Radicaux libres : Sont-ils utiles ou néfastes

> > Radicaux libres : Sont-ils utiles ou néfastes ; écrit le: 25 janvier 2012 par rym

Là encore nous nous trouvons en plein paradoxe.  L’orga­nisme est agressé, endommagé continuellement par les radi­caux libres qui sont à la base du vieillissement et probablement d’une multitude de maux et maladies. Et pourtant, pour survi­vre, le corps humain a besoin de ces derniers. En fait, il nous est donc impossible d’éviter la production de radicaux libres, et le but à atteindre est de maintenir intacts les moyens de réguler leur production, de domestiquer les mécanismes d’élimination et ainsi d’équilibrer leurs actions positives et négatives pour l’organisme.

Notre organisme utilise la capacité de destruction que possèdent les radicaux libres contre les ennemis externes (virus ou bactéries) ou pour scinder la molécule d’Oxygène et ainsi pouvoir l’utiliser.

D’autre part, une autre fonction de ces radicaux libres est particulièrement importante : ils contrôlent les contractions du tissu lisse qui tapisse l’intérieur des vaisseaux sanguins jouant ainsi un rôle dans la circulation du sang.

Enfin, le corps doit continuellement renouveler ses cellules, ce qui implique qu’il doit éliminer les cellules âgées, lésées, ou anormales.

Pour cela, il a besoin d’un instrument de démoli­tion. Si ce mécanisme n’existait pas, les cellules anormales persisteraient et risqueraient d’aboutir à des maladies, en particulier à certains cancers. Il est d’ailleurs très probable que certaines de ces cellules anormales échappent au mécanisme par l’activation d’un programme de survie et que là est peut-être la véritable origine de la maladie cancéreuse. L’outil de démolition, ce sont les radicaux libres.

Lorsque la production des radicaux libres est sous contrôle tout va pour le mieux. Mais si ce contrôle échappe à l’orga­nisme, et que leur nombre déborde les possibilités de ce même organisme, ils attaquent rapidement les cellules : on nomme cela le Stress Oxydatif.

Il en résulte toute une série de dégâts dont les plus graves sont :

  • Le vieillissement : perte de l’élasticité tissulaire, apparition de rides et marques colorées sur la peau. Il ne faut pas oublier que ce que nous notons à l’extérieur est aussi présent à l’intérieur de notre corps. La dégradation est la même.
  • L’athérosclérose : Ce sont les radicaux libres en excès qui vont attaquer et transformer le mauvais cholestérol (LDL) et provo­quer l’accumulation des plaques athéromateuses dans les vaisseaux sanguins avec toutes les conséquences qui peuvent en découler (infarctus, ictus, thromboses, artérites, etc.).
  • La dégradation des membranes cellulaires : elle altère gra­vement les échanges cellulaires, c’est-à-dire les passages à travers la membrane. C’est la détérioration des acides gras qui détermine ce phénomène.
  • L’oxydation des protéines, en particulier celles du cristallin entraînant la cataracte.
  • L’altération des gènes cellulaires et du programme normal de la cellule : ainsi, si ce sont les gènes de la division cellu­laire qui sont touchés ou encore selon les ultimes travaux le gène répresseur du programme de survie que contient toute cellule, un cancer est déclenché.
  • L’apparition de maladies neurodégénératives telles Parkinson, Alzheimer…
  • La diminution des défenses immunitaires : même des maladies telle que le sida semblent liées en partie à un excès de radicaux libres.

← Article précédent: Les infections alimentaires : Le botulisme Article suivant: Diététique de l’obésité


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site