Fibromes et grossesse : Traitement

> > Fibromes et grossesse : Traitement ; écrit le: 21 mai 2013 par imen

De la nécrobiose

Hospitalisation, AINS*, antibiotiques, antalgiques, glace sur le ventre, repos (anticoagulants, risque important de phlébite).

D’une hémorragie importante

L’hémorragie peut être imputée au fibrome sous-muqueux lui-même ou à l’hyperpla- sie endométriale associée. Après avoir éliminé d’autres étiologies, le traitement est :

–       Si état de choc :

.

.
  • Curetage au bloc puis Syntocynon (amp de 1 ml dosée à 5 UI*, 5 UI* en flash IV puis 10 UI dans la perfusion ; attention, cet analogue synthétique de l’ocytocine peut être responsable d’intoxication par l’eau).

–       Si pas de choc :

  • Injection d’œstrogène Prémarin (1 à 2 amp) soit 20 à 40 mg en IV ou en IM, agit en 10 minutes par vasoconstriction utérine, suffit à arrêter le saignement.
  • Traitement d’appoint :
  • Hemocaprol.
  • Dycinone.

• Puis Orgamétril2 cps par jour du 5e au 25e jour du cycle si désir de contracep­tion (sinon du 15e au 25e jour) ou Lutényl ; ceci en l’absence de contre- indications métaboliques.

.

.

–       Dans tous les cas, ne pas oublier de traiter l’anémie ferriprive (par exemple par du Tardyféron B9*).

Le traitement médical en général

–       Ralentirait l’évolution sans diminuer le volume actuel du fibrome, le traitement est à base de progestatifs généralement des norstéroïdes (Orgamétril, Lutényl), du 15e au 25e jour du cycle et en fonction de l’évolutivité des symptômes et du désir de contraception, du 5e au 25e jour du cycle.

.

.

–       Les œstrogènes et les œstroprogestatifs sont contre-indiqués.

.

.

Normal
0
21

false
false
false

.

.

MicrosoftInternetExplorer4

.

.

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:”جدول عادي”;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent:””;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family:”Times New Roman”;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

–      Les agonistes de la LHRH entraînent une castration chimique (ménopause artifi­cielle) avec tous ses inconvénients (ostéoporose, bouffées de chaleur…) et n’empêche pas la reprise évolutive. Leur effet préparateur sur le geste chirurgical pourrait entraîner au contraire des difficultés de clivage chirurgical.

  Triptoréline (Décapeptyl) ou

  Bussériline (Suprefact).

Les contre-indications sont : l’hypersensibilité au produit, la grossesse et l’allaite­ment. La posologie est une injection IM par mois. L’administration par voie nasale est possible avec le suprefact ; attention à l’effet « flare up ».

  •  La supplémentation en fer et en folate (Tardyféron B9 + Spécialfoldine -► QS) est primordiale en cas d’anémie, de même l’acte chirurgical qui peut être très hémorra­gique doit pousser à entreprendre un protocole d’autotransfusion.

 La chirurgie

     Les gestes

  • Myomectomie simple ou multiple : elle peut permettre un geste conservateur chez une femme désirant une grossesse ; ce type de cicatrice nécessitera un suivi de gros­sesse strict.
  • L’hystérectomie totale avec ou sans annexectomie.

     Les voies d’abord

  • Voie haute : laparotomie souvent par Pfannenstiel.
  • Voie basse.
  •  Voie haute ou voie basse cœlio-assistée.
  •  Cœlioscopie seule (le plus souvent fibrome sous-séreux pédiculé de volume moyen).
  •  Hystéroscopie (résection d’un fibrome sous-muqueux).

     Indications

  • Le myome sous-muqueux ne répond pas au traitement progestatif. Il justifie donc d’un traitement chirurgical, le plus souvent hystéroscopie opératoire.
  • Un myome compliqué doit être opéré et un fibrome non compliqué peut être respecté.
  • En cas de métrorragie, le traitement doit être d’abord symptomatique (curetage, hormonothérapie…), c’est secondairement que l’on décidera d’un acte plus radical.
  •  L’option hystérbctomie dépend de l’âge de la patiente, de son désir d’enfants, de son état général, de la nature et de l’évolutivité de sa maladie fibromateuse.

← Article précédent: Fibromes utérins : Fibrome et grossesse Article suivant: Hémorragie du 1 er trimestre de la grossesse : Diagnostic


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles