Le régime alimentaire des malades de la thyroïde

> > Le régime alimentaire des malades de la thyroïde ; écrit le: 9 avril 2012 par aboura modifié le 31 octobre 2014

Les personnes qui souffrent de troubles de la thyroïde comme l’hypo ou l’hyperthyroïdie peuvent, habituellement, avoir un régime alimentaire parfaitement normal.
Dans le monde, sept cent quarante millions de personnes souffrent d’une carence en iode. L’iode est un élément indis-pensable qui entre dans la fabrication des hormones thyroï¬diennes et dont il faut adapter les besoins en fonction des dif¬férentes étapes de la vie. Car, bien évidemment, les besoins changent en fonction de l’âge et de l’activité du patient.

Les besoins sont plus importants chez les femmes enceintes ou qui allaitent, chez les sportifs, les fumeurs. Certains aliments qui contiennent de l’iode favorisent le fonctionnement thy¬roïdien. Ce sont principalement les crustacés, les poissons de mer, les mollusques et les algues auxquelles, dans notre pays, on ne pense pas assez souvent. Très riches en minéraux, les algues ont de nombreuses vertus : elles sont indiquées pour la croissance et en cas de fatigue, elles font baisser le taux de cholestérol et de glycémie. Dans les pays développés, l’ap­port d’iode dans le sel a permis de faire disparaître la carence iodée.

.

.

Les femmes enceintes ou qui allaitent:

Lorsque la femme est enceinte, son besoin en iode est plus élevé qu’en temps ordinaire car tout manque d’iode pourrait entraîner un retard de développement du fœtus qui, dans les premiers mois de sa vie, est incapable de fabriquer lui-même ses propres hormones. C’est donc la maman qui les lui four­nit. Lorsque vers le milieu de la grossesse, la thyroïde du fœtus comment à fonctionner, il a encore besoin de l’iode de la maman pour synthétiser ses propres hormones. Une carence en iode pendant le développement du fœtus peut entraîner un retard mental du bébé. Lorsqu’elle allaite, la jeune maman doit surveiller son apport en iode et ne pas être en carence. Dans notre pays une alimentation normale équi­librée et diversifiée permet d’éviter le manque d’iode.

Pourquoi la thyroïde fonctionne-t-elle à plein régime pendant la grossesse ?

.

.

Cette augmentation est due au fait que, pendant cette période, les hormones comme les oestrogènes et la bêta hCG aug­mentent considérablement ce qui oblige la thyroïde à être en suractivité. La grossesse favorise également l’élimination de l’iode dans les urines. Il faut donc, à la future maman, un apport supplémentaire en iode qu’elle trouvera dans certains aliments comme les poissons de mer et les crustacés.

Les sportifs:

La pratique intense d’une activité sportive peut entraîner un manque d’iode. Il faut donc, en cas d’activité physique importante, combler ce manque par un apport supplémen­taire. Les carences pourraient être dues à l’abondante sueur que perdent les sportifs.

.

.

Les fumeurs:

Le tabac freine l’absorption d’iode contenue dans les ali­ments. Cela est d’autant plus vrai chez les femmes enceintes qui doivent absolument se sevrer dès le début de la gros­sesse.

Le régime alimentaire des hypothyroïdiens:

En cas d’hypothyroïdie, le métabolisme de base est dimi­nué. Il faut alors limiter la consommation de matières grasses qui ne devront pas dépasser 30 % des calories prises quoti­diennement. Les gras saturés (qui se trouvent principalement dans les produits d’origine animale) ne devront pas dépasser 10 % de l’apport quotidien en matières grasses.

.

.

Les aliments à éviter sont :

–    le lait entier

.

.

–    la crème fraîche

–    le beurre

.

.

–    la charcuterie

–    la peau des volailles

–    les viandes grasses

–    les aliments riches en matières grasses.

Les aliments conseillés sont :

–    les viandes maigres

–    les produits laitiers écrémés

–    les poissons de mer

–    les fruits de mer

–    les légumineuses,

–    les fruits et légumes.

Le régime alimentaire des hyperthyroïdiens:

À cause d’une consommation excessive d’énergie, les per­sonnes qui souffrent d’hyperthyroïclie ont tendance à perdre du poids même si leur régime alimentaire est correct. Pour compenser cette perte, la consommation d’aliments doit être plus conséquente que la normale.

Les aliments à privilégier sont les aliments riches en pro­téines comme :

–    la viande rouge

–    la volaille

–    le poisson, le lait, le fromage et toutes les légumineuses.

Attention : certains aliments comme les choux et choux- fleurs, les navets, le soja peuvent empêcher le passage de l’iode dans l’organisme. Il ne faut pas les bannir de notre ali­mentation mais être simplement être vigilant et augmenter les apports en iode.

Bien entendu dès que la maladie thyroïdienne est contrô­lée, aucun régime particulier n’est à poursuivre, mais si pos­sible, comme on peut le conseiller à tout le monde, il faut gar­der une bonne hygiène alimentaire !

← Article précédent: Les relations des malades thyroïdiens et l’entourage Article suivant: Anti-âge : l’homocystéine


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles