Grossesse (infection urinaire au cours de la)

Vous êtes ici : > Gynéco-obstétrique > Grossesse (infection urinaire au cours de la)

Introduction

Haute ou basse, elle constitue pour certains un facteur de risque d’accouchement pré­maturé (même une simple bactériurie asymptomatique). Le dépistage de la bactériurie asymptomatique et son traitement permettent d’éviter 60 % des pyélonéphrites aiguës.

L’infection est souvent asymptomatique et elle doit être recherchée systématiquement à chaque consultation (clinique + labstix) en particulier sur des terrains fragilisés (cardiopathie, diabète…).

On ne doit pas sous-estimer les risques de l’infection urinaire puisque une pyéloné- phrite aiguë peut être grave pour la mère (choc septique) et pour l’enfant (accouchement prématuré, infection matemo-fœtale).

Elle doit être recherchée systématiquement à chaque consultation par un interroga­toire très orienté.

Il s’agit de :

  • Cystite : 80 % des cas.
  •  Pyélonéphrite : 15 % des cas.
  • Infection asymptomatique : 5 % des cas.
  • Dans 75 % des cas, le germe en cause est un E. Coli.

L’infection urinaire est favorisée par une gêne à l’évacuation et la stase urinaire au niveau de la vessie.

Il existe aussi une dilatation physiologique urétéro-pyélique due au péristaltisme diminué et une compression urétérale surtout droite par l’utérus gravide.

Article précédent:
Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié