le developpement du squelette

> > le developpement du squelette ; écrit le: 7 décembre 2011 par La rédaction

 

Le développement harmonieux du squelette exige un  certain nombre de conditions, qui ne sont pas toujours respectées.La conséquence en est que des déformations apparaissent, rendant la silhouette inélégante, avec un  grave préjudice quant aux possibilités de l’individu dans sa vie sociale et dans son activité en général.Les principales causes de déformation du squelette sont des attitudes imposées par certaines professions, une alimentation
déséquilibrée, de mauvaises habitudes, et également certaines erreurs vestimentaires.

L’influence de l’alimentation

Les os sont riches en phosphate et en carbonate de calcium. Le phosphore et le calcium nécessaires à la formation des os sont présents dans les aliments, qui doivent apporter à l’organisme ces minéraux en quantité suffisante.
Cette quantité, pour être optimale, doit représenter un rapport en poids calcium/phosphore égal à 1,5 chez le nourrisson et à 1 chez l’adulte. En d’autres termes, il ne suffit pas que le calcium et le phosphore soient apportés à l’organisme en quantité suffisante, il est nécessaire qu’il y ait entre eux un rapport précis.

L’alimentation ne respecte pas toujours ces proportions, et surtout elle manque parfois d’une substance très importante : la vitamine D. Quand l’alimentation des enfants est pauvre en graisses, la vitamine D vient à manquer : apparaît alors le rachitisme, caractérisé par une minéralisation et une ossification insuffisantes.

.

.

L’enfant rachitique présente une grosse tête, un thorax creux, un ventre volumineux ; ses articulations sont noueuses ; les côtes, en s’articulant avec le sternum, produisent de chaque côté de cet os une série de petites bosses saillantes. Les membres inférieurs sont incurvés en parenthèse ou en X. La colonne vertébrale se déforme, avec apparition d’une bosse caractéristique.

  Une autre vitamine est nécessaire à la croissance harmonieuse en poids : la vitamine A. Elle se rencontre également dans les matières grasses ; sa carence ne détermine pas le rachitisme mais un simple arrêt du développement des os. Elle est d’ailleurs appelée «vitamine de la croissance». La vitamine A se trouve dans les mêmes aliments que la vitamine D, mais il est plus rare qu’elle vienne à manquer car dans les végétaux (choux, carottes, tomates, épinards, laitues) on trouve sa provitamine, le carotène, qui, dans l’organisme, se transforme et produit la vitamine A.

.

.

Pour guérir et prévenir le rachitisme, il est également très important de vivre à l’air libre et au soleil, qui, grâce à ses rayons ultraviolets, constitue un véritable médicament : quand la peau est exposée directement au soleil, elle synthétise la vitamine D à partir de l’ergostérol. Prendre des bains de soleil équivaut à administrer à l’organisme de la vitamine D .Mais l’exposition du corps au soleil doit être directe ; il suffit en effet d’un verre, ou de vêtements, même légers, pour arrêter les rayons ultraviolets et empêcher la synthèse de la vitamine.

Tiens-toi droit

Les mauvaises attitudes sans provoquer de véritables maladies comme le rachitisme, peuvent toutefois influer sur le squelette, et en particulier la colonne vertébrale. Elles peuvent aggraver les déviations vers l’avant ou vers l’arrière (cyphoses, lordoses), ou latérales (scolioses). Cependant, les mauvaises positions ne sont pas à l’origine des scolioses : celles-ci surviennent spontanément, sans que l’on sache pourquoi. Parmi les principaux facteurs aggravants, il faut citer, chez l’enfant, les mauvaises attitudes sur les bancs de l’école, le port de cartables trop lourds, et aussi les anomalies des voûtes plantaires. Les déformations professionnelles des adultes atteignent surtout les employés de bureau, les coiffeurs, les jardiniers et les agriculteurs. Ces travailleurs ont tendance à incurver leur colonne vertébrale (cyphose) ou bien à la dévier latéralement en tenant une épaule plus basse que l’autre. Il est difficile de remédier à ces altérations : les attitudes imposées par un métier ne peuvent être facilement éliminées ou changées. D’une façon générale, chez l’enfant comme chez l’adulte, les mesures que l’on peut prendre sont les suivantes :

.

.
  •   Adapter le plan de travail à la taille de l’individu ;
  •   Éclairer suffisamment le plan de travail ;
  • Pratiquer des exercices correctifs.

   Souvent, l’individu croit corriger sa mauvaise attitude, alors qu’il ne fait que l’aggraver. Il convient qu’une autre personne juge si la position est correcte. Chacun de nous peut cependant se corriger en s’observant, torse nu, entre deux glaces.

Chausse-toi correctement

Pour ce qui est de la façon de se chausser, la mode n’est pas toujours en accord avec les principes de l’hygiène du squelette. Le port des talons hauts est en effet dangereux. Ils entraînent une légère flexion des genoux et exagèrent la courbure lombaire de la colonne vertébrale. Il est donc préférable de choisir des chaussures à talon plat ou demi-haut.

.

.
 
 

← Article précédent: La grossesse extra-utérine Article suivant: L’entretien musculaire


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles