➔ MEDECINE SANTE

Inflammations de la cornée:

> > Inflammations de la cornée: ; écrit le: 15 juillet 2012 par Sameh modifié le 14 janvier 2018


Une kératite est une inflammation de la cornée ; elle fait baisser la vue et est nettement plus douloureuse et dangereuse qu’une conjonctivite.
La rougeur est située à proximité de la cornée. La kératite provoque un éblouissement intense et très douloureux. Une consultation en urgence est indispensable ! Les kératites forment une nombreuse famille dont voici les principaux représentants.

Kératite ponctuée superficielle:

La plus fréquente est la kératite ponctuée superficielle, qui survient en cas d’œil sec ou d’allergies.
Les signes les plus typiques sont la douleur, les brûlures et un vif éblouissement qui oblige à fermer les yeux tellement « ça pique ».
L’ophtalmologiste va faire un examen approfondi pour déterminer la cause et prescrire un traitement.
Homéopathie en plus du traitement de la cause CALENDULA D4, collyre, 2 gouttes toutes les heures, ARGENTUM NITRICUM D4, collyre, 1 goutte trois fois par jour et APIS D8, collyre,  1 goutte trois fois par jour.

Coup d’arc et ophtalmie des neiges:

C’est une kératite diffuse de toute la cornée, qui est très irritée et extrêmement douloureuse. L’œil est très rouge et larmoyant. La lumière devient insupportable à la suite d’une exposition au soleil ou aux UV. La même inflammation touche les personnes effectuant des soudures sans protection. L’ophtalmologiste prescrira des cicatrisants et des anti¬inflammatoires qui feront vite effet et soulageront en quelques jours ces douleurs presque insoutenables.

Homéopathie:

arnica 0,25 %/ urtica urens 4.75 %, collyre, 1 goutte toutes les heures (extrêmement efficace, encore faut-il l’avoir sous la main…) ; apis D8, collyre, 1 goutte toutes les heures.


Herpès:

L’herpès peut attaquer la cornée en provoquant une kératite virale grave avec un ulcère de la cornée à la forme typique (ulcère dendritique). L’herpès est très contagieux et se propage par contact avec les doigts souillés, par exemple. Une fois contracté, c’est un fidèle compagnon qui se réveille à chaque baisse de l’immunité.
C’est une kératite très douloureuse et dangereuse pour la cornée. L’ophtal-mologiste fera le diagnostic et prescrira le traitement adapté. Attention, il s’agit d’une urgence ophtalmologique qui doit être soignée énergiquement avec des traitements contre « l’herpès virus » par voie orale et localement dans les yeux, car l’ulcération peut laisser une cicatrice blanche.
En médecine complémentaire, les traitements du « terrain » existent pour tenter d’éviter ou de retarder la rechute de kératite herpétique. L’atteinte oculaire ne se traite pas en homéopathie.
Une rechute d’herpès survient en cas :
–    de fatigue importante par manque de sommeil ou surmenage physique ;
–    de baisse de l’immunité (manque de vitamines, erreurs alimentaires) ;
–    d’exposition au soleil ;
–    de consommation excessive d’alcool ;
–    d’usage de drogues ou de certains médicaments ;
–    d’excès de tabac.

Ulcération récidivante de la cornée:

C’est une kératite qui rechute fréquemment, toujours au même endroit. La couche superficielle de la cornée est appelée épithélium. L’ulcération est due à une fragilité de cet épithélium qui se déchire à la moindre occasion, déclenchant une douleur fulgurante et très invalidante.
La cause de la fragilité est en général une ancienne blessure de la cornée (un coup de mascara ou une griffure d’ongle, par exemple) qui n’a pas cicatrisé correctement.
La fragilité épithéliale est souvent associée à une sécheresse des yeux, surtout gênante la nuit, car les glandes lacrymales « dorment ». La paupière a tendance à se coller sur la cornée pendant le sommeil et, au
réveil, de petits bouts d épithélium vont être arrachés. Le cercle vicieux de l’ulcération récidivante est difficile à rompre. L’homéopathie complète le traitement allopathique par cicatrisants et lubrifiants oculaires.

Homéopathie:

CALENDULA D4, collyre, 5 gouttes matin et soir ;
SILICEA D6, collyre, 5 gouttes matin et soir;
THUYA TM, compresses, 15 gouttes diluées dans un demi-verre d’eau tiède, pour stimuler les glandes lacrymales.

Kératite virale épidémique:

C’est une kératite très contagieuse, souvent avec conjonctivite, rhinopharyngite et ganglions au niveau du cou.
L’œil est très rouge et douloureux et ne supporte pas la lumière. Cette kératite peut laisser des opacités dans la cornée qui provoquent une baisse de la vue prolongée.
L’ophtalmologiste va préciser le diagnostic, le traitement du malade et le traitement préventif de l’entourage.


Homéopathie:

CALENDULA D4, collyre, 2 gouttes toutes les heures ;
ECHINACEA TM, 15 gouttes diluées dans un demi-verre d’eau tiède en compresses sur les yeux fermés ;
INFLUDO* OU L52, gouttes buvables, 5 gouttes toutes les demi- heures.

Trachome:

C’est une kératite avec conjonctivite des plus fréquentes (en Afrique du Nord, en Asie, en Amérique du Sud).
Cette kératite bactérienne est la première cause mondiale de cécité ; le microbe responsable est chlamydia tmchomatis.
Elle est très contagieuse et se transmet par simple contact ou via les poussières. Le trachome commence par une conjonctivite granuleuse puis se transforme en kératite en l’absence de traitement efficace.
La prévention du trachome passe par le lavage des mains, le port de lunettes adaptées dans les régions poussiéreuses et de façon générale p.u une hygiène corporelle correcte. On peut y associer l’application d’une
pommade antibiotique une semaine par mois, par exemple.
Le traitement nécessite des antibiotiques en pommade oculaire et par voie orale. Il n existe pas de traitement homéopathique du trachome.

Kératite sèche:

Une conjonctivite « sèche » peut se compliquer d’une kératite sèche douloureuse.
Le « syndrome sec » existe en cas d’atteinte des glandes lacrymales ou salivaires et d’une sécheresse de la peau en général. L’ophtalmologiste constate un manque de larmes, la cornée n’est pas assez inondée en permanence et se dessèche au contact de l’air ambiant. Des ulcérations douloureuses se forment, l’œil devient rouge et la vision floue. Cela donne envie de fermer les yeux.
La climatisation, le travail prolongé sur écran, le vent, le froid, le chauffage ou le soleil aggravent l’œil sec. Certains rhumatismes et certains médicaments déclenchent eux aussi un syndrome sec.
Le meilleur traitement est celui de la cause, si on la trouve… L’ophtal-mologiste va prescrire un traitement adapté en remplacement des larmes manquantes qu’il faut continuer tant que la cause n’a pas été éradiquée (ce qui est souvent difficile à réaliser).

Homéopathie:

CALENDULA D4, collyre,2 à 5 gouttes plusieurs fois par jour ;
RUTA D4, collyre,2 à 5 gouttes plusieurs fois par jour ;
CHELIDONIUM D4, collyre, 2 à 5 gouttes plusieurs lois par jour ;
MERCURIALIS D4, collyre, 2 à 5 gouttes plusieurs fois par jour;
THUYA TM, compresses, 15 gouttes diluées dans un demi-verre d’eau chaude pour compresses sur les yeux fermés.


Compléments alimentaires:

Pour stimuler les glandes lacrymales une complémentation est indispensable ; il faut veiller à apporter des oméga 3 en quantité suffisante, ainsi que des antioxydants naturels, de l’onagre, du bêta-carotène (éviter la vitamine A, toxique en surdosage) et des vitamines B6 et B12.

Oligoéléments:

Manganèse, cobalt, une ampoule buvable deux fois par semaine avant le petit déjeuner.
Soufre, une ampoule buvable deux fois par semaine avant le petit déjeuner.

Abcès de la cornée:

En cas de kératite en rapport avec un « méchant » microbe, l’évolution peut provoquer un abcès qui risque de détruire la cornée.
L’œil est très rouge, douloureux et la vue baisse beaucoup. Il s’agit d’une urgence ophtalmologique.

Vidéo : Inflammations de la cornée:

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Inflammations de la cornée:


Articles liés

Influence de certains médicaments généraux sur les yeux
J’ai un voile ou une tache devant les yeux
Un accident est vite arrive : Yeux
Enceinte jusqu’aux yeux:
Tout savoir sur les troubles des yeux

← Article précédent: Le mental Anticancer : Une personnalité propice au cancer ? Article suivant: Asthme : La désensibilisation vaut-elle le coup ?


3 réponses pour "Inflammations de la cornée:"

  1. Mme sandra  25 septembre 2013 at 15 h 11 min

    bonjour, mon ophtalmologue m’avait parlé d’un risque de dystrophie cornéenne si mon glaucome, que j’ai uniquement à un œil aveugle, restait sans traitement c’est-à-dire sans l’utilisation d’un collyre adapté à ce problème. Que serait dans ce cas une dystrophie cornéenne et surtout quelles seraient ses conséquences visibles ou pas. Existe-t-il d’autres complications associées. J’ai une tension oculaire de 45 à cet œil, je ne ressens aucune douleur bien que mon œil soit rouge et mon autre œil est tout-à-fait aain. Merci par avance pour votre réponse

    Répondre
  2. mme sandra  25 septembre 2013 at 15 h 29 min

    “…mon autre œil est tout-à-fait sain”. Je m’excuse pour la faute de frappe dans l’exposé de mon problème…

    Répondre
  3. Mme sandra  25 septembre 2013 at 15 h 37 min

    oups une coquille sur le mot sain…

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles