Les conjonctivites:

> > Les conjonctivites: ; écrit le: 13 mars 2012 par Sameh

Une conjonctivite est une inflammation de la tunique qui recouvre le blanc de l’œil et l’intérieur des paupières : la conjonctive. C’est donc une inflammation superficielle de l’œil dans sa partie antérieure, bien visible, associée ou non à une infection. La conjonctive est transparente et fragile, mais se reconstitue rapidement. C’est une muqueuse, comme on en trouve dans la bouche, par exemple.

Les causes des conjonctivites sont très variées. Les « agents irritants » atteignent la conjonctive par l’intermédiaire de l’air, de l’eau, des doigts, des mouchoirs, des paupières, des larmes, du nez, des sinus, du sang ou parce que… « ça doit nous sortir par les yeux ».
Lorsque les yeux ont subi une exposition aux courants d’air, à l’eau de mer ou de piscine, à la poussière, etc., il est recommandé de les inonder préventivement de sérum physiologique afin d’éliminer l’« agent irritant » et s’épargner ainsi une conjonctivite.

Les signes de conjonctivite:

Les yeux sont rouges, douloureux, larmoyants…
Les paupières sont souvent gonflées et les cils collés par des sécrétions plus ou moins abondantes.
Des sécrétions peuvent s’écouler plus ou moins abondamment des yeux, gênant la vue, avec, parfois, des démangeaisons.
Une conjonctivite peut, entre autres, s’accompagner d’une kératite, d’une atteinte des paupières ou des voies lacrymales.

.

.

Conjonctivite virale:

Contagieuse, elle suit en général une infection virale, par exemple une grippe. On constate souvent des ganglions dans la région du cou, un oeil très rouge et larmoyant. Il convient d’être particulièrement vigilant en cas d’herpès, cette affection étant aussi douloureuse que dangereuse poulies yeux, et de consulter en urgence. L’herpès est très contagieux, et le simple contact des doigts suffit à infecter les yeux.
Lors de la visite chez l’ophtalmologiste, le diagnostic de conjonctivite virale est posé et un traitement prescrit pour plusieurs jours, voire plusieurs semaines, selon la gravité de l’infection.

Homéopathie

Lavages oculaires (avec une œillère) à la camomille (infusion à la camomille sauvage = matricaire) ou avec du sérum physiologique.

.

.

calendula D4, collyre, 2 gouttes toutes les heures dans les yeux ;
euphrasia D3, collyre, 1 gouttes toutes les heures ;
INFLUDO” ou L52* par exemple, 10 gouttes buvables toutes les heures.

Conjonctivite bactérienne:

C’est une infection de la conjonctive ressemblant à un « rhume de l’œil » avec des sécrétions abondantes collant les cils, des rougeurs et des douleurs.
Elle est contagieuse et peut nécessiter un prélèvement au laboratoire pour identifier le germe qui en est responsable. Le plus répandu sur la planète, et de loin, est le trachome dû au microbe Chlamydia trachomatis, responsable dans bien des cas de cécité… et infectant presque l’ensemble de la population dans les pays les plus pauvres du monde. L’ophtalmologiste va constater l’origine de la conjonctivite et prescrire un traitement adapté au germe en cause.

.

.

Homéopathie:

calendula D4, collyre, 2 gouttes toutes les heures dans les yeux ;
echinacea D3, collyre, 2 gouttes toutes les heures ;
ARGENTUM NITRICUM D4, collyre, 1 goutte 3 fois par jour.

Compresses oculaires avec CALENDULA TM, 15 gouttes diluées dans un demi-verre d’eau tiède. L’eau tiède favorise la sécrétion des larmes qui contiennent des immunoglobulines et d’autres substances efficaces contre les infections.
Par voie orale, argentum D2o/berberis D3/SILICEA D12, 10 gouttes buvables toutes les heures dans un peu d’eau ou 3 granules à faire fondre sous la langue.
J’étais toute jeune ophtalmologiste et je soignais depuis de longs mois un patient pour sa conjonctivite purulente. J’avais épuisé tous les remèdes, tous les traitements, tout mon jeune savoir sans résultat notable. Alors que je l’examinais, j’ai soupiré : « Mais qu’est-ce qui vous sort par les yeux ? » Je voulais « meubler » le silence et la phrase m’avait échappé.
Mon patient, qui était très abattu, se redresse sur son fauteuil et s’écrie : « Alors si c’est ça, docteur, je sais ce qu’il me reste à faire ! », et il s’en va d’un pas décidé muni de mon énième ordonnance sans m’en dire plus. J’étais un peu inquiète de cette réaction mais, bientôt, je devais recevoir une boîte de chocolats accompagnée d’un petit mot de remerciement, me signalant qu il était enfin guéri ! Probablement avait-il pris conscience d’une situation insupportable, réglé le problème et, par la même occasion, guéri de sa conjonctivite avec un traitement qui ne « marchait » pas jusque-là.

.

.

Conjonctivite allergique:

Une telle conjonctivite peut survenir dans le cadre d’une allergie générale, tel le rhume des foins. Elle peut aussi ne toucher que les yeux, comme l’allergie aux poils de chat.
Les yeux sont souvent rouges, larmoyants, gonflés et démangent fortement. Les causes d’une telle allergie sont variées, des pollens aux fraises en passant par les produits cosmétiques et les acariens, et trouver le facteur déclenchant — seul moyen de prévenir une rechute — suppose parfois de se livrer à une enquête approfondie.
À l’ophtalmologiste de confirmer que la conjonctivite est bien allergique et de prescrire un traitement approprié.

Homéopathie:

succus citri 0,1 %/ succus cydoniae 0,1 %, collyre, 2 gouttes toutes les heures dans les yeux en cas de crise puis 3 fois par jour.
apis d8/calendula D3/EUPHRASIA D3, collyre, 1 gouttes toutes les heures dans les yeux en cas de crise puis 3 fois par jour.

.

.

Pour arrêter les démangeaisons, poser une compresse avec une infusion tiède à la matricaire (camomille sauvage) sur les yeux fermés.
Si vous ne disposez pas de camomille sauvage, une simple compresse d’eau chaude peut vous soulager.
Par voie orale : APIS D8, granules, ou RHINALLERGY8, 1 à 6 comprimés à sucer par jour.

Le meilleur des traitements est ce qu’on appelle en homéopathie le traitement du terrain, long et prolongé, qui se donne pour but (audacieux) de faire disparaître totalement les réactions allergiques. Un tel traitement s’accompagne nécessairement d’un traitement du foie et des intestins, organes intervenant pour beaucoup dans les manifestations allergiques.

.

.

Conjonctivite sèche:

Un manque d’eau dans les larmes peut déclencher une conjonctivite sèche avec œil sec. Les larmes deviennent grasses et ne lubrifient plus assez la surface oculaire. Les paupières agissent comme les essuie-glaces sur un pare-brise sec. L’œil sec n’est pas assez nettoyé des poussières et finit par s’irriter, ce qui provoque des brûlures, une impression de sable dans les yeux, des yeux rouges qui gênent, sont éblouis et fatiguent vite.
L’œil est douloureux au réveil car les glandes lacrymales dorment la nuit et la paupière finit par coller légèrement sur la surface oculaire.
Les paupières collées le matin doivent être ouvertes doucement en les aspergeant d’eau chaude. Parfois l’irritation est tellement vive que l’on se réveille beaucoup trop tôt.
Les yeux secs peuvent découler des conditions de travail : atmosphère climatisée, mauvaise qualité de l’éclairage, travail prolongé sur écran. Ils sont dus aussi parfois à des problèmes hormonaux ou à des rhumatismes.

Le traitement prescrit par l’ophtalmologiste consiste à suppléer les larmes manquantes et tente de les faire revenir.

Homéopathie:

chelidONIUM D4, collyre, 2 à 5 gouttes plusieurs fois par jour dans les yeux.
RUTA D3, collyre, 2 à 5 gouttes plusieurs fois par jour.
Les compresses d’eau chaude stimulent les glandes lacrymales.
Par voie orale, prendre des compléments alimentaires à base d’oméga 3 et d’antioxydants et boire suffisamment.

Conjonctivite du nourrisson:

Cette conjonctivite est causée par un mauvais écoulement des larmes qui stagnent et qui s’infectent facilement chez les bébés. Tout est trop petit chez eux, y compris le canal lacrymal qui fait sortir les larmes des yeux. Et tout liquide qui stagne s’infecte.
En cas de stagnation des larmes dans l’œil, le « lac » lacrymal se trans¬forme en « étang ». Dans la plupart des cas, tout s’arrange spontanément avec la croissance et l’on constatera une guérison totale vers l’âge d’un an. L’ophtalmologiste prescrira un traitement adéquat ou proposera une intervention chirurgicale.

Homéopathie:

fchinacea D 3/siLiCEA D 20, collyre, 2 gouttes deux fois par jour clans les yeux.
l’UPHRASiA D3, collyre, 2 gouttes deux fois par jour.
Massages doux de l’angle interne des yeux avec un petit grain de Ciel Larmes

Ptérygion:

Ce n’est pas vraiment une conjonctivite. Il s’agit d’un empiétement de la conjonctive : un petit lambeau de celle-ci envahit la cornée, qui en est normalement dépourvue.
Le ptérygion est généralement provoqué par une multitude de petites agressions répétées de la cornée par le soleil, le vent, les poussières.
L’ophtalmologiste va faire le bilan nécessaire et prescrire un traitement adapté. Pour éviter toute aggravation, il faut protéger les yeux du soleil et des poussières et bien se soigner. Si le ptérygion est trop envahissant, il faut procéder à une ablation chirurgicale.

Homéopathie:

mel D3, collyre, 2 gouttes deux fois par jour ;
RUTA D3, collyre, 2 gouttes deux fois par jour ; sérum physiologique une demi-dosette dans chaque œil.

Pingueeula:

Il    s agit d une petite excroissance de tissu conjonctif ou graisseux blanc ou jaune, entre la cornée et l’angle des yeux. Ce n’est pas une maladie mais, parfois, la pingueeula pose un problème esthétique.

Conjonctivite du porteur de lentilles:

C’est une conjonctivite sournoise à traiter très énergiquement dès les premiers symptômes, car elle peut entraîner des complications sous forme de kératite ou d’un abcès de la cornée gravissime.
Cela me rappelle le cas de cette jeune femme partie en vacances avec des lentilles journalières jetables. Elle n’avait pas suffisamment de lentilles pour terminer son séjour. Elle avait donc gardé la dernière paire de lentilles plusieurs jours dans les yeux, et avait récolté un abcès de la cornée sournois sous la lentille « avariée ».
Elle a failli perdre son œil. Elle ne pourra plus remettre de lentilles de contact et même l’opération par le Lasik est dans son cas devenue impossible.
Bien respecter les consignes données avec chaque type de lentille de contact, et en particulier le délai d’utilisation conseillé, permet de supporter le port des lentilles pendant très longtemps, voire toute sa vie.
Il    faut à tout prix éviter de dormir avec les lentilles de contact, sauf celles prévues à cet effet. Par prudence, il est conseillé de les retirer 48 heures consécutives chaque mois. Il faut également les déposer dans un étui sec le soir, car l’humidité permanente favorise le développement des mycoses et les conjonctivites.
Pour améliorer le confort oculaire, on peut également les poser avec une goutte de collyre calendula D4 ou euphrasia D3 dans la lentille. En cas d’yeux secs, il est conseillé d’humecter les yeux avec le même col¬lyre plusieurs fois par jour, chaque fois qu’on ressent une sécheresse.

Il    existe d’autres types de conjonctivite : une visite chez l’ophtalmologiste s’impose dans tous les cas pour recevoir le bon diagnostic et le traitement approprié. Un lien peut exister entre l’état de santé général et les conjonctivites lorsque les rechutes sont fréquentes (rhumatismes, par exemple).

Vidéo : Les conjonctivites:

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Les conjonctivites:

← Article précédent: Pourquoi les recommandations nutritionnelles ne font-elles pas encore partie du traitement conventionnel du cancer ? Article suivant: Le mental Anticancer : Les émotions étouffées


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles