Comment la nicotine pénètre-t-elle dans I’organisme?

> > Comment la nicotine pénètre-t-elle dans I’organisme? ; écrit le: 8 mars 2012 par lamia modifié le 6 mars 2015

La nicotine est un alcaloïde présent dans la feuille de tabac, ou elle apparaît progressivement au fur et a mesure de la maturation de la plante; c’est de très loin l’alcaloïde le plus important pouvant atteindre des concentrations de 10 a 20 milligrammes par gramme de tabac sèche.
C’est en diffusant dans l’organisme que la nicotine exerce toutes ses actions; elle pénètre de façon différente selon le mode d’utilisation:

— Pour la prise nasale, la chique, la fumée de la pipe ou des cigares, la nicotine du tabac est absorbée par les muqueuses du nez et de la bouche; cette absorption est régulière, lente, étalée dans le temps et elle aboutit a une élévation progressive du taux de nicotine dans le sang.

— Pour la cigarette et également les cigarillos, la fumée est inhalée, arrive dans les alvéoles pulmonaires ou tous les constituants sont intensément absorbés; l’absorption rapide de la nicotine contenue dans la fumée aboutit a une élévation brusque et intense du taux de nicotine dans le sang avec, a chaque cigarette fumée, un pic de nicotinemie.

.

.

Sur la figure 8 on voit très nettement les évolutions différentes des taux de nicotine. Tous les rituels de consommation, pipe, cigare, chique, cigarillo, cigarette, snuff (prise nasale), aboutissent au même fait: l’ absorption de nicotine par le fumeur, mais avec des vitesses et des intensités variables elle se repartit alors partout dans l’organisme •

— Une partie est détruite a près de 80 % dans le foie et transformée par oxydation en métabolites inactifs, dont le principal est la cotimne. Ceci explique que le tabac n’ait jamais ete utilise par ingestion: en effet, toutes les substances introduites dans l’ organisme par voie digestive vont traverser le foie ou elles subissent de nombreuses transformations métaboliques

.

.

— L’autre partie se fixe dans l’organisme sur des structures présentes a la surface des cellules, les récepteurs nicotiniques, par l’intermédiaire desquels elle exerce ses multiples effets.Les récepteurs

La molécule nicotine présente des analogies de forme et de structure avec une substance naturelle, très ubiquitairement répandue, un neurotransmetteur, l’’ acetylcholine, dont le rôle est essentiel dans la plupart des domaines de la physiologie humaine. On sait actuellement que toutes les fonctions des neurotransmetteurs, des hormones, etc. se font par l’intermediate de molécules protidiques situées a la surface des cellules et appelées récepteurs. Il y a une complémentarité de forme entre le récepteur et son ligand, c’est-a-dire la substance spécifique qui va se fer a ce récepteur. La comparaison classique et tout a fait expressive est celle de la clef et de la serrure. Le ligand est la clef spécifique qui peut s’unir au récepteur, la serrure; Turnon du ligand au récepteur déclenche des modifications fonctionnelles importantes des cellules et donc des organes. Les récepteurs a l’acetylcholine sont présents a la jonction neuromusculaire des muscles lisses et stries, sur les terminaisons du système nerveux sympathique du coeur et des vaisseaux, dans l’arbre bronchique et surtout dans plusieurs zones du cerveau. La nicotine qui rassemble a Facetylcholine est donc capable de prendre la place de celle-ci sur certains de ces récepteurs, dits récepteurs nicotiniques a l’acetylcholine. La nicotine est ainsi un faux neurotransmetteur (J.-P. Changeux).

.

.

► Principales propriétés de la nicotine sur les récepteurs
La nicotine est véritablement une fausse clef capable de se substituer a la vraie clef, l’acetylcholine, et de déclencher toute une série de réactions dans la plupart des organes; ainsi s’expliquent:

• la contraction des muscles lisses et stries
• la stimulation du système nerveux sympathique avec la contraction des artères et artérioles et l’elevation de la pression artérielle. Cette stimulation est également a

.

.

l’origine de modifications cardiaques importantes : le pouls s’accelere et parfois, si la stimulation est trop intense, il y a risque de troubles du rythme cardiaque, une des causes possibles de mort subite.

← Article précédent: Le point G : Définition Article suivant: Action de la nicotine dans le système nerveux central


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles