Les hormones avant la ménopause

> > Les hormones avant la ménopause ; écrit le: 15 février 2012 par azza

Quand les analyses décèlent une insuffisance ou un excès d’hormones, on peut penser qu’il suffit de compenser les sécrétions perturbées pour ramener l’équilibre une fois pour toutes. C’est un peu sim­pliste. L’important n’est pas de compenser une per­turbation à chaque fois qu’elle se produit, ce qui entraînerait un traitement à vie, comme on donne à vie de l’insuline pour compenser l’insuffisance sécré- toire du pancréas dans le diabète, mais d’en rechercher la cause.

Celle-ci peut être simplement la paresse des glandes ou leur hyper-activité, et siéger aussi bien au niveau de l’ovaire, de l’hypophyse que du cerveau. Il faut donc remonter à la vraie cause et ne pas donner seulement les médicaments qui compensent les insuffisances ou les excès mais les médicaments qui stimulent les propres sécrétions des organes, à quelque niveau qu’on doive agir, y compris l’écorce cérébrale, afin qu’à l’ar­rêt du traitement, le déséquilibre ne se réinstalle pas. Si l’on régularise l’humeur, on régularisera bien sou­vent ce qui se passe au-dessous, le blocage des règles ou autre; tout cela est interdépendant.

On peut savoir, par les dosages et par l’examen cli­nique, d’où vient le mal. Si plusieurs glandes sont per­turbées, cela vient d’en haut; si une seule l’est, cela se passe à son niveau.

.

.

← Article précédent: Anatomie mésocôlon Article suivant: Anatomie métathalamus


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles