/*

Intoxications alimentaires

Vous êtes ici : Accueil » Les intoxications » Intoxications alimentaires

Les intoxications alimentaires
Souvent les infections alimentaires se développent sous la forme d’une épidémie. Certaines sont graves et d’autant plus difficiles à soigner que la cause est peu évidente.Les règles hygiènes de base permettent d’éviter la contamination des aliments car en général il s’agit en réalité d’infection alimentaire transmise par les aliments et non par des véritables intoxications Pour cela il faut :

  • Ne mettre au congélateur que des légumes débarrassés de leur terre et des aliments suffisamment cuits
  • Séparer légumes et fruits et les aliments cuits
  • Les conserves maison, les champignons les produits de la mer peuvent provoquer de véritables empoisonnements

Les microbes les plus souvent incriminés dans l’intoxication alimentaire sont souvent les virus parfois les bactéries et plus rarement les parasites :

Les salmonelloses :

Les salmonelloses non typhiques (c’est-à-dire autres que la typhoïde) sont plutôt des maladies estivales. Elles provoquent de la diarrhée des vomissements et de la fièvre, une demi-journée après avoir manger des aliments mal conservés au froid. Ces symptômes doivent amener à demander un avis médical, qui cependant, est rarement urgent. Si le sujet est en bonne santé, il suffira qu’il se réhydrate en buvant. Par contre si ses défenses immunitaires sont diminuées (SIDA, cancer etc.)Le médecin demandera alors un examen des selles pour établir le diagnostic de certitude avant de prescrire des antibiotiques

Les typhoïdes :

Moins répandues qu’autre fois, on le rencontre cependant encore chez les voyageurs et les émigrés des pays chauds. Le microbe est ingéré avec des laitages non pasteurisés et des fruits de mer, mais l’infection ne se manifeste que 10 à 15 jours plus tard. Elle se manifeste généralement par une diarrhée puis une fièvre à 40°C, une prostration et une sorte de délire (tuphos). Un avis médical est alors urgent. En attendant le malade doit

  • Se reposer
  • Boire alternativement de l’eau, du bouillon à peine salé et du sirop sucré, autant qu’il le désire.
  • Lutter contre la fièvre (aspirine, paracétamol)
  • Eviter de prendre inconsidérément des médicaments anti diarrhéiques

Le médecin pourra prescrire une prise de sang et une analyse des selles pour confirmer le diagnostic. Le traitement consiste surtout en une réhydratation accompagnée de la prise d’antibiotiques

Le botulisme

Botulisme article.jpg

La listériose

Elle est due à listeria monocytogenes . Nous absorbons tous une faible quantité de ce microbe tous les jours, ce qui est sans danger tant qu’on est bien portant. En revanche, l’infection peut provoquer un avortement chez les femmes enceintes et avoir des conséquences parfois graves chez les personnes atteintes de SIDA ou de cancers, les maladies chroniques, les personnes très âgées ou les bébés. Pendant quelques semaines à quelques mois, aucun symptôme n’apparait. Le premier signe de la maladie est la fièvre, puis la dissémination des bactéries dans le sang peut entrainer une septicémie ou une méningite. Le traitement médical repose essentiellement sur des antibiotiques. La fièvre baisse et les signes neurologiques disparaissent au bout de 10 jours environ. Le traitement antibiotique doit cependant encore être poursuivi durant une vingtaine de jours

Les intoxications alimentaires par les fruits de mer :

Intoxiaction alimentaire fruits de mer.jpg
Les intoxications par les fruits de mer sont rarement graves. Elles entrainent certaines réactions allergiques (urticaires qui démangent) Les intoxications par les moulent, les huitres, les praires, les clams, et généralement tous les coquillages bivalves, sont dues à des parasites minuscules : les dinoflagellés du plancton qui se multiplient et secrètent une toxine nerveuse : la mytilotoxine. Les premiers symptômes apparaissent une demi-heure à deux heurs après l’absorption de ces fruits de mer. Ce sont surtout des fourmillements des membres et une diminution du tonus musculaire, accompagnés de troubles digestifs (nausées, vomissements diarrhée, douleurs abdominales). Ces intoxications guérissent souvent sans traitement. Il est parfois nécessaire de consulter un médecin, qui peut prescrire un traitement antihistaminique. Dans quelques rares ces, une intoxication véritablement massive peut entrainer une paralysie des muscles respiratoires. Lorsqu’en plus des fourmillements et des troubles digestifs, vous constatez que la vision devient double, il est recommandé de demander une admission rapide dans un service d’urgences hospitalier.

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié