Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ MEDECINE SANTE

Les antihypertenseurs

Vous êtes ici : » » Les antihypertenseurs ; écrit le: 1 février 2014 par Hela modifié le 15 mai 2018

Les antihypertenseurs

Les antihypertenseurs

Les antihypertenseurs sont des médicaments clefs pour protéger le cœur des infarctus et la tête des attaques cérébrales ou de la maladie d’Alzheimer. Se soigner quand on est hypertendu est vrai­ment essentiel.



En prévention de l’infarctus, deux sortes d’antihypertenseurs sont souvent associés, les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) et les bêtabloquants.

En prévention des démences, les IEC et les inhibiteurs calciques ont montré leur efficacité.

Les médicaments de ces classes sont les suivants :

Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion ou IEC :

—      Captopril : Captopril, Lopril.

—     Enalapril : Renitec, Enalapril.

—     Ramipril : Triatec.

—     Périndopril : Coversyl.

—     Lisinopril : Prinivil, Zestril.

—     Cilazapril : Justor.

—     Quinapril : Acuitel, Korec.

—     Bénazépril : Briem, Cibacene.

—     Fosinopril : Fozitec.

—     Trandolapril : Gopten, Odrik.

—     Moexipril : Moex.

—     Imidapril : Tanatril.

—     Zofénopril : Zofénil.

Cette liste est extrêmement longue ! Elle prouve que l’industrie pharmaceutique sait investir en recherche quand un marché est rentable… Pourtant, les 5 premières molécules auraient largement suffi à soigner toutes les personnes hypertendues ! Ce sont celles que l’on retrouve dans les études de prévention.

Ces médicaments sont très bien tolérés mais nécessitent un suivi médical régulier. Leur effet secondaire le plus gênant est l’appari­tion d’une toux sèche. Il faut alors arrêter le traitement et changer de classe d’antihypertenseurs.

Une autre famille d’antihypertenseurs, assez proche des IEC, a été découverte plus récemment. Il s’agit des Sartans sous le nom de Cozaar, Nisis, Tareg, Atacand, Kenzen, Pritor, Micardis, Teveten, Alteis, ou Olmetec. Ces médicaments n’ont fait la preuve d’aucune supériorité en prévention et ils coûtent beaucoup plus cher.

L’inhibiteur de l’enzyme de conversion qui a été étudié a démontré un effet préventif dans les démences est le périndopril (Coversyl).

Les bêtabloquants :

—     Acebutol : Sectral, Acebutol.

—     Nevibolol : Nebelox, Temerit.

—     Metoprolol : Lopressor, Seloken, Metoprolol.

—     Celiprolol : Celectol, Celiprolol.

—     Atenolol : Atenolol, Tenormine, Betatop.

—     Betaxolol : Kerlone.

—     Bisoprolol : Detensiel, Soprol, Bisoprolol.

—             Propanolol : Avlocardyl, Propanolol, Hemipralon, Adrexan.

—     Tertatolol : Artex.

—     Nadolol : Corgard.

—     Timolol : Timacor.

—     Sotalol : Sotalex.

—     Pindolol : Visken.

—     Carteolol : Mikelan.

—     Oxyprenolol : Trasicor.

—     Labétalol : Trandate.

—     Carvelidol : Kredex.

Là encore, les molécules sont très nombreuses ! Et l’on peut comprendre la perplexité des médecins qui doivent faire un choix pour leurs patients…

Les bêtabloquants ralentissent le cœur, qui du coup fournit moins de travail et éjecte le sang avec moins de pression. Ils sont très efficaces et protègent bien le cœur contre les rechutes d’infarctus. Mais ils sont à manier avec précision car ils comportent de nombreuses précautions d’emploi, notamment en cas de gros cœur, de spasme des bronches, de diabète, de certains troubles du rythme cardiaque, etc. Ils doivent donc impérative­ment être prescrits sous surveillance médicale.

Les inhibiteurs calciques  :

La liste des inhibiteurs calciques est aussi longue :

—     Diltiazem : Tildiem, Diltiazem, Diacor, Diltiazem.

—     Vérapamil : Isoptine, Vérapamil, Ocadrik, Tarka.

—     Amlodipine : Amlor.

—     Félodipine : Flodil, Logimax.

—     Isradipine : Icaz.

—     Lacidipine : Caldine.

—     Nicardipine : Loxen.

—     Nitredipine : Baypress, Nidrel, Nitrendipine.

—     Lercanipidine : Lercan, Zanidip.

—     Manidipine : Iperten.

—     Nidédipine : Adalate, Chronoadalate, Ténordate.

—     Béprinil : Unicordium.

Celui qui a fait ses preuves dans la prévention de la maladie d’Alzheimer : la nitrendipine (Baypress, Nidrel, Nitrendi­pine).

Là encore ce sont des médicaments qui nécessitent une surveil­lance médicale, même s’ils sont en général très bien tolérés.

Prenez scrupuleusement votre traitement antihypertenseur si votre médecin vous le prescrit. Les antihypertenseurs sont tous efficaces pour prévenir les risques cardiovasculaires, infarctus ou accident vasculaire cérébral. Et des études récentes montrent qu’ils préviennent aussi les maladies d’Alzheimer.

L’Alzhemed

L’Alzhemed, un nouveau médicament à l’étude. Il sera peut- être l’un des premiers traitements curatifs de la maladie d’Alzheimer, car il a pour propriété de se fixer sur les protéines amyloïdes empêchant leur agrégation qui conduit à la formation des plaques amyloïdes à l’origine des dégâts neurologiques de la maladie. Autrement dit, l’Alzhemed favorise l’élimination du peptide bêta amyloïde et de ce fait, il stoppe ou ralentit l’évolution de la maladie. Dans la première étude chez l’homme, qui a porté sur 40 personnes pendant deux ans, l’Alzhemed a stoppé l’évolution de la maladie dans les cas les plus légers, et ralenti nettement cette évolution dans les cas plus lourds, les personnes atteintes devenant ce que l’on a appelé des « déclineurs lents » Une étude à grande échelle sera lancée en 2006 portant sur 1 000 personnes aux États- Unis et 900 en Europe. Ce nouveau médicament est développé par le laboratoire canadien Neurochem.

Vidéo:Les antihypertenseurs

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: Les antihypertenseurs

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles