les 2 grandes familles de couleurs : des fruits et des légumes

Accueil » Nutrition » les 2 grandes familles de couleurs : des fruits et des légumes écrit le: 21 février 2012 par admin

Flavonoïdes, les nouveaux antioxydants:

Ils déclenchent les passions chez les traqueurs de substances antiâge, et ont été récemment consa­crés « nouveaux antioxydants ». En réalité, ils n’ont rien de neuf puisqu’on s’y intéresse

,

depuis la découverte de la vitamine C en 1932 ! En effet, les symptômes hémorragiques du scorbut liés à la fragilité des vaisseaux étaient guéris par du pa­prika ou du jus de citron.

Cette maladie touchait en priorité les marins, car les poissons et fruits de mer sont totalement dépourvus de vitamine C et de flavonoïdes. Le traitement par la vitamine C seule était peu efficace.

Les chercheurs ont alors découvert que les véritables sauveurs de nos aven­turiers des mers étaient des substances qu’ils nommèrent « vitamine P », rebaptisées plus tard « flavonoïdes ».

,

Les effets biologiques de ces der­niers ne se limitent donc pas à une action antioxy­dante : antispasmodiques, anti-inflammatoires, anticancers, antiviraux, ils protègent les graisses de l’oxydation,

s’opposant à la formation de la fameuse « plaque d’athérome », responsable à terme des obstructions d’artères (infarctus, acci­dent vasculaire cérébral).

Ils inhibent l’activité d’une enzyme qui contribue à l’apparition des cataractes, diminuent le taux de cholestérol, s’opposent à l’altération des fibres de collagène de la peau,

,

ralentissant son vieillissement, sont anti­allergiques, protecteurs du foie… il est difficile d’évaluer exactement leurs propriétés, tant celles- ci sont étendues, contrairement à celles d’un mé­dicament qui agit sur une cible bien

précise. Plus de 4 000 types de flavonoïdes ont été à ce jour identifiés dans la nature, mais seuls 70 sont représentés dans nos aliments, dont 40 nous se­raient réellement bénéfiques.

Dans la famille « flavonoïdes »:
Exactement comme pour les fibres, il existe :
• les flavonoïdes insolubles, aussi appelés « ta¬nins » : on les trouve dans le thé et le vin rouge. Ce sont avant tout des piégeurs de fer, ils protègent des cancers digestifs (notamment côlon et rectum)
• les flavonoïdes solubles, absorbés par le corps, minuscules molécules extrêmement anti¬oxydantes.

,

Caroténoïdes, au cœur des congrès médicaux:

Les spécialistes du monde entier se retrouvent régulièrement aux quatre coins de la planète pour débattre autour de la tomate.
Ou plus exacte¬ment du lycopène (le rouge de la tomate), promis à un bel avenir médical. Mais les carotènes font salon et alimentent les discussions les plus poin¬tues en matière
d’alimentation depuis quelques années déjà. Tout comme les flavonoïdes, les ca¬roténoïdes ne sont pas considérés comme nutritifs au sens propre dti terme. En effet, il ne « nourris¬sent » pas,
mais ils protègent, et de façon magis¬trale ! Ils nettoient, détoxiquent, captent le cholestérol ou empêchent sa fabrication par le foie, calment l’inflammation.
Tous les carotènes ont leur utilité. Le bêtacarotène protège surtout la peau et le cœur, le lycopène est fortement antioxydant, la lutéine et la zéaxanthine préviennent
la dégénérescence maculaire et la cataracte (deux maladies graves de l’œil), etc. Chaque organe stocke « ses » caroténoïdes préférés en fonction de ses propres besoins.
600 caroténoïdes sont identifiés et répertoriés, dont 50 seulement dans les aliments et à peine 25 passent dans la circulation sanguine (donc sont effectivement utiles).

← Article précédent: Nutrition : Repas Article suivant: Anatomie patella


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site