/*

L’œil rouge:

Vous êtes ici : Accueil » Ophtalmologie » L’œil rouge:

[tab:ARTICLE]

Uvéite antérieure aiguë ou iridocyclite:

Le patient souffre d’une douleur, de rougeurs et d’une baisse de la vue. Il s’agit d’une inflammation importante à l’intérieur de l’œil.
Cette inflammation est la conséquence d’une infection de l’entourage avoisinant (dents, sinus, oreilles), d’une infection générale (tuberculose, maladie de Lyme, herpès) ou d’une inflammation générale (rhumatisme infantile, arthrites, maladies auto-immunes). Souvent, aucune cause n’est retrouvée.
Il faut rapidement consulter un ophtalmologiste pour mettre en route d’urgence le traitement classique, indispensable, avec des anti-inflammatoires et de l’atropine. Les complications sont redoutables en l’absence de traitement efficace. Le traitement homéopathique est totale¬ment inopérant durant la crise. Il est surtout utile ensuite, pour éviter ou retarder les rechutes. Il s’agit là d’un traitement du terrain, soignant la tendance du patient aux inflammations.

Conjonctivites:

On les reconnaît aux sécrétions, aux démangeaisons ou à l’impression de sable dans les yeux. Une conjonctivite donne un œil rouge près des paupières et ne fait pas baisser la vue. Elle n’est pas trop douloureuse.

Hémorragie sous-conjonctivale:

Un vaisseau claque au niveau du blanc de l’œil qui devient tout rouge, ce qui est fort impressionnant pour l’entourage.
Cela est relativement fréquent et, en dehors d’un traumatisme, peut correspondre à un « coup de sang », une poussée d’hypertension artérielle ou à une fragilité capillaire, avec des « bleus » fréquents sur tout le corps (on dit que l’on a « une peau qui marque »). Il s’agit parfois aussi d’une conjonctivite ou d’une poussée d’hypertension oculaire.
L’ophtalmologiste va rechercher quelle en est la cause et prescrire le traitement nécessaire.

Homéopathie:

ARNICA D4, collyre, i gouttes 3 fois par jour en cas de traumatisme ;
HAMAMELIS D3, collyre, 2. gouttes 3 fois par jour;
THLASPl D4, collyre, z gouttes 3 fois par jour.

Les porteurs de lentilles de contact:

Si un porteur de lentilles de contact se met à ressembler à un lapin russe, il faut qu’il « écoute » cette alerte : quelque chose cloche concernant la durée du port des lentilles, les lentilles elles-mêmes (défaut, usure), les produits de nettoyage utilisés… ou il est victime d’une infection.
Le porteur des lentilles doit se méfier d’une infection de la cornée, grave en cas d’évolution vers un abcès.
L’œil ne doit pas être plus douloureux ni plus rouge après avoir ôté les lentilles. Cela est mauvais signe, car la lentille fait « pansement » tellement l’œil est déjà irrité ! Il convient de rapidement consulter un ophtalmologiste pour identifier la cause et la soigner.
Il est impératif de respecter les consignes d’hygiène et la durée d’utilisation de ses lentilles ; combien de fois ai-je vu des patients consulter pour une baisse de leur vision alors qu’il aurait suffi de changer leurs corrections, tellement encrassées…

Glaucome aigu:

Lorsque l’œil est un peu rouge, extrêmement douloureux et qu’il ne voit plus clair, il peut s’agir d’un glaucome aigu. Les douleurs ressenties sont vraiment insupportables.
La vision se caractérise par des halos autour des lumières, l’œil donne l’impression d’être une bille de bois et prend un aspect « glauque », dû à la cornée trouble.
Attention, il s’agit d’une urgence ophtalmologique très grave, on ne dispose que de quelques heures pour sauver l’œil !
Le traitement comporte des cachets et des collyres, en attendant une intervention en urgence, chirurgicale ou au laser.[tab:VIDEOS]

Vidéo : L’œil rouge:

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : L’œil rouge:

http://www.youtube.com/watch?v=fnEd9PJHBUo&feature=related [tab:END]

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié