que possible jusqu’à 1 an.

Surveillance de l’allaitement :

  • Le poids: Evalué chaque jour en maternité jusqu’au dépassement du poids de naissance.
  • La succion: Evaluée en observant l’enfant téter. Elle doit être rigoureuse.
  • Les selles: 2 ou 3 selles/jr, semi-liquides, jaune-citron, d’odeur aigrelette, à l’origine d’érythème fessier. Elles sont abondantes mais sans retentissement sur l’état d’hydratation et la croissance, elles sont dites “diarrhées prandiales”.
  • Le comportement de l’enfant: L’enfant rassasié dort le jour comme la nuit et ne se réveille et crie que quand il a faim.
  • La position de la mère

Pour bien allaiter son bébé la mère doit être installé confortement détendus et bien tenir son bébé en position « ventre à ventre ». La bouche du bébé bien ouverte pour qu’il puisse bien prendre tout l’aréole. Si la mère sent mal au bout de sein pendant la succion du bébé, c’est qu’il est mal placé donc replacez le !!!

.

.

Les aléas de l’allaitement :

Les crevasses :

Ce sont des gerçures du bout de sein souvent dues à une mauvaise position du bébé pendant la tétée. Pour éviter se problème la mère doit vérifier la position de son bébé une mauvaise position peut être la cause en plus elle peut utilisé des crèmes type Bépanthène ou Castor équi en séchant bien le bout de sein ente chaque tétée ou utilisé le bout de sein en silicone diminuant la pression de succion du bébé.

L’engorgement :

C’est la distension des seins due à une montée laiteuse abondante. Les seins devient sensibles, tendus et chauds.
Pour remédier à cela la mère doit vérifier avant tout que le bébé allaite bien elle peu utiliser un tire lait pour extraire l’excès du lait ou appliquer des compresses froides après les tétées et des compresses chaudes humides juste avant les tétées, en plus du massage circulaire juste avant la tétée et pendant la tétée peut aider.

.

.

Les problèmes de succion :

Ils sont souvent transitoires, dues en générale à une immaturité neurologique transitoire :soit

  • Le bébé tète ses lèvres.
  • Le frein de la langue est trop court.
  • Le bébé rétracte sa langue.
  • Le bébé serre les gencives.
  • Le bébé est hypotonique ou hypertonique.

Les contre-indications de l’allaitement :

  • Les maladies chroniques et invalidantes de la mère: Notamment l’insuffisance cardiaque et rénale grave, les infections évolutives et transmissibles (hépatite virale, sida, tuberculose), les altérations de l’état général et les psychoses graves.
  • Les thérapeutiques maternelles: Les médicaments toxiques ou immuno-allergiques qui passent dans le lait à des concentrations élevées (Anticoagulants, Antimétaboliques, Antithyroïdiens, etc.) En outre, l’excès de café, l’alcool et le tabac sont contre-indiqués pendant l’allaitement.
  • Les maladies de l’enfant: Notamment la galactosémie congénitale, les déficits congénitaux en galactokinase et en lactase intestinale, l’intolérance aux sucres à transport actif (glucose et galactose), la phénylcétonurie et la tyrosinose.
  • Les contre-indications provisoires: Accidentelles ou malformatives, notamment l’abcès du sein, les galactophorites et les crevasses du mamelon chez la mère. La division palatine et le bec de lièvre chez l’enfant.

L’ictère au lait maternel justifie, pour sa part, un arrêt de l’allaitement les 1ers jours sans l’interrompre définitivement.

Modalité de sevrage et de diversification :

  • L’ablactation (interruption de l’allaitement maternel) doit être progressive (étalée sur 2 ou 3 semaines) et programmée à l’avance, en substituant au lait materne un lait maternisé diététique hypoallergénique 1er âge. En remplaçant le 1er jour une tétée par un biberon dont la quantité est celle donnée à un enfant nourri artificiellement, puis tous les 3 jours, une autre tétée est remplacée par un biberon.
  • Le sevrage (passage de l’alimentation lactée maternelle ou artificielle à une alimentation semi-diversifiée) doit être progressif, ni trop précoce, ni trop tardif (5e mois).

Conclusion :

L’allaitement maternel est le moyen naturel et le plus intéressant pour nourrir un nouveau-né il ne doit pas être délacé en faveur de l’allaitement artificiel en absence de contre-indication.

Vidéo :  L’allaitement maternel

← Article précédent: La procréation médicalement assistée PMA Article suivant: Prise de poids grossesse


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles