Embolie pulmonaire

> > Embolie pulmonaire ; écrit le: 14 novembre 2011 par La rédaction modifié le 19 avril 2018

Un blocage ou une obstruction de l’artère pulmonaire ou de leurs branches

DÉFINITION :

Une embolie pulmonaire est un blocage ou une obstruction de l’artère pulmonaire ou de leurs branches causées par des gras, par l’air, par une tumeur ou par un caillot de sang.

Cette obstruction aura comme conséquence une diminution de l’arrivée du sang dans les poumons, ce qui entraîne une diminution de l’oxygène passant dans la circulation et les cellules se trouvent privées de leur oxygène (ischémie) et meurent.

FRÉQUENCE :

  • Chez les cancéreux, l’embolie pulmonaire représente la première cause de mortalité non carcinologique
  • Chez les femmes qui viennent d’accoucher elle représente aussi la première cause extra obstétricale de décès
  • En France, on chiffre chaque année 100 000 cas d’embolie pulmonaire (600 000 aux USA) dont 20 000 meurent dans l’heure de l’apparition des premiers symptômes (70 000 aux USA)

CAUSES ET FACTEURS DE RISQUE :

Les Causes :

  • La cause la plus répandue est l’embolie pulmonaire par caillots dans les veines .ce caillot peut prévenir d’une thrombose veineuse profonde dans l’une des jambes.
  • Des tumeurs dans le système circulatoire
  • Le liquide amniotique (le liquide entourant un fœtus) peut former un embole qui se déplace vers les poumons et peut causer une embolie pulmonaire amniotique.
  • L’air ou embolie gazeuse : elle se voit surtout dans certains avortements où de l’air a été injecté dans la cavité utérine ou chez les plongeurs qui remontent rapidement a la surface
  • Les gras qui entrainent une viscosité graisseuse

Les facteurs de risque :

  • L’alitement (rester couché longtemps), être inactif pendant une période prolongée
  • Toutes les immobilisations (plâtrées : botte, attelle…)
  • une opération chirurgicale surtout si elle dépasse 30 mn
  • un accouchement ou un avortement
  • un cancer
  • une crise cardiaque
  • une chirurgie cardiaque
  • un os long (cuisse) fracturé
  • Obésité
  • Traitement par estrogènes et contraceptifs hormonaux.

LES SYMPTÔMES :

Les symptômes dépendent de la taille de l’obstruction artérielle et donc du volume pulmonaire atteint. Parfois les symptomes sont discrets et l’embolie pulmonaire peut se résumer à une simple gêne respiratoire :
Les symptomes les plus typiques sont :

  • Des douleurs à la base du thorax, avec une angoisse
  • Une accélération du rythme cardiaque
  • Légère fièvre (38°c)
  • Une gêne respiratoire (dyspnée).
  • expectoration contenant un peu de sang

Quelque fois l’embolie pulmonaire est très sévère et survient brutalement .elle se traduit alors par :

  • Une douleur tres violente au niveau thoracique. (en coup de poignard)
  • Une syncope avec perte de conscience
  • Une détresse respiratoire avec coloration bleue de la peau

LE DIAGNOSTIC :

Clinique :

  • Les douleurs thoraciques, hémoptysie, et dyspnée chez une personne présentant un ou plusieurs facteurs de risque permettent de suspecter une embolie pulmonaire.
  • L’examen clinique montre une augmentation de la fréquence respiratoire (polypnée), et une accélération du rythme cardiaque (tachycardie)
  • L’électrocardiogramme (ECG) : les modifications de l’ECG ne sont pas spécifiques de l’embolie pulmonaire, elles sont très inconstantes.

Biologie :

  • Dosage de D-dimères
  • Bilan d’hémostase
  • Gazométrie artérielle peut montrer en cas d’embolie sévère

Une hypoxie : diminution de la quantité d’oxygène dans le sang
Une hypocapnie : diminution de la quantité du gaz carbonique dans le sang

Imagerie médicale :

L’imagerie médicale permet de confirmer le diagnostic par la visualisation de l’obstruction (visualiser le thrombus) elle permet aussi de faire le diagnostic de gravité : le nombre et le type des artères pulmonaires atteintes.

La scintigraphie pulmonaire :

C’est l’examen à réaliser en urgence. Elle permet de mettre en évidence le manque de perfusion d’un territoire pulmonaire

L’angiographie pulmonaire :

Réalisée après cathétérisme de l’artère pulmonaire. C’est un examen invasif à réaliser si les autres explorations ne permettent pas de confirmer le diagnostic

Angioscanner des artères pulmonaires :

Excellent examen de diagnostic positif et de gravité, de plus en plus considéré comme le nouvel examen de référence.

Échographie Doppler :

Réalisée après 48h permet de mettre en évidence une phlébite profonde des membres inférieurs

LE TRAITEMENT :

  • L’admission à l’hôpital (de préférable en unité de soins intensifs)
  • Repos plus un apport d’oxygène supplémentaire (oxygénothérapie)
  • Des médicaments pour dissoudre et prévenir la formation d’autres caillots :

→ Pour empêcher l’extension et la formations des caillots les anticoagulants sont administrés (en intraveineuse ou en sous-cutanée par héparine)
→ L’héparine sera relayée par les anti-vitamines K (AVK comprimés)
→ Pour les embolies graves le recours aux thrombolytiques (streptokinase et urokinase) sera justifié .les thrombolytiques accélèrent la dissolution des caillots

  • Dans les embolies très graves ou si Ilya une contre indication au traitement fibrolytique le traitement sera chirurgicale par enlèvement de l’embole (embolectomie).c’est une intervention lourder grevée d’une lourde mortalité.

Vidéo :  Embolie pulmonaire

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: Embolie pulmonaire

← Article précédent: Les artérites inflammatoires Article suivant: Hypertension arterielle HTA


Une réponse pour "Embolie pulmonaire"

  1. Nath  7 octobre 2012 at 19 h 02 min

    définition simple d’une embolie pulmonaire. Merci

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site