Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ MEDECINE SANTE

Grossesse et HTA : Conduite à tenir

Vous êtes ici : » » Grossesse et HTA : Conduite à tenir ; écrit le: 24 mai 2013 par imen

Devant une HTA, on recherche les éléments suivants

À l’anamnèse

Parité, terme (DDR, échographie), HTA préexistante et traitement, HTA lors des grossesses précédentes ; antécédent d’éclampsie, d’HRP de MFIU* ; date de début de l’HTA et traitement, résultats des échographies avec biométrie et doppler.

 À l’examen clinique

On recherche des signes de gravité :



–      Maternelle : HTA majeure, protéinurie significative, métrorragies, contractures, oligo-anurie, convulsions, hyperéflexivité ostéotendineuse, existence de signes asso­ciés (céphalées, phosphènes, acouphènes, barre épigastrique, œdèmes).

–      Fœtale : hypotrophie sévère ou souffrance fœtale aiguë.

Les mesures urgentes sont les suivantes

Bilan préopératoire, uricémie, créatininémie, plaquettes, bilan hépatique, bilan d’hémostase (à la recherche en particulier de : thrombopénie, cytolyse hépatique, hémo­lyse, Hellp syndrome). Surveillance tension artérielle, diurèse et albuminurie. Dès que possible : échographie, doppler, score de Manning (bien-être fœtal) et rythme cardiaque fœtal en fonction du terme. Le rythme cardiaque fœtal a un intérêt dans la surveillance à court terme.

L’évaluation fœtale passe par l’appréciation de

–      La vitalité fœtale : MA, RCF, doppler ombilical.

–      La croissance fœtale : HU, échographie, doppler.

–      La maturité fœtale : échographie précoce permettant de connaître le terme avec pré­cision, amniocentèse avec rapport L/S ou phosphatidylglycérol (lors d’une décision urgente à prendre), points de Beclard (calcifications fémorales inférieures au contenu utérin ou à l’échographie).

Les indications de l’hospitalisation sont

–       Protéinurie.

–       Existence de signes fonctionnels type douleur épigastrique, amaurose… obnubilation témoignant de l’imminence d’une crise d’éclampsie ou d’un Hellp syndrome.

–       Pression artérielle diastolique constamment élevée >110 mmHg.

–       Arrêt ou diminution brutale des mouvements actifs.

–      Absence de vitesse en diastole au doppler ombilical fœtal.

–      Métrorragies même minimes devant faire évoquer un hématome rétroplacentaire.

–      Thrombopénie ou augmentation des transaminases.

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:”جدول عادي”;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent:””;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family:”Times New Roman”;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

      Parfois même le tableau peut être si grave qu’il y a une indication à l’interruption de grossesse

  • Indication fœtale

       Souffrance fœtale persistante avec anomalie du RCF, anomalie des dopplers — non pas tant une anomalie du doppler ombilical que du doppler cérébral (vasodilatation puis vasoconstriction) —, cassure de la courbe de croissance et oligoamnios. Ceci est bien sûr à moduler en fonction du terme de la grossesse.

  • Indication maternelle

       En cas de manifestations convulsives.

       HT A grave (diastolique > 20 mmHg) malgré un traitement bien conduit.

       Déficit neurologique.

       L’interprétation des signes fonctionnels est plus délicate (céphalées, phosphènes, bourdonnements d’oreille, barre épigastrique) et n’entraîne généralement pas de décision immédiate.

       Thrombopénie < 50 000 mm3, en particulier en cas de CIVD.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles