Cancers des voies aériennes

> > Cancers des voies aériennes ; écrit le: 31 décembre 2013 par Hela modifié le 27 février 2015

Cancers des voies aériennes

La principale mesure de prévention des cancers du poumon et ORL est l’arrêt du tabac le plus tôt possible et l’usage modéré de l’alcool, au maximum six verres par semaine. Reste que si pratiquement tout le monde le sait, un grand nombre de fumeurs n’arrive pas à arrêter de fumer malgré de nombreuses tentatives. Nous approfondirons ce point dans le chapitre sur les moyens de lutter contre le tabagisme.

Même si, à court terme, on ne se sent pas capable d’arrêter, on peut se donner les moyens de réduire sa consommation grâce aux substituts nicotiniques. Outre que le risque diminue, cette attitude favorise le sevrage ultérieur du tabac.

L’effet toxique du tabac augmente terriblement en fonction de la consommation de cigarettes. Les risques de cancers broncho­pulmonaires sont multipliés par :

.

.

—     6,82 chez les anciens fumeurs,

—      15,1 chez ceux qui fument 1 à 5 cigarettes par jour;

.

.

—     22,5 pour 6 à 10 cigarettes par jour;

—     24,7 pour 11-15 cigarettes par jour;

.

.

—     29,2 pour 16-20 cigarettes par jour;

—     53,5 pour plus de 20 cigarettes par jour ‘.

.

.

Même quand on a réussi à arrêter de fumer, il faut continuer à se faire surveiller. Pour la gorge, cela signifie foncer chez son ORL au moindre changement de voix suspect. Il s’agit d’une course contre la montre. Pour les poumons, il n’y avait pas grand- chose à faire jusqu’ici. La radiographie pulmonaire permettait seu­lement de dépister les cancers tardivement, ne laissant espérer que des taux de survie de l’ordre de 15 % à cinq ans.

Au mois de décembre 2004, une importante étude (International Early Lung Cancer Action Project) montre qu’un suivi annuel pai un scanner pulmonaire permet de diagnostiquer des tumeurs ayani la taille d’un grain de riz. Le taux de survie après chirurgie passe alors à 76-78 %  ! Cette étude avait sélectionné 27 000 fumeurs ; haut risque, des fumeurs de plus de 50 ans ou de moins de 50 an ayant fumé trois paquets par jour pendant vingt ans.

.

.

Si vous voulez bénéficier de ce type de dépistage, il faut en par­ler avec votre médecin traitant pour déterminer la fréquence la mieux adaptée à votre cas. Il faudra aussi qu’il précise sur la pres­cription de faire un scanner à basse dose de radiations. En effet, les scanners sont des radiographies qui utilisent les rayons X. Le danger des scanners trop fréquents est qu’ils peuvent induire des cancers et il faut donc bien peser le pour et le contre !

Du côté de la prévention par supplémentation, deux informa­tions récentes sont importantes :

.

.

—      La prise de fortes doses de bêta-carotène (20 à 30 mg par jour) augmente la survenue de cancer du poumon de 16 à 28 % et la mortalité globale de 17 %, essentiellement par cancer du pou­mon chez les gros fumeurs de plus d’un paquet par jour U2.

—     L’étude SU.VI.MAX montre que la prise quotidienne de 30 milligrammes de vitamine E, 120 milligrammes de vitamine C, 6 milligrammes de bêta-carotène, 100 microgrammes de sélénium et 20 milligrammes de zinc, diminue de 37 % la mortalité générale chez les hommes (contre 66 % chez les fumeurs ou les anciens fumeurs). Dans cette étude, la mortalité par cancer des voies respi­ratoires baisse de 58 % !

En conclusion, si vous fumez, faites tout pour vous arrêter de fumer ou réduire rapidement votre consommation. Évaluez avec votre médecin la possibilité d’un scanner pulmonaire régulier. Prenez des vitamines et des antioxydants que vous soyez fumeur ou ancien fumeur, sans dépasser la dose de 6 milligrammes de bêta-carotène par jour.

Vidéo: Cancers des voies aériennes

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: Cancers des voies aériennes

← Article précédent: Cancers hormonaux féminins:Cancer du sein est dangers Article suivant: Cancer de la prostate


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles