Pourquoi le majeur est-il le doigt le plus long ?

> > Pourquoi le majeur est-il le doigt le plus long ? ; écrit le: 15 février 2013 par imen modifié le 5 mai 2018

Le majeur est non seulement le doigt le plus long de la main, mais aussi le plus solide. C’est généralement le cas chez tous les vertébrés, et en particulier les grands singes. Le fait que le doigt le plus long soit positionné au milieu, dans l’axe de chaque membre, est une première indica­tion: il équilibrerait la main et répartirait équitablement la force de préhension de part et d’autre de son axe. S’il était plus court, la main serait moins fonctionnelle, et sans doute moins « forte ». C’est ce que l’on observe plus ou moins chez les personnes privées de tout ou partie de ce doigt. En outre, l’anatomie de la main met en évidence que les muscles sont organisés autour du majeur. Voici donc un argument décisif: le majeur serait le doigt le plus long parce qu’il est le « tenseur » de la main.

A l’inverse, le pouce est le doigt le plus petit. On en connaît l’explication: le formidable outil qu’est la pince constituée par le pouce et l’index doit sa précision à la petite taille du pouce, relativement à l’index. Seuls les primates bénéficient de ce caractère évolutif qui a permis à nos ancêtres non seulement de s’accrocher aux branches, mais surtout de saisir les objets. La préhension a fait les primates et, s’affinant, a contribué à faire l’homme.

Majeur plus long et pouce plus court: ces différences sont fixées génétiquement et se mettent en place au stade embryonnaire. Les gènes homéotiques désignent l’emplacement des parties du corps selon l’ordre de leur localisation sur l’ADN. Le premier activé « code » pour la tête ; le dernier, pour les jambes.

.

.

Récemment, des expérimentations menées sur des souris de laboratoire ont permis d’affiner nos connaissances en la matière. On s’est en effet aperçu que, une fois les ébauches de membres formées, les gènes Hox, toujours présents, commandent également la formation des amorces de doigts selon leur ordre. Le premier code pour le pouce, le dernier pour l’auriculaire. Autre découverte fondamentale : une fois l’ébauche de l’auriculaire apparue chez la souris, un autre gène est activé. Baptisé Sonic Hedgehog, il code pour une protéine dont la concentration, différente d’une ébauche à l’autre, déciderait de la longueur de chaque doigt.

Mais pourquoi le troisième doigt du pied n’est-il pas le plus long, à l’instar du majeur? Parce que le plan de déve­loppement du pied est différent. Contrairement à celui des grands singes, le pied n’est pas préhensile, il est juste « marcheur ». Un troisième doigt plus long contrarierait la locomotion humaine en laissant traîner le pied sur le sol, alors même qu’il voudrait le quitter.

.

.

← Article précédent: Les douleurs articulaires augurent-elles d’un changement de temps ? Article suivant: A quel àge commence-t-on à rapetisser ?


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles