Contraception : Les risques (en dehors de l’échec)

> > Contraception : Les risques (en dehors de l’échec) ; écrit le: 24 mai 2013 par imen modifié le 4 novembre 2014

Des œstroprogestatifs

–       L’œstradiol naturel n’entraîne pas de modification délétère de la coagulation.

–       Les œstrogènes de synthèse entraînent un état d’hypercoagubilité.

–       Augmentation des facteurs II, VIII, et X, baisse de l’antithrombine III, augmentation de l’agrégation plaquettaire.

.

.

–       Risque thrombo-embolique par :

  • Perturbation lipidique.
  • Modification de la coagulation.
  • Altération de la paroi vasculaire (lésion de l’intima avec déficit de l’activité fibrinoly tique).

–       Rares mais nécessitant l’arrêt du traitement : HT A, accident cardio-vasculaire ou thrombo-embolique, ictère cholestatique, céphalées importantes, migraines, vertiges, troubles visuel ou neurologique, augmentation des crises comitiales, mastodynie sévère, mastopathie, tumeur du sein ou de l’utérus, hyperlipidémie, diabète, galactor- rhée (rechercher un adénome hypophysaire), adénome hépatique.

.

.

–       Assez fréquent : nausées, céphalées banales, prise de poids, tension des seins, acné, séborrhée, chloasma, hypertrichose, irritabilité, tendance dépressive et baisse de la libido (vitamine B5 : 1 g/24 h), saignement inter-menstruel, oligoménorrhée, amé­norrhée (éliminer une grossesse), jambes lourdes, candidose vaginale, lithiase biliaire, irritation oculaire par les lentilles de contact.

–       Aménorrhée post-thérapeutique avec anovulation : plus fréquent en cas d’irrégularité menstruelle antérieure, elle cède généralement spontanément sinon elle nécessite une exploration ovarienne et ou hypophysaire (adénome à prolactine).

.

.

Des progestatifs

Microprogestatifs

–       Anovulation et/ou kyste fonctionnel ovarien, spotting et irrégularités menstruelles, oligoménorrhée voire aménorrhée (on doit alors éliminer absolument une GEU), manifestations d’hyperœstrogénie relative.

–       Microprogestatifs en continu à heure fixe, effet majeur sur la glaire, mais hyperœs­trogénie, mastodynie, dystrophie ovarienne, spotting, risque de GEU +++++.

.

.

Macroprogestatifs

–       Irrégularités menstruelles, atrophie de l’endomètre avec saignements intermenstruels ou aménorrhée.

–       Effet androgéniques : prise de poids, œdèmes, rétention hydrosodée (norstéroïdes), diminution du HDL Cholestérol et augmentation du risque cardiovasculaire, acné, chloasma, séborrhée, hypertrichose, modification de la libido.

.

.

–       Ictère cholestatique et prurit (norstéroïdes).

–       Nausées, vomissements, dépression, aggravation d’une insuffisance veineuse.

.

.

–       Progestatifs normodosés, ex. Orgamétril, indiqué en péri-ménopause avec gros fibrome par exemple.

Du DIU

–       Lors de la pause : syncope et spasme du col puis douleur dans les heures ou jours suivant l’insertion, ménométrorragies cédant spontanément. Parfois les douleurs et les ménométrorragies motivent le retrait.

–       Expulsion (méconnue 1 fois sur 5), perforation très rare.

–      Infection génito-pelvienne pouvant être liée aussi à un défaut d’asepsie lors de la pause, possibilité de stérilité secondaire.

–      La disparition des fils au spéculum.

  • Écho.
  • ASP.
  • P-HCG.
  • Récupérer le stérilet, éventuellement par cœlioscopie.

–      Grossesse intra-utérine : compte tenu du risque d’avortement spontané (50 %), prématurité, amniotite et RPM, si les fils sont visibles, il faut retirer le Stérilet ; sinon, on laisse évoluer.

–      Grossesse extra-utérine (1/30) : en fait le stérilet prévient mieux la GIU que la GEU.

← Article précédent: Contraception : Surveillance Article suivant: Contraception : Contraception du lendemain


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles