L’obésité

> > L’obésité ; écrit le: 21 février 2012 par mariouma

C’est en raison d’une progression constante de la prévalence de l’obésité dans un grand nombre de pays et de la reconnaissance de l’obésité comme une maladie chronique ayant un impact considérable sur la morbidité et la mortalité, que la prise en charge médicale de cette maladie connaît actuellement un grand regain d’intérêt . Ainsi, l’obésité, longtemps considérée comme une préoccupation plus esthétique que médicale, entre «officiellement» dans le champ de la médecine.

Définition

L’obésité est définie par l’organisation mondiale de la santé (1998) comme étant un excès de poids due à une inflation de la masse grasse de l’organisme et avant des conséguences néfastes sur l’état de santé . Cet excès de réserve adipeuse est pathologique du moment où il expose à un risque accru de mortalité et de morbidité ou s’il altère la situation psychosociale ou la qualité de vie d’un individu. v<
Dans les conditions habituelles, la masse grasse constitue 10 à 15% du poids corporel chez l’homme et 15 à 25% chez la femme. Ces pourcentages augmentent avec l’âge dans les deux sexes.

Classification

Pour apprécier la masse grasse, on a recours à une estimation indirecte de celle-ci basée sur la corpulence.
L’index utilisé sur le plan international pour mesurer la corpulence est l’indice de masse corporelle (IMC) ou body mass index (BMI), qui est le rapport du poids exprimé en Kilo sur le carré de la taille exprimé en mètres. Cet indice obtenu à partir de deux mesures simples est bien corrélé à l’importance de la masse grasse de l’organisme .
Selon les critères acceptés nent au niveau international,
l’obésité est définie pour un IMC > 30 Kg/m2 chez les sujets adultes, dans les deux sexes.
En effet, à partir de cette valeur, d’une part, presque tous les hommes ont une masse grasse supérieure à 20% du poids corporel et les femmes une masse grasse supérieure à 30% du poids corporel, d’autre part, les études épidémiologiques ont montré qu’il existait une augmentation significative de la mortalité et des co-morbidités.

.

.

Classification des troubles pondéraux chez l’adulte en fonction de l’IMC et des risques de co-morbidités (OMS).

← Article précédent: Les graisses animales et végétales Article suivant: Épidémiologie de l’obésité


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles